lundi
18
décembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Grève ISS à Genève aéroport: ISS-Aviation s’énerve

Publié par Alencontre le 25 - août - 2010

Lors de la manifestation de soutien du 19 août 2010Le lundi 23 août 2010, ISS-Aviation – qui fait partie du groupe ISS employant à l’échelle mondiale 450’000 salarié·e·s – a publié dans la Tribune de Genève une page publicitaire dénonçant la grève. Nous publions ci-dessous deux réponses du SSP transport aérien de Genève (tract et communiqué de presse), accompagnées d’un tableau comparatif des salaires avant et après la rupture unilatérale de la CCT en fin juin 2010.

Pour rappel, le groupe ISS, dans son Rapport financier portant sur le premier trimestre 2010, indique une augmentation de son chiffre d’affaires du premier trimestre 2010 par rapport au premier trimestre de 2009 de 5%. Et une augmentation de son «operating profit» de 13%. L’ operating profit – en français résultat opérationnel –  est le résultat (solde) du processus  d’exploitation et d’investissements de l’exercice. Il traduit l’accroissement  de la richesse dégagée de l’entreprises par son activité, c’est-à-dire l’activité des salariés. C’est le vrai indicateur de rentabilité. car il prend en compte aussi les investissements.

Le groupe ISS indique qu’il veut pousser à la restructuration – pression sur les salaires –  en Europe occidentale. La croissance de la marge opérationnelle – qui est le rapport entre le résultat d’exploitation (soldes des entrées et des charges) et le chiffre d’affaires – a passé en Europe occidentale de 4,1% au premier trimestre 2009 à 4,6% au premier trimestre 2010.  En Europe occidentale, son chiffre d’affaires se montre à 9,4612 milliards de couronnes danois (DKK), autrement dit: un peu plus de 1,6 milliard de CHF. Le chiffre d’affaires pour l’ensemble du groupe en 2009 est de 69 milliards de DKK, soit environ 12,17 milliards de CHF, en croissance permanente.

ISS-Aviation est un segment de cette énorme firme transnationale, fondée en 1901 au Danemark. ISS Aviation fait partie du secteur nettoyage du groupe. Ce secteur du nettoyage représente 52% du chiffres d’affaires en 2009 (donc 52% de 12,17 milliards de CHF). La Suisse compte pour 7% du chiffre d’affaires d’ ISS pour l’Europe occidentale (c’est-à-dire: Autriche, Belgique,France, Allemagne, Israël, Espagne, Turquie. L’Europe du Nord est classée à part: Norvège, Suède, Danemark, Finlande.

Parler de «faillite» en cas de victoire de la grève est une farce. C’est un pur chantage. La politique salariale à Genève, à Zurich et en Europe a pour but de faire monter la marge opérationnelle au niveau de l’Asie. Elle est à hauteur de 6,9% et de 5,4% aux Etats-Unis. Donc accroître l’exploitation. Autrement dit: travailler plus et gagner moins. Le rapport financier qui doit être publié ce 25 août 2010 à 15h30 confirmera ce constat. (Réd.)

——–

Tract du SSP-Trafic aérien.

ISS s’agite, ISS s’affole…

Pétition fantôme, annonce pour 25’000.– dans les journaux…
ISS ne sait plus quoi inventer pour éviter d’affronter les grévistes.

Pour une entreprise qui «ne peut pas payer la CCT», ils font décidément très fort en terme d’économie. Après avoir dilapidé les paies de 3 Protectas pour surveiller nuit et jour les grévistes. Après avoir payé 30 Adeccos bien plus chers que des employés sous CCT. Après avoir fait venir du personnel de Zürich, en leur payant transport, hôtel et indemnités supplémentaires chaque jour. Après avoir mandaté un cabinet externe pour répondre aux journalistes. Voilà que ISS Aviation, qui se dit tellement près des chiffres rouges, vient de payer 25’000.- CHF pour publier sa publicité dans les 3 principaux journaux de la région. Comme pour Swissport, les frais qu’engagent ISS dans la grève auraient depuis longtemps payé la CCT réclamée par les grévistes. Mais ISS préfère payer des pubs plutôt que ses employés…

Pétition, es-tu là ?

Puisque la Tribune a publié qu’une pétition existait, puisque M. Kuhn a confirmé qu’une pétition existait, puisque les grévistes sont sensés être les destinataires de cette hypothétique pétition, eh bien les grévistes invitent les pétitionnaires à leur remettre la pétition avec ses signatures, au jour et à l’heure qui leur conviendra. Merci de prévenir du dépôt en téléphonant au 076 731 29 12. Si d’ici la fin de la semaine, soit le samedi 28 août 2010, aucun texte et ses signatures ne nous sont parvenus, nous en concluerons que cette pétition n’était qu’une chimère de plus dans les affirmations d’ISS.

