lundi
20
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, depuis septembre 2014

Par le BDS palestinien

Des reportages dans les médias [entre autres Haaretz] d’aujourd’hui, 27 septembre, ont révélé que le Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme à l’ONU avait commencé à envoyer, quinze jours plus tôt, des lettres à 150 sociétés en Israël et dans le monde, les avertissant qu’elles allaient être ajoutées à la base de données des sociétés qui font des affaires dans les colonies illégales israéliennes situées en Cisjordanie occupée, dont Jérusalem-Est.

Ces lettres rappelaient à ces sociétés que leurs activités dans et avec les colonies illégales israéliennes se font en violation «du droit international et en opposition avec les résolutions de l’ONU». Elles demandaient aussi que ces sociétés apportent des éclaircissements sur leurs activités.

Selon de hauts responsables israéliens, quelques-unes de ces sociétés ont déjà répondu au Haut-Commissaire aux Droits de l’homme à l’ONU qu’elles ne renouvelleraient pas leurs contrats ou n’en signeraient pas de nouveaux en Israël. «Cela pourrait se transformer en boule de neige», s’est inquiété un responsable israélien.

Parmi les 150 sociétés, environ 30 sont des entreprises américaines et un certain nombre viennent de pays dont l’Allemagne, la Corée du Sud et la Norvège. L’autre moitié représente des sociétés israéliennes, dont le géant pharmaceutique Teva, la compagnie nationale de téléphone Bezeq, la société de bus Egged, la société nationale des Eaux Mekorot, les deux plus grandes banques du pays Hapoalim et Leumi, la grande société militaire et technologique Elbit Systems, Coca-Cola, Africa-Israel, IDB et Netafim.

Parmi les sociétés américaines qui ont reçu la lettre, il y a Caterpillar, Priceline.com, TripAdvisor et Airbnb. On rapporte que l’administration Trump essaie d’empêcher la publication de la liste.

Omar Barghouti, cofondateur du mouvement BDS [1], a fait ce commentaire:

«Après des décennies de dépossession des Palestiniens et d’occupation militaire et d’apartheid par Israël, les Nations Unies ont pris leur première mesure concrète et pratique pour assurer la responsabilité d’Israël pour ses continuelles violations des droits fondamentaux des Palestiniens. Les Palestiniens saluent chaleureusement cette démarche.

Nous espérons que le Conseil aux Droits de l’Homme de l’ONU restera inflexible et publiera la liste complète des sociétés qui travaillent illégalement dans et avec les colonies israéliennes sur la terre volée aux Palestiniens, et élaborera cette liste comme demandé par le Conseil aux Droits de l’Homme de l’ONU en mars 2016.

Il est peut-être trop ambitieux d’attendre de cette courageuse mesure de responsabilisation qu’elle fasse réellement descendre Israël «de son piédestal», comme l’a demandé un jour l’évêque et leader anti-apartheid Desmond Tutu. Mais, si elle est correctement mise en œuvre par l’ONU, cette base de données des sociétés complices de certaines des violations des droits de l’Homme par Israël peut augurer du début de la fin de l’impunité criminelle d’Israël.»

____

[1] Le Comité National BDS (palestinien) est la plus grande coalition de la société civile palestinienne.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org