jeudi
21
février 2019

A l'encontre

La Brèche

France. Avant les urnes, le FN veut s’imposer dans les esprits
Brésil. En janvier 2016, São Paulo en manque d’eau?
Dilma Rousseff et José Serra: «choisir entre deux maux». Analyse du lulisme
Une grève «européenne» chez Ryanair les 25 et 26 juillet 2018
Comment la Troïka et le gouvernement grec ont violé leurs obligations internationales lors des memoranda et des conventions de prêt?
Algérie: Barbacha, un pas vers la dissolution de l’APC
Le massacre de Marikana: un tournant?

Archives décembre 2007

La grogne sociale peut s’étendre

Publié par Alencontre Le 27 - décembre - 2007

Par Chérine Abdel-Azim

Incontestablement, l’année 2007 est celle de la grogne sociale. Le mouvement commence en février avec l’entrée en grève de 27 000 ouvriers de l’entreprise de filature et de tissage Ghazl Al-Mahalla, qui réclament leur part dans les profits annuels de l’entreprise.

En mars et avril, 9 000 ouvriers des minoteries du Caire et de Guiza organisent plusieurs sit-in à cause de la réduction des quotas de farine distribués aux minoteries publiques au profit des minoteries privées. Un mois après, 6 000 ouvriers de l’entreprise Bolivar organisent deux sit-in pour réclamer les 7 % des bénéfices des actions de l’entreprise qui leur sont consacrés, et exiger une augmentation des primes mensuelles de 22 à 60 livres égyptiennes (4,5 CHF et 12 CHF). Lire le reste de cet article »

Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org