Débauche d’argent pour crier misère

Comme par hasard, 2 jours après l’annonce de la pétition fantôme, ISS fait paraître des annonces dans les journaux. 25’000.- CHF ! C’est ce qu’ils ont payé pour ce badinage. Voilà qui aurait sans doute été plus utile dans la poche des employés. Mais ISS prétend ne pas pouvoir les payer plus…

Bientôt 50 jours de grève, et ISS continue à refuser de discuter

Il est intéressant de voir que ISS, qui n’hésite pas à parler de «manipulation syndicale», de «mensonges» etc., préfère tout faire plutôt que de prolonger ses CCT. Pour refuser cette prolongation, ISS prétend que ça lui coûterait trop cher. Mais dans un même temps, ISS se vante que les Prud’hommes auraient confirmé qu’ISS respectait ses CCT. Alors: où est le problème ? Si ISS respectait ses CCT jusqu’à présent, il n’y a aucun besoin de les dénoncer puisqu’il n’y aurait aucun coût supplémentaire. Et si ISS ne les respectait pas, c’est qu’ils ont menti à leur personnel depuis des années et il est temps qu’ils paient pour leur malhonnêteté. Dans les 2 cas, les CCT doivent être maintenues.

——–

Communiqué de presse du SSP-Trafic aérien.

Réponse aux annonces d’ISS

Après avoir brandi une pétition que personne n’a encore vue à part M. Kuhn, le Directeur d’ISS Aviation, voici qu’ISS publie à grands frais sa version des faits, laquelle appelle notre réponse:

«Bonnes relations avec les syndicats des autres cantons»

Nous rappelons à ISS que les syndicats cantonaux et nationaux sont solidaires des grévistes, comme le témoignent encore la récente conférence de presse de l’USS ou la signature de notre appel de soutien par toutes les centrales syndicales suisses. Ce sont donc tous les syndicats de Suisse qui dénoncent le dumping salarial qu’ISS effectue à l’aéroport de Genève.

«Aucune baisse de salaire»

SUR LES GRILLES DE SALAIRES Nous joignons à ce document le comparatif des salaires entre la CCT dénoncée et les nouvelles conditions salariales. Pour un nettoyeur en début de carrière, la perte de salaire est de 228.10 CHF et de 1’297.75 CHF en fin de carrière.

SUR LES SALAIRES REELS Si les employés ne gagnent pas moins sur l’année que ce qu’ils avaient jusqu’à présent c’est, pour bon nombre d’entre eux, parce que leur salaire n’était pas correct. ISS ne respectait pas la CCT du personnel avec salaire mensuel, qui s’appliquait à tous les employés travaillant au moins 20h par semaine, pour leur appliquer abusivement la CCT du personnel payé à l’heure («auxiliaire») beaucoup moins favorable (jusqu’à 7.-CHF de moins par heure, sans compter le 13ème salaire et les autres avantages sociaux de la CCT des fixes).

«Anciens employés mensualisés de Swissair»

Il existe effectivement 5 personnes bénéficiant encore d’avantages remontant à l’époque de Swissair. Ce sont celles qui sont allé porter une prétendue pétition au journaliste de la Tribune de Genève.

Pour le reste, les employés étaient jusque-là sous la CCT d’ISS Aviation, laquelle a effectué des baisses de salaires de 15% par rapport aux salaires «Swissair» en 1993, et n’a pas suivi régulièrement le coût de la vie depuis. Dire que nous voulons mettre le personnel actuel sous les conditions de Swissair, c’est simplement se moquer du monde. Un employé d’ISS Aviation gagne aujourd’hui plus de 20% en moins qu’un employé de Swissair en 1992 !

«Aucune violation des conventions collectives»

ISS s’appuie sur un récent jugement des Prud’hommes, contre lequel nous avons fait recours, pour affirmer qu’ils n’ont pas violé les CCT en payant comme «auxiliaires» des employés travaillant comme des «fixes». Ce discours d’ISS est en contradiction totale avec un autre de ses discours, selon lequel les exigences «démesurées» du SSP coûteraient des sommes faramineuses. Le SSP demandant uniquement le maintien et le respect des CCT dénoncées, si ISS et les Prud’hommes ont raison, à savoir que ISS respectait jusque-là les CCT, alors nos exigences ne coûtent pas un centime !

En déclarant que le respect des CCT leur coûterait cher, ISS avoue simplement les avoir sciemment violées ! Et ce depuis des années. Qui a menti ? ISS en ne respectant pas les CCT ou le SSP en le dénonçant ?

