Suisse: des groupes d’extrême droite récoltent de l’argent pour les néonazis d’Aube dorée

Ilias Panagiotaros, député d'Aube dorée (voir ses déclaration en note 1)
Ilias Panagiotaros, député d’Aube dorée (voir ses déclaration en note 1)

Tiré de la SonntagsZeitung
(Fabian Eberhard)

Aube dorée, organisation grecque néonazie, a bénéficié de soutiens financiers provenant de la Suisse. C’est ce que vient de révéler le journal dominical SonntagsZeitung en date du 20 avril 2014 (page 9). Des recherches effectuées par la rédaction attestent que des membres d’Aube dorée entretiennent des contacts intensifs avec des militants d’extrême droite de la région de Lucerne.

Le 18 janvier 2014, un groupe dénommé Kameradenschaft Morgenstern («Camaraderie Étoile du matin») a organisé un concert de solidarité avec Aube dorée dans une localité qui n’est pas mentionnée de la Suisse centrale. Cette manifestation s’inscrit dans une campagne financière en faveur des néonazis en Grèce. Le journal publie une photo du concert où l’emblème d’Aube dorée figure sur un drapeau et sur les T-shirt des personnes présentes.

Le journaliste révèle également que plusieurs membres d’Aube dorée ont distribué plusieurs kits de premier secours, contenant des masques antiseptiques et des gants en caoutchouc. Un drapeau helvétique figurait sur les emballages. L’un des porte-parole de cette organisation (Aube dorée) a précisé à la SonntagsZeitung: «Nous étions très reconnaissants pour l’aide efficace provenant de la Suisse». L’action s’est déroulée sur l’île de Rhodes à la fin du mois de mars 2014.

L’article informe également sur l’implication de deux témoins suisses dans le procès contre cinq militants de la Nationalsozialistische Untergrunde (NSU) («Clandestinité nationale-socialiste») soupçonnés d’avoir pris part à deux attentats et aux meurtres de huit immigrés turcs, d’un grec et d’une policière entre 2000 et 2007. Les deux témoins suisses ne peuvent pas être auditionnés par vidéo par la Cour d’appel de Munich. Par conséquent, ils le seront par le ministère public en charge de l’Oberland bernois.

Une rencontre internationale des Junge Nationaldemokraten (JN) («Jeunes Nationaux-démocrates») vient enfin de se dérouler à Kirchheim, localité située en Allemagne dans la région de la Thuringe, les 22 au 23 mars 2014. Plusieurs organisations étaient présentes, parmi lesquelles: Aube dorée [1], British national party [2], Blocco studentesco – CasaPound Italia [3], Identitären Deutschlands [4], Nordisk Ungdom [5] et Parti des Suisses nationalistes (PNOS) [6].

_____

[1] Initialement nom d’une revue, Aube dorée naît en 1992 sous la direction de Nikólaos Michaloliákos. Voir à ce sujet les articles publiés sur ce site en date des 16 avril et 7 juin 2013, des 19, 20, 25, 26, 30 septembre 2013, etc.

Selon le site Okeanews, en date du 15 avril 2014, dans un entretien avec le magazine australien 60 Minutes, qui a été diffusée sur Nine Network le 10 avril, Ilias Panagiotaros, l’un des principaux députés d’Aube dorée, dit Hitler était une «grande personnalité, comme Staline», ajoutant que «dans chaque période de temps, il doit y avoir, il y a des gens qui font le sale boulot».

Panagiotaros – décrit dans le magazine comme un «tyran de quartier» qui est entré au parlement grec – a également déclaré que la Grèce avait été envahie par des «djihadistes».«Il s’agit d’une invasion. C’est une guerre non déclarée ce qui se passe. Nous sommes un pays de 10 millions de personnes au maximum et nous faisons face à une invasion d’environ 2 à 2,5 millions, peut-être 3 millions, immigrés clandestins, pour la plupart d’entre eux musulmans, djihadistes, des musulmans fanatiques, et pas seulement les musulmans», a-t-il dit à la journaliste Allison Langdon.«Si vous parlez de la nation, c’est une race. C’est ainsi que Dieu fit la terre», a poursuivi Panagiotaros. Le député a également affirmé que le parti n’était pas impliqué dans les attaques, malgré toutes les preuves contre lui: «Non, nous n’avons pas pris la loi dans nos propres mains. C’est sûr. Parce que si nous avons pris la loi entre nos mains, croyez-moi, nous aurions pu résoudre n’importe quel problème en Grèce».

[2] Le British National Party naît en 1982. John Tyndall, son fondateur, a affirmé publiquement de retenir le Mein Kampf d’Adolf Hitler comme sa «bible». Traditionnellement antisémite, ce parti cible davantage les musulmans dans ses dernières campagnes politiques.

[3] Le Blocco Studentesco est une organisation étudiante fasciste créée à Rome en 2006. Il s’agit du mouvement de jeunesse de Casa Pound Italia. Ce groupe fasciste naît dans la même ville en 2003, lorsque des occupations d’immeubles aboutissent à la création de plusieurs centres autogérés qui abritent des familles paupérisées tout en offrant à la jeunesse des espaces culturels d’inspiration fasciste. Le nom du groupe renvoie au poète d’origine américaine Ezra Weston Loomis Pound (1885 – 1972). Critique du marxisme et du capitalisme, il adhère au régime fasciste de Benito Mussolini en prônant une voie complexe et articulée entre libéralisme et socialisme.

[4] Identitären Deutschlands est un groupe lié à Génération identitaire qui, lui, organise la jeunesse du Bloc identitaire – Mouvement social européen en France. Bloc identitaire défend une vision de l’homme «enracinée dans ses communautés naturelles et historiques». Il organise des repas pour des SDF français tout en dénonçant une «insécurité croissante» en prenant pour cible les immigrés musulmans. Son groupe jeunes, Génération identitaire, s’est fait remarquer par des rondes en mode milice dans plusieurs villes françaises. Lire à ce sujet l’article de Libération paru le 14 mars 2014 : http://www.liberation.fr/politiques/2014/03/19/des-identitaires-en-mode-milice_988281

[5] Nordisk Ungdom est originairement le nom du mouvement de jeunesse du parti nazi suédois (Jeunes travailleurs national-socialistes) fondé en 1933 et disparu en 1950. Un groupe qui porte le même nom réapparaît en 2000.

[6] Le Partei National Orientierter Schweizer (PNOS), en français Parti des Suisses nationalistes, existe depuis 2006. Il s’est fait connaître pour avoir défilé le 1er mai 2008 à Fribourg. Voir à ce sujet l’article paru sur À l’encontre le 7 mai 2008 : http://alencontre.org/suisse/manifestation-antiraciste.html

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*