samedi
27
mai 2017

A l'encontre

La Brèche

Solidarité avec les travailleurs des ateliers CFF de Bellinzone

Publié par Alencontre le 27 - mars - 2008

Solidarité avec tous les travailleurs de CFF Cargo !      

Restructurations et licenciements ne sont pas une fatalité

Depuis le 7 mars dernier, 430 travailleurs des ateliers CFF de Bellinzone sont en grève et occupent leur usine. Ils exigent le retrait de la décision du conseil d’administration des CFF de   fermer les ateliers de Bellinzone, avec le licenciement de 250 personnes et la privatisation du travail de 200 autres, et qui supprime 165 emplois à Fribourg, 153 postes à Bâle et 46 autres à Bienne. Au lendemain du début de la grève, 8000 personnes sont descendues dans les rues du chef-lieu tessinois en solidarité avec les travailleurs des CFF; 5000 personnes se sont rendues à Berne le 19 mars dernier.

La grève paie 

Dans tout le Tessin, la solidarité ne cesse de gonfler. Parce que les gens savent que la fermeture des ateliers de Bellinzone peut être empêchée, que le plan de restructuration du               conseil d’administration des CFF peut être renvoyé à l’expéditeur. Déjà, la mobilisation a provoqué un premier recul de la part des CFF, qui ont décidé de suspendre la mise en               application de leur plan, tant au Tessin qu’à Fribourg.

Un mouvement national est nécessaire 

Mais les promesses ne sont que promesses! Par deux fois, les salariés de la Boillat ont occupé leur usine pour en empêcher le démantèlement. Des promesses, on leur en a fait.               Mais, faute d’extension du mouvement au plan national, ils n’ont pas pu remporter la mise. Il ne faut pas que ceux de Bellinzone connaissent le même sort!

Tous avec les travailleurs des ateliers de Bellinzone !    

Venez manifester avec les organisations signataires de cet appel votre solidarité avec cette lutte qui ne concerne pas seulement le Tessin, mais aussi d’autres régions; une lutte               qui veut défendre des centaines de places de travail, qui veut éviter que le processus de  privatisations des CFF continue!

Rassemblement devant la gare CFF de Lausanne 

Vendredi 28 mars à 17 h 30

Liste des signataires :attac-Vaud, Comedia région romande, Gauche anticapitaliste, Jeunesse socialiste vaudoise (JSV), Mouvement pour le socialisme (MPS), Parti socialiste vaudois (PSV), POP & Gauche en mouvement, solidaritéS-Vaud, Syndicat de la Communication,  SEV – Syndicat du personnel des transports, Syndicat des services publics (SSP) – Région Vaud, Unia Vaud, Union syndicale vaudoise (USV).

_________________

Rassemblement de soutien à Zürich

http://www.bfs-zh.ch/Themen/Arbeiterinnenbewegung/Solidarit%E4t_SBB_Cargo_27_03_2007.htm

_________________

Tous et toutes solidaires avec les travailleurs et travailleuses de CFF-Cargo

Mercredi 26 mars:    Rassemblement à 19 h. devant la gare Cornavin, Genève 

Jeudi 27 mars:  Soirée de solidarité à 20h.30 avec les travailleurs des Officine (Ateliers CFF-Cargo) de Bellinzone: Maison des Associations (rue des Savoises – Genève)

Soupe de soutien, mercredi 2 avril à partir de 18h00, au Café Gervaise – 4 bis, Bd James Fazy. L’intégralité de la recette sera versée au fond de lutte de nos camarades tessinois

Comme l’annonçait le Corriere de Ticino du 25 mars 2008, les «négociations» entre les représentants des travailleurs des Ateliers mécaniques de CFF-Cargo à Bellinzone n’ont abouti à aucun accord: c’est-à-dire à rien d’acceptable pour les travailleurs.

La volonté de la direction de CFF-Cargo et des CFF est claire: celles et ceux qui occupent depuis le 7 mars 2008 leur lieu de travail et contrôlent leur outil de travail doivent renoncer à leurs revendications essentielles. Elles sont simples et claires: «Bas les pattes devant les Officine-les Ateliers» et «Pas un licenciement».

