samedi
25
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

France. A bas les nababs, vive l’équité!

Publié par Alencontre le 14 - juin - 2013

equitePar Hubert Huertas

Enfin le retour de la morale! De la vraie! De la rigoureuse! Quasiment du jansénisme! Le débat sur la réforme des retraites apporte une bouffée de pureté. Le discours officiel n’y parle pas seulement d’économie. Il met en avant une valeur immatérielle. Il réclame «l’Equité». Tous les mêmes! Tous pareils! Aucune tête ne doit plus dépasser. Et aussi surprenant soit ce constat, quand on réfléchit aux retraites, plus on est libéral, plus on est communiste!

Ce matin, d’ailleurs, Le Figaro est communiste. Le journal de Serge Dassault en a marre des inégalités, et il y consacre sa Une. L’Edito est à deux doigts du collectivisme. Il explique que «L’Equité doit commencer par loger tout le monde à la même enseigne», le public et le privé [1]. Sur la manchette, en haut et à gauche, on trouve un sondage qui souligne l’aspiration française à une société égalitaire.

Et sur la droite, on découvre la Une du Figaro Magazine. Elle pourfend les privilèges, en dénonçant «ceux qui bloquent la France», à savoir, assurément, les bourgeois d’aujourd’hui, entendez les syndicats, les lobbies, les intermittents, les corporations, en clair tout ce maillage d’égoïsmes qui empêcherait l’avènement de la société nouvelle, où aucun homme ne pourra plus prétendre à posséder davantage que son voisin.

Une société où toute tension, toute envie, toute jalousie aura disparu parce que chaque citoyen, quasiment chaque camarade, aura le même sort que son prochain.

C’est beau comme du Lénine et ça ne date pas d’hier. Le Premier à avoir constaté ce type d’inégalité dans la société française est le bon Raymond Barre, à la fin des années 70, quand il avait fait du fonctionnaire, jadis envié, un privilégié de mauvaise réputation. Une espèce de patron du «Cac camping» avec son bungalow là où les autres dormaient sous des toiles de tentes.

Par la suite, à partir des années 80, la métaphore du nabab allait s’imposer dans le discours politique. Nabab celui qui avait un treizième mois, il devait s’aligner sur celui qui en avait douze. Nabab celui qui en avait douze, il devait s’adapter aux CDD. Nabab celui qui vivait dans sa région, il devait être mobile. Nabab celui qui se croyait à l’abri dans ses frontières, il devait s’adapter à la mondialisation.

Tous ceux qui disposaient d’un avantage particulier, retraites, convention collective, tarif du gaz et de l’électricité, vacances, trente-cinq heures, comités d’entreprises, allaient être dénoncés au nom de l’Equité.

Quarante ans plus tard la réforme sur les retraites va ajouter sa pierre à cette conquête morale.

Avec une petite contrariété, quand même. Dans les années 70, donc à l’époque des privilèges qu’on veut éradiquer, l’écart entre les revenus oscillait de 1 à 20. Désormais que pas une tête ne dépasse, les puissants sont cinq cents fois plus riches. (Billet sur France Culture du 14 juin 2013, à 7h36)

____

[1] Dans l’édition du 14 juin 2013 du Figaro qui en première titre: «Retraite: 56% des Français pour l’égalité public-privé» et Edito: «Vous avez dit équité» avec, en relief, la formule «L’équité commence par loger tout le monde à la même enseigne» et ajoute: «En ces temps «d’efforts partagés», on se demande bien ce qui justifie la possibilité pour une catégorie bruyante (sic) de Français classés au siècle dernier dans les régimes spéciaux [des départs à la retraite] de cesser toute activité à 52 ans.» On se demande si Gaëtan De Capèle, l’éditorialiste, voudrait que «son» TGV, 1ère classe, soit conduit par un conducteur de 65 ans, soumis au stress d’une «carrière» dont toutes études épidémiologiques indiquent les problèmes de santé et les nécessités d’une attention soutenue, extrême, durant les heures de travail, irrégulières? Réd. A l’Encontre

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

1 commentaire

  1. France : A bas les nababs, vive l’équité! | ROL - Reportoutloud.org - Relayer infOrmer Lutter dit:

    […] France : A bas les nababs, vive l’équité! Hubert Huertas A l’encontre . […]

    Ecrit le 17 juin, 2013 à 2013-06-17T09:55:20+00:000000002030201306

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org