vendredi
22
septembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Venezuela. La sortie et l’alternative se trouvent «en bas»

Publié par Alencontre le 9 - mai - 2017

Déclaration de mouvements et organisations de gauche

Nous ne garderons pas le silence face à la souffrance matérielle à laquelle est soumise la société vénézuélienne.

La grave situation que traverse le pays est une expression de la crise de civilisation du capital financier international qui, dans sa soif de croissance économique illimitée, menace la vie de la planète.

La principale cause de cette crise que nous vivons au Venezuela est l’épuisement du modèle rentier minier (pétrole, or, cuivre, etc.) qui a marqué la dynamique nationale depuis un siècle. Cet épuisement a été accéléré entre autres par deux facteurs importants. D’une part, la chute des prix du pétrole suite à la saturation du marché pétrolier international et, d’autre part, l’appropriation sans scrupule de la rente par la classe dirigeante du pays, soit le MUD-PSUV (Table de l’Unité Démocratique et le Parti socialiste unifié du Venezuela), ce qui a à son tour entraîné des degrés très élevés de corruption dans tous les milieux de la société vénézuélienne.

Il faut souligner que cette crise est également le produit de la décadence, de l’inconséquence et de la complicité des prétendus progressismes latino-américains du XXIe siècle. Ceux-ci ont fait des concessions aux capitaux nationaux et au capital transnational sous couvert d’un discours anti-impérialiste et anti-capitaliste répété à l’infini, confus et déroutant qui entraîne la liquidation des espoirs de libération des peuples du continent.

Une des raisons pour lesquelles les travailleurs, les travailleuses et la société dans son ensemble nous nous trouvons dans cette impasse est le verrouillage des espaces de participation citoyenne ainsi que la dictature que la droite unifiée (MUD-PSUV-militaires-Eglise catholique) a imposée aux luttes populaires. Cela en criminalisant toutes les positions dissidentes qui remettent en question leur actuel pacte bipartisan dont la trompeuse dispute vise non pas l’amélioration des conditions de vie dégradantes de la majorité de la population – qui vit exclusivement de son travail – mais l’administration de la rente pétrolière.

Nous rejetons catégoriquement les actions démagogiques de ceux qui se battent actuellement pour occuper ou pour maintenir le siège présidentiel [de maduro aux divers opposants médiatisés], car ce ne sont pas eux qui vont s’occuper des besoins les plus pressants de ceux et celles qui vivent honnêtement de leur travail, pour mettre un terme à la pénurie d’aliments et de médicaments, aux salaires de misère et à l’insécurité.

En outre nous sommes convaincu·e·s de l’urgente nécessité de consolider un nouveau pôle politique de référence, c’est-à-dire un mouvement éthico-social ample qui exprime les véritables aspirations et les besoins des hommes et des femmes vénézuéliens. C’est la raison pour laquelle nous convoquons tous les secteurs sociaux et politiques de l’Etat ainsi que du pays (travailleurs ruraux et urbains, étudiants, commerçants, producteurs, communautés organisées, autres organisations populaires et le peuple en général) à construire ce mouvement politico-social sans dirigeants ni corrompus.

Ni Assemblée, ni Miraflores!
Ni OEA, ni faim!

Organisations signataires:
Movimiento Voces
Voces Antiimperialistas
Frente Nacional Comunal Simón Bolívar
Colectivo Trabajadores en Revolución
Movimiento Nacional Campesino Pedro Pérez Delgado
Colectivo Pueblo Rebelde
Frente Nacional de Trabajadores Universitarios
Marea Socialista
Partido Revolucionario del Trabajo PRT

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

1 commentaire

  1. Recueil des derniers articles d’Alencontre sur le Venezuela – Anti-K dit:

    […] La principale cause de cette crise que nous vivons Lire le reste de cet article » […]

    Ecrit le 29 juillet, 2017 à 2017-07-29T09:43:23+00:000000002331201707

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org