Deux forces se conjuguent pour renforcer la détermination de faire aboutir ces revendications: la compréhension profonde qu’ont les travailleurs en grève de l’enjeu particulier et général de cette lutte et donc leur détermination sans cesse renforcée ; la solidarité exceptionnelle qui se manifeste dans le canton du Tessin et dans une partie de plus en plus ample de la Suisse.

Le 26 mars 2008, les travailleurs des Officine organisent à Chiasso une marche aux flambeaux, dès 20 heures. Comme ils l’écrivent dans le tract de convocation: «Le mouvement de solidarité et soutien aux travailleurs en grève des Officine CFF-Cargo de Bellinzone est ample et hétérogène. Toute la société civile s’est réunie autour des revendications légitimes. Cela s’exprime par des milliers de messages et par le versement de contributions financières. C’est un témoignage de partage, un signe de maturité et de préoccupations pour le futur des Officine ; et plus en général, pour celui du service public qui aujourd’hui traverse une profonde crise. Et cela à cause de l’incompétence massive de ses dirigeants et d’une vision obtuse de la politique, plus souvent portée à défendre les intérêts d’une minorité que l’intérêt général.»

La grève avec occupation à Bellinzone, les débrayages à Fribourg, la manifestation nationale à Berne ont permis de construire un rapport de forces allant au-delà du Tessin et d’empêcher une politique de division entre une région – qui donne l’exemple: Bellinzone et le Tessin – et les autres lieux d’implantation de CFF-Cargo. Ces derniers sont aussi soumis à un vaste plan de restructuration, dans le but, à moyen terme, d’une privatisation-vente-fusion.

D’où l’importance de la solidarité et de la compréhension de cette lutte. C’est dans ce cadre qu’il faut situer les initiatives prises à Genève et donc y participer le plus massivement.

Les deux initiatives prises à Genève sont soutenues par UNIA, le SSP/VPOD, solidaritéS, la Fédération de la gauche anti-capitaliste, les Communistes, le Mouvement pour le socialisme (MPS).

______________

Solidarité avec la manifestation des travailleuses et travailleurs de CFF Cargo            

Berne, 19 mars 2008 Pour le retrait de tous les licenciements !

Les travailleurs et travailleuses de CFF Cargo – sous l’impulsion de leurs collègues de Bellinzone  qui sont en grève et occupent les ateliers depuis le 7 mars – organisent une manifestation le mercredi 19 mars à Berne.

Les revendications sont simples, claires. Elles s’imposent:

1. Pour le retrait du plan de restructuration de la direction de CFF Cargo SA ! 2. Pour le maintien de tous les emplois ! 3. Non aux baisses de salaire, aux externalisations et aux privatisations !

L’ensemble des salarié·e·s de CFF Cargo – au Tessin, à Bienne, à Bâle ou à Fribourg – ont déjà fait l’expérience de «diminutions d’emplois», de «plans sociaux» et de «délocalisations», tout cela au nom de la «compétitivité de CFF Cargo». Cette compétitivité était censée assurer au mieux les emplois. Or, de 2002 à 2006, 600 postes de travail ont été supprimés. Et une nouvelle saignée était annoncée dès l’été 2007.

Pas de négociation sans retrait des licenciements !

Fin février 2008, la direction de CFF Cargo annonçait: le licenciement de 250 salarié·e·s à Bellinzone et le transfert de 200 emplois dans une nouvelle entité privatisée, la suppression de 165 emplois à Fribourg, de 153 à Bâle et de 46 à Bienne. Des licenciements pour, prétendument, «assainir la situation financière». La même orientation se développe aussi bien à La Poste, aux CFF qu’à Swisscom: flexibilisation des horaires, charge de travail accrue, précarisation des statuts, réduction des postes de travail.

Face aux diktats de la direction de CFF Cargo, unis et solidaires, les travailleuses et les travailleurs des ateliers de Bellinzone ont dit: NON ! C’en est assez ! Nous exigeons le retrait du plan de restructuration que veut imposer la direction despotique. Une direction qui a l’appui des autorités fédérales et de son porte-parole, le «socialiste» Moritz Leuenberger.

