mardi
12
décembre 2017

A l'encontre

La Brèche

CFF Cargo: Une lutte pour toutes et tous

Publié par Alencontre le 28 - mars - 2008

La volonté de la direction des CFF est claire: celles et ceux qui occupent depuis le 7 mars 2008 leur lieu de travail aux Ateliers CFF de Bellinzone et contrôlent leur outil de travail doivent renoncer – au moins en grande partie – à leurs revendications essentielles. Elles sont simples et claires: «Bas les pattes devant les Officine-les Ateliers» et «Pas un licenciement».

La direction des CFF (Andreas Meyer et le président du conseil d’administration: le grassement payé à temps partiel Thierry Lalive d’Epinay) dit: «nous sommes prêts à faire un petit pas»?! L’assemblée des travailleurs de Bellinzone a répondu à cette «ouverture» (voir la résolution votée le 27 mars 2008, ci-dessous).

La force de l’unité et de la solidarité

Deux forces se conjuguent pour renforcer la volonté des travailleurs de CCF-Cargo de faire aboutir leurs légitimes revendications: la compréhension profonde qu’ils ont de l’enjeu particulier et général de cette lutte, ce qui renforce leur détermination?; la solidarité exceptionnelle qui se manifeste dans le canton du Tessin et dans une partie de plus en plus ample de la Suisse. Plus de deux millions de francs ont été versés à la «caisse de grève». Voilà un signal social et politique donné au pouvoir politique (Conseil fédéral) et à la direction des CFF. Il va ­renforcer leur souci de ne pas voir le conflit «ternir l’Euro 08» et «l’image écologique de la Suisse»?! (Blick, 27 mars 2008)

Une vraie démocratie

Après l’échec des «négociations» qui se sont déroulées à Berne – au centre de congrès Kursaal – le président du comité de grève, Gianni Frizzo, déclarait, au soir du lundi 24 mars: «Après un total de 24 heures complètes de discussions – à Biasca, à Bigorio et à Berne – les dirigeants des CFF n’ont pas bougé d’un seul millimètre. De notre côté, nous avons exprimé à nouveau nos propositions pour le secteur des locomotives. Il est indispensable qu’il soit maintenu si l’on veut arriver à une table ronde. Les travailleurs, en assemblée, vont prendre connaissance des détails de la rencontre.»

Cette procédure démocratique a marqué tout le mouvement de lutte depuis le 7 mars 2008. Les salarié·e·s décident, en ayant connaissance de toutes les questions débattues. Puis, ils?/?elles votent à main levée la continuation de la grève avec occupation et les mandats donnés à leur délégation de négociations.

Leur monde à l’envers. Notre monde à l’endroit

Pas un jour sans que les autorités fédérales ne déclarent le nécessaire transfert, le plus grand possible, du transport des marchandises de la route au rail. Pour le réussir – avec les effets bénéfiques pour les emplois, la santé publique et l’environnement – il faut dégager des moyens. Il faut mettre en place une politique publique des transports qui réponde à ces exigences sociales et écologiques.

Or, les «restructurations» de CFF-Cargo – comme la mise sous pression extrême des salarié·e·s CFF – obéissent à de simples calculs de «rentabilité» pour des sociétés privatisées ou se pliant à cette logique. Ces mesures sont imposées pour satisfaire, aujourd’hui et demain, des «investisseurs privés». Pourtant, on assiste actuellement à la débâcle de leurs spéculations financières.

Le combat des salarié·e·s de CFF-Cargo – à Bellinzone et aussi à Fri­bourg – répond à un intérêt général.

Renforcer ce secteur: transport des marchandises et maintenance des moyens de transports nécessaires, de fait sous un contrôle public?; c’est œuvrer pour le «bien commun» d’une région et de ses emplois.

Assurer des conditions égales de salaires pour tous et toutes (mettre fin aux emplois intérimaires précarisés).

Tirer vers le haut les salaires versés dans les diverses branches, car les Ateliers resteront un «point de référence», aussi au plan social.

Bloquer la mise en concurrence des salarié·e·s dans une région et entre diverses entreprises?; cela afin de mettre un cran d’arrêt aux attaques contre les salaires et les conditions de travail.

Leur lutte se doit d’être la nôtre

Mouvement pour le socialisme

———–

Résolution de l’assemblée des travailleurs des ateliers CFF de Bellinzone

Jeudi 27 mars 2008

L’assemblée des travailleurs a pris connaissance des prises de position publiques du Conseil d’administration des CFF, en date du 26 mars 2008. Quoique manifestant quelques signes de disponibilité, pour le moment cela ne semble pas correspondre pleinement aux vœux formulés par le conseiller fédéral Leuenberger qui avait invité les CFF à revoir les décisions prises le 6 mars passé. Les propositions du Conseil d’administration (de suspendre les mesures pour deux mois et de réunir une table ronde) ne s’éloignent pas beaucoup de celles déjà faites jusqu’à maintenant lors des réunions de négociations.s

L’assemblée des travailleurs des Officine [ateliers mécaniques] a toutefois pris connaissance que dans le texte du Conseil d’administration des CFF, on se réfère à un « mandat de négociation plus ample » qui serait attribué à la direction des CFF, invité, entre autres, à examiner de nouveau et de façon critique les décisions de fond concernant Bellinzone.

Enfin, l’assemblée des travailleurs des Officine a pris acte de la demande d’une nouvelle rencontre pour des négociations formulées par la direction des CFF.

A la lumière de ces éléments et de ces considérations, l’assemblée des travailleurs:

1. Donne mandat à sa propre délégation aux négociations de rencontrer la direction des CFF.

2. Confie à sa délégation un mandat visant à vérifier si la direction des CFF a effectivement de nouvelles propositions qui vont au-delà de ce qu’elle a pu offrir jusqu’à maintenant, qui est absolument insuffisant pour aboutir à une négociation sérieuse et concrète.

3. Répète l’objectif de maintenir le site de Bellinzone, objectif partagé par la population tessinoise et par ses autorités politiques. Dans ce but, devrait être garanti: a. la permanence de la maintenance des locomotives auprès des ateliers CFF de Bellinzone ; b. la maintenance des wagons auprès des ateliers CFF de Bellinzone dans le cadre de l’actuelle structure publique des CFF, ouverte à des contributions de tiers (publics ou privés) qui pourraient, de cette façon, renforcer la structure productive, en particulier au moyen de l’arrivée de nouvelles commandes ; c. l’application de la CCT (Convention collective de travail) de CFF Cargo à tous les salariés actifs des Officine de Bellinzone, réduisant de la sorte le recours à des contrats de travail intérimaires.

Bellinzone, 27 mars 2008

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org