mercredi
22
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Syrie: l’héritage culturel en danger

Publié par Alencontre le 4 - mai - 2013

MinaretAlep Par Dalia Farouq

Mercredi 24 mars: un jour noir dans l’histoire de la ville d’Alep, au nord de la Syrie. Le minaret de la grande mosquée des Omeyades, l’une des plus anciennes et des plus grandes mosquées antiques de Syrie, a été détruit lors d’un combat entre rebelles et armée syrienne.

Ce n’est pas la première fois que cette mos­quée est visée. Depuis plusieurs mois, la grande mosquée d’Alep est le terrain d’af­frontements entre l’armée syrienne et les troupes rebelles opposées à Bachar el-Assad. En octobre 2012, elle a déjà été sévèrement endommagée par un incendie au cours des combats qui ont eu lieu dans l’ancienne ville.

Des objets anciens, des livres ainsi que des reliques supposées appartenir au prophète Mohamet, tels que trois cheveux et un frag­ment de dent, y avaient également été déro­bés. Criblé de balles, endommagé par les assauts des deux camps, ce trésor, daté du VIIIe siècle et classé au Patrimoine mondial de l’Unesco, a fini par rendre l’âme: son minaret millénaire s’est écroulé.

Les rebelles et le régime se sont rejeté la responsabilité de ce crime. La Coalition de l’opposition a affirmé que le minaret avait été détruit par le feu des chars de l’armée syrienne et a accusé le régime dans un communiqué de «crime contre la civilisation».

Selon les rebelles, lorsque l’armée a pris le contrôle de la mosquée, elle a miné toute son enceinte. Quand les rebelles l’ont reprise, ils ont déminé la majorité de la zone, à l’excep­tion du minaret, à cause d’un sniper. L’obus d’un char qui aurait touché le minaret a dû déclencher l’explosion d’une mine.

De son côté, la télévision d’Etat en Syrie a accusé les combattants du front Al-Nosra, un groupe lié à Al-Qaida, d’avoir «fait sauter le minaret de la mosquée d’Alep» et de l’avoir filmé «pour ensuite faire endosser (la res­ponsabilité) à l’armée syrienne».

«Peu importe qui est responsable de ce nouveau crime contre l’humanité, le résultat reste même. L’humanité, et non pas seulement la Syrie, a perdu un joyau islamique très important», déplore Mohamed Al-Kahlawi, secrétaire général de l’Union des archéolo­gues arabes.

Une réaction sans action

Une fois de plus depuis plusieurs mois, Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco, a appelé à la protection du patrimoine syrien et a affirmé que l’Unesco est prêt à «apporter son concours dans les domaines de sa compé­tence». La directrice générale avait alors rappelé à toutes les parties les obligations du pays, au titre de la Convention de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, dont la Syrie est un Etat signa­taire.

Un autre appel à sauver l’héritage inesti­mable de la Syrie a été lancé par l’organisme Euromed Heritage, financé par l’Union euro­péenne. Il a appelé la communauté internatio­nale et les autorités du monde entier «à prendre position sur la menace majeure qui frappe aujourd’hui l’héritage historique et culturel syrien».

Dans un communiquée de presse, Euromed Heritage note «différents types de dégrada­tions manifestes et systématiques commises par l’armée régulière syrienne à l’encontre des lieux de culte, (qui) constituaient des foyers de contestation aux premiers temps de la révolution».

Ainsi, outre les souks, la mosquée et la vieille ville d’Alep, beaucoup d’autres joyaux historiques ont été endommagés, notamment les mosquées proto-islamiques de Bosra et Inkhil, ou le monastère Notre-Dame de Saidnaya, datant du VIe siècle.

Dans la mosquée de Deraa, l’armée aurait pratiqué des excavations «pour fabriquer des caches d’armes et discréditer les opposants qui s’étaient réfugiés dans le bâtiment», rap­porte Euromed Heritage.

«Tous ces appels ne s’accompagnent d’au­cune action réelle pour empêcher les destruc­tions auxquelles s’ajoutent les pillages systé­matiques du patrimoine syrien qui se poursui­vent. Une situation qui rappelle le patrimoine irakien ravagé lors de l’invasion des forces américaines en 2003. Un crime dont souffre le patrimoine de la Mésopotamie jusqu’à pré­sent», dénonce Al-Kahlawi

Fouilles clandestines

Les trésors architecturaux ne sont pas les seuls menacés. Car le pays est frappé par un autre fléau: le pillage et les fouilles sauvages qui se sont multipliés en parallèle des vio­lences qui ont débuté le 15 mars 2011.

«La Syrie est l’un des pays qui compte le plus de sites archéologiques (environ 6000) et de richesses culturelles. De multiples civi­lisations ont traversé son histoire et laissé des traces tangibles de leurs passages. Parmi elles, les Babyloniens, les Assyriens, les Hittites, les Phéniciens, les Grecs, les Romains, les Byzantins, les Sassanides, les Perses, les Omeyades et les Ottomans. Les pillages des trésors antiques de la Syrie sont encore plus dangereux que la destruction des sites historiques qui sont connus», explique Al-Kahlawi.

Outre Damas, qui compte parmi les villes les plus anciennes au monde, 5 sites sont ins­crits au patrimoine de l’humanité. Tous ont été victimes de tirs ou de bombardements, à l’image de la cité antique de Palmyre ou du Krak des Chevaliers, forteresse datant de l’époque des Croisades, qu’armées régulières et rebelles se disputent.

Selon les responsables archéologiques syriens, des milliers de manuscrits et d’anti­quités sont dérobés chaque jour et acheminés sur le marché noir par des groupes criminels organisés. «Nous avons reçu une vidéo qui montre des gens arrachant des mosaïques au marteau-piqueur à Apamée», se lamentait, en avril 2012, Hiba Al-Sakhel, directrice des musées en Syrie.

D’après les rebelles, ces fouilles clandes­tines, encouragées par les autorités en échange d’informations sur la rébellion, ont été menées un peu partout, notamment dans la ville antique d’Apamée. Le centre archéologique d’Ebla (ville dont les premiers vestiges remontent au IIIe millénaire av. J.-C.) a été pillé, tandis que les forces armées ont vidé de leurs objets un certain nombre de musées du pays, notamment le Musée national d’Alep.

Les citadelles de Homs et celle du Krak des Chevaliers ont été bombardées, des «tells» (collines ou monticules archéologiques) ont été transformées en cantonnements militaires. Les chars de l’armée ont été positionnés dans les ruines antiques de la cité de Palmyre.

«Entre destruction et pillage, il est peu de dire que le conflit syrien met sérieusement en danger le patrimoine du pays qui s’émiette au fil des combats», conclut Al-Kahlawi.

______

Article publié dans Al-Ahram, 1er mai 2013

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org