mercredi
23
août 2017

A l'encontre

La Brèche

La grande illusion africaine du Président

Publié par Alencontre le 9 - août - 2017

Macron… en Afrique

Par Claude Angeli

Emmanuel Macron ne s’est jamais prononcé publiquement sur les interventions militaires pratiquées par ses trois prédécesseurs – Chirac, Sarkozy et Hollande. Un ancien chef d’état-major des armées (de 2002 à 2006) ne s’était pas gêné, lui, pour en dresser un bilan. Le 3 avril dernier, dans Le Figaro le général Bentegeat les avait toutes qualifiées d’«échecs» cinglants, à l’exception de «Barkhane», au Mali. Avec cette précision sur celle de 2011 en Libye: «On en a profité pour faire disparaître (sic) Kadhafi» et partir «le plus vite possible en laissant derrière nous le chaos».

Avant même son élection, Macron avait décidé de s’intéresser à ce «bourbier, comme le décrivent les militaires, mais sans mesurer sérieusement les difficultés. A la fin juin, l’Elysée annonçait donc son départ prochain au Mali, où, à son invitation, allait se tenir un sommet du G5 Sahel. Un «machin», comme on dit au Quai d’Orsay, où se retrouvent les chefs d’Etat du Mali, du Tchad, du Niger, du Burkina Faso et de Mauritanie. Et, peu avant cette rencontre franco-africaine du 1er juillet, à Bamako (Mali), quelques conseillers de la présidence s’étaient fait un plaisir de décrire les intentions du chef d’Etat. A les en croire, il voulait obtenir l’accord de ces cinq pays du Sahel pour constituer, aux côtés des 4200 Français de l’opération Barkhane, «une force militaire africaine» de 5000 hommes. Avec l’ambition d’affronter, tous en chœur, les milices et groupe djihadistes (Al-Qaida, Daech, etc.) qui campent au Sahel et utilisent la Libye comme base arrière, voire comme centre d’approvisionnement et de repos.

Plans sur la comète

Or, militaires et diplomates le reconnaissent, seuls les Tchadiens sont des combattants capables de mener une contre-guérilla efficace. Conclusion: la perspective de pouvoir un jour passer la main aux Africains – invités à protéger le Sahel et à intervenir en Libye – n’est pas à l’ordre du jour. Malgré cet autre plan sur la comète d’Emmanuel Macron, qui a incité ses généraux à pratiquer «une coopération renforcée avec ces armées africaines» afin de former et de conseiller certaines de leurs unités engagées au Sahel. Quant à envisager, même de façon temporaire, un renfort du contingent français présent sur place, il ne peut en être question.

Macron n’ose y penser, et Jean-Pierre Bosser, le patron de l’armée de terre, encore moins. Voilà deux semaines, devant les députés de la commission de la Défense, ce général a dressé l’inventaire de ses moyens en hommes et en matériels: faiblesse des effectifs disponibles, blindés très fatigués (certains ont dépassé la quarantaine), hélicoptères en rade – «sur les 300 dont dispose l’armée de terre (…), seuls une centaine» d’entre eux sont déjà prêt à décoller, s’est plaint Jean-Pierre Bosser. Impossible, donc, de mener une nouvelle opération extérieure, s’il prenait l’envie à Macron d’en décider une…

A en croire Jean-Yves Le Drian, aujourd’hui ministre des Affaires étrangères, cet ancien fief de Kadhafi est «une priorité pour le chef de l’Etat» (Le Monde, 30 juin 2017). Tellement une priorité que Macron a voulu y jouer les «faiseurs» de paix, comme un grand, sans avertir les Italiens ni l’Union européenne. Le 25 juillet, il a ainsi reçu à l’Elysée Fayez Sarraj, le chef du «gouvernement» de Tripoli (à l’ouest du pays), et le «maréchal» Khalifa Haftar, qui règne à Benghazi (à l’est).

«Facture» de Sarkozy

Deux ennemis jurés se sont serré la main bien qu’ils s’estiment chacun capables de diriger cette immense Libye, riche en pétrole et en corruption. A Rome, cette arrogance élyséenne a été jugée «insultante» – car c’est en Sicile que débarquent les migrants.

Autre initiative présomptueuse d’Emmanuel Macron, la création de plusieurs centres d’examen des demandeurs d’asile sur le sol libyen. Lesquels seraient placés sous la responsabilité de fonctionnaires français de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), dont il faudrait assurer la sécurité. Baptisés hot spots, selon l’anglomanie à la mode, ces centres auraient pour mission de traiter les demandes des «800’000 à 1 million de migrants» (évaluation de Macron à Orléans, le 27 juillet) qui attendent en Libye, dans des conditions épouvantables, de pouvoir franchir la Méditerranée en enrichissant les gangs de passeurs.

Macron n’a pas trouvé mieux, face à la «menace pour l’Europe» (formule d’un conseiller élyséen) que représentent, selon lui, ces migrants fuyant le continent africain. Commentaire désabusé d’un diplomate français: «On paiera encore longtemps la facture de cette guerre menée en Libye par Sarkozy et Cameron (ex-Premier ministre britannique), avec le soutien militaire de Barack Obama et l’approbation de François Hollande.» Six ans plus tard, Obama est seul à reconnaître que cet engagement des Etats-Unis fut «une erreur»… Article publié dans Le Canard enchaîné du mercredi 9 août 2017, p. 3)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org