mercredi
23
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Convention collective du bâtiment

Publié par Alencontre le 18 - septembre - 2007

Mouvement Pour le Socialisme

Pour une mobilisation unitaire et solidaire

De toute la Suisse, de toutes les nationalités, nous nous trouvons aujourd’hui à Zurich, siège de la Société suisse des entrepreneurs (SSE), pour dire: «Nous ne voulons pas travailler plus, nous user plus et gagner moins …»

La dénonciation unilatérale par la SSE de la Convention collective du secteur principal de la construction (CN) représente la pointe avancée d’une offensive de l’ensemble du patronat. Notre mobilisation devra s’élargir à d’autres secteurs. En effet, UNIA se veut le syndicat de la plus grande partie des salarié·e·s en Suisse.

Le «compromis» qui nous a trompés

Lors des dernières négociations conventionnelles, les entrepreneurs proposaient déjà un système de salaire charnière: 4000 francs et plus, du machiniste au contremaître; 4000 francs et moins pour les travailleurs qu’ils considéraient comme «non qualifiés». Cela s’opposait à ce qui existe encore aujourd’hui: des catégories salariales précises avec des minimums obligatoires. Le patronat a alors reculé, momentanément.

«En compensation», la SSE a obtenu une flexibilité des horaires de travail qui aboutit, concrètement, à offrir des dizaines d’heures gratuites aux entrepreneurs. Et, aujourd’hui, la SSE en veut une centaine en plus…

A l’époque, la SSE a aussi renoncé à cette attaque frontale contre les salaires parce qu’elle voulait que les «mesures d’accompagnement» des bilatérales soient les plus réduites possible, les contrôles les plus restreints. Et cela afin de pouvoir utiliser ladite «libre circulation» de la main-d’oeuvre contre tous les travailleurs résidents, suisses comme immigrés. Le résultat de ce «compromis», on le constate tous les jours sur les chantiers.

Dénoncer la CN et pourrir la situation

Dès le 1er octobre 2007 nous n’aurons plus de CN. Cela signifie le retour aux normes plus que minimales définies dans le Code des obligations et la Loi sur le travail: plus de 13e salaire obligatoire, 4 semaines de vacances maximum, semaine de travail de plus de 50 heures possible, pas de salaire minimum obligatoire, plus de protection de licenciement de 720 jours en cas de maladie, etc. Les commissions paritaires sont suspendues; les litiges sur les violations de la convention collective ne peuvent plus être réglés…

Pourtant, les patrons répètent, aujourd’hui, qu’ils ne toucheront à rien. Mais alors pourquoi avoir dénoncé la CN; y compris celle des contremaîtres signée l’hiver dernier ?

Naturellement, le 2 octobre, il ne se passera rien. Les entrepreneurs veulent d’abord laisser «pourrir» la situation. Ils veulent engager des travailleurs qualifiés avec des salaires au rabais, payer moins les jeunes qui entrent dans le marché du travail…

L’attaque sur laquelle silence est fait

Enfin, ils ont un projet sur lequel le silence est fait: c’est la fusion du «gros œuvre» avec le «second œuvre» et donc la création d’une seule organisation patronale. Pourquoi ? La réponse est simple. Le salaire minimum d’un installateur sanitaire est à peine plus de 4000 francs; celui d’un maçon dépasse les 5000 francs. Les patrons veulent aligner vers le bas. Ils ressortiront la proposition du salaire charnière (4000 francs moins et plus). En même temps, ils pourront mettre en question la retraite anticipée à 60 ans.

Ainsi, dès le printemps 2008, certains entrepreneurs convoqueront des «anciens collaborateurs» pour leur dire: votre salaire est «trop élevé, désolé;  vous signez le nouveau contrat ou vous cherchez ailleurs». Et il ne sera pas facile d’offrir ses qualifications ailleurs; car si la firme Pierre comprime ainsi les salaires, la firme Paul le fera aussi.

Les mois de tous les dangers

Aujourd’hui plus de 80% des entreprises de la construction, surtout les plus importantes, veulent casser les salaires, les horaires de travail et pouvoir utiliser la sous-traitance, sans contrôle. La direction d’UNIA ne pourra plus dire, comme dans le passé, qu’il y a des «bonnes entreprises» et des «entrepreneurs politisés», proches de l’UDC, qui veulent tout casser.

Cette période 2007-2008, c’est «quitte ou double». Si nous voulons améliorer nos acquis actuels – ou au moins les maintenir – il faut absolument nous mobiliser avec les syndicats, entreprise par entreprise, chantier par chantier. Répondre unis et solidaires à chaque escalade patronale, surtout ne pas reculer. L’exemple allemand de la déréglementation totale de la branche de la construction – dans un pays proche de la Suisse – devrait nous servir d’avertissement.

Notre bataille commence. Elle est aussi celle des salarié·e·s de services et de l’industrie. Elargir les actions de solidarité est décisif.

Rassemblement?: 13?h?30 Limmatquai, Zurich

Unia et les syndicats organisent  des déplacements en train spécial ou en car pour Zurich:

Pour la Suisse romande: Fribourg, place Python 10?h?00;

Genève: place des 22-Cantons 8?h?00; Neuchâtel, gare 10?h?15;

Lausanne: gare 9?h?15; Sion: place des Potences 7?h?30; Bienne: gare 10?h?30

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org