«Des salaires au-dessus de la CCT du nettoyage»

C’est normal que les salaires soient différents, puisqu’il s’agit de travaux également très différents: Le travail à ISS Aviation se fait comme travail d’équipes, 7 jours sur 7, 365 jours sur 365, jour et nuit. Le nettoyage d’entretien se fait normalement durant quelques heures par jour, soit la matinée avant l’ouverture des bureaux, soit entre 18 et 20 heures.

Le travail à ISS Aviation se fait sur le tarmac où il y a des conditions extérieures difficiles, sous un bruit énorme et entouré des vapeurs de kérosène, l’été souvent sous une chaleur écrasante, mais aussi sous la pluie, en hiver dans le froid extrême. Le travail ne se limite pas au nettoyage. ISS Aviation est aussi responsable du transport d’équipages (on pourrait donc aussi bien comparer le travail avec celui effectué par les TPG), d’alimentation d’eau fraîche et de vider les réservoirs d’eaux polluées. En été, les odeurs sont suffocantes, en hiver il peut y avoir de la glace qui bloque le robinet et, quelque fois durant le travail, les travailleurs sont souillés par des excréments. Le travail à ISS Aviation est à comparer aux travaux faits par d’autres entreprises sur le tarmac. D’ailleurs, toutes ces entreprises œuvrant sur le tarmac sont soumises à la même législation de protection de santé, justement parce que les conditions cadres sont les mêmes (OLT 2, art. 51 en lien avec art. 26a). Tandis que le travail de nettoyage de bureau est souvent un travail secondaire qui est fait après une journée de travail chez un autre employeur, le travail à ISS Aviation ne permet guère de le combiner avec un autre emploi. Il faut pouvoir vivre avec ce revenu. Conclusion: en aucun cas on ne pourrait comparer le travail effectué par le personnel d’ISS Aviation avec le nettoyage d’entretien. On pourrait aussi bien comparer avec le transport de personnes (p.ex. TPG). La CCT du nettoyage ne peut pas faire référence pour ISS Aviation.

«ISS Aviation n’est pas en grève»

Ah non ? Alors comment se fait-il qu’il faille une quarantaine de personnes pour remplacer les grévistes ? Comment se fait-il que les nettoyages à fond des avions («A Check») aient été transférés à Zürich ? Comment se fait-il que Gate Gourmet doivent encore intervenir régulièrement pour vider les poubelles d’easyJet, en lieu et place d’ISS ?

«Seuls 44 employés ont voté et ils ont refusé de faire grève»

ISS a déjà attaqué le SSP sur ce point au Tribunal de la CRCT. Le SSP s’est offert de fournir au Tribunal la liste des votants et le résultat de leurs votes, comme gage formel du résulat qui a été en faveur de la grève. Ni le Tribunal ni ISS n’ont cru bon alors de faire exécuter ce contrôle du vote. Déclarer aujourd’hui encore que le résultat était contre la grève est un mensonge pur et simple, qui témoigne de la malhonnêteté crasse de cette entreprise.

«Choqués, 2 représentant du SSP ont renoncé à leur fonction syndicale»

La vérité est toute autre. Suite à la grève de janvier et au fait que des délégués syndicaux n’avaient pas osé la faire, le SSP s’est doté d’un règlement qui exclue de leur rôle de délégués, ceux qui ne suivent pas un mouvement voté par le personnel. Ça a été le cas aussi à ISS pour des délégués qui ont eu peur de faire grève. Ils demeurent membres du SSP mais ne sont plus habilités à le représenter officiellement face à l’employeur.

«14 grévistes menacent 135 emplois»

Tous les chiffres publics d’ISS indiquent une croissance énorme des profits et bénéfices. A titre d’exemple et pour l’Europe occidentale, entre le premier trimestre 2009 et le premier trimestre 2010, la marge opérationnelle (rapport entre le résultat d’exploitation – soldes des entrées et des charges – et le chiffre d’affaires) est passé de 4.1% à 4.6%, c’est-à-dire 1.6 milliard de CHF.

De plus l’argent dépensé par ISS contre la grève (surcoût de personnel Adecco, paiement de 3 Protectas pour surveiller les grévistes, paiement de salaire-hôtel-transport du personnel zürichois, annonces dans la presse, paiement d’un cabinet externe de communication, perte de prestation au profit de Zürich ou Gate Gourmet, etc.) est bien plus important que le coût d’application des CCT. Avec ce que ISS a déjà payé dans cette grève, ils auraient pu financer les CCT pour longtemps.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org