Les salarié·e·s des ateliers mécaniques de Bellinzone ont parfaitement compris qu’il ne peut y avoir une négociation, une table ronde quelconque, sans le retrait préalable des plans liquidant les emplois. Ils refusent de se faire mener par le bout du nez et de se retrouver, demain, avec le goût amer de vagues promesses qui se sont envolées.

Une mobilisation à laquelle la population s’identifie

Le soutien actif accordé par l’ensemble de la population du Tessin à la mobilisation des travailleurs des ateliers de Bellinzone renforce la légitimité de la grève et de l’occupation. Les grévistes ont convaincu la grande majorité des salarié·e·s de ce canton qu’il ne fallait accorder aucune confiance aux promesses dilatoires et aux manœuvres de la direction de CFF Cargo et du Conseil fédéral. En se solidarisant avec les salarié·e·s de CFF Cargo, une grande partie de la population tessinoise exprime aussi son mécontentement face à la politique antisociale sans cesse accrue des autorités fédérales.

La solidarité a pris de multiples formes: appui financier, apport de nourriture pour faire «vivre ce petit village que sont les ateliers occupés» pour reprendre la formule d’un syndicaliste. Les élèves et les enseignants du collège de Bellinzone sont venus massivement saluer les grévistes. Le secrétaire du Syndicat de la communication (syndicat de La Poste) du Tessin a annoncé que «les paquets postaux qui arriveraient par train pourraient connaître quelque retard». Les conducteurs de locomotive passant à Bellinzone multiplient les signes de soutien, etc., etc.

Etendre la lutte et la solidarité

L’extension à l’échelle nationale de la mobilisation – sous la forme de celle empruntée par les salarié·e·s de CFF Cargo Bellinzone – représente un enjeu décisif pour faire plier les vrais responsables des «difficultés financières» de CFF Cargo.

La présence à Fribourg, le vendredi 14 mars, d’une délégation de 70 travailleurs de Bellinzone symbolisait non seulement l’appui à leurs collègues de Fribourg, mais aussi leur compréhension de la nécessité d’un combat à l’échelle du pays.

En effet, la direction de CFF Cargo abat ses cartes dans diverses régions de la Suisse et cherche à diviser les salarié·e·s au moyen de diverses manœuvres. Il faut leur faire échec.

La manifestation nationale de Berne, le mercredi 19 mars, est un pas important pour:   – modifier, à l’échelle nationale, les rapports de forces, pour unir tous les salarié·e·s de CFF Cargo ;   – faire la démonstration qu’est possible la mise en pratique d’un NON ferme et raisonné des salarié·e·s face aux plans de restructuration et face aux réorganisations du travail. Toutes ces mesures les salarié·e·s ne les supportent plus, elles portent atteinte à leur santé, à leur dignité, à leur salaire et à leur emploi.

Il appartient à chaque salarié·e qui le peut et à toutes celles et ceux qui refusent la politique antisociale du Conseil fédéral et des «maîtres de l’économie» d’appuyer cette manifestation en y participant ou en soutenant le mouvement soit par un don (CCP 65-2522-7, Secrétariat  Tessinois du SEV, 6500 Bellinzona, mention «Ateliers de Bellinzone»).

Rendez-vous 11h30, gare CFF de Berne

Mouvement pour le socialisme (MPS) – Vaud (CP 120, 1000 Lausanne 20), Genève (CP 209 1211 Genève 4), Zürich (Pf 3956 8021 Zürich), Bâle (Pf 2002 4001 Basel) et Berne (Pf 129 3000 Bern 23)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





Qui sont les électeurs derrière le vote record en faveur du Front national au second tour de la présidentielle? La carte des scores du parti de Marine Le Pen en recouvre une autre, qui n’est pas celle de l’immigration. En cinq minutes, Ludovic, Stéphane et Xavier délivrent quelques clés d'analyse et de compréhension. Car «diaboliser ce vote ne le fait pas baisser», expliquent les trois vidéastes du collectif Osons Causer.

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org