vendredi
18
août 2017

A l'encontre

La Brèche

David Rousset

David Rousset

Par Charles-André Udry, (Philippe Pivion),
Luc et Pierre Rousset

Qui a lu attentivement L’Univers concentrationnaire de David Rousset, publié en 1946 aux Editions du Pavois, n’a pas pu en sortir ignorant la «tragédie concentrationnaire» qui marqua l’entre-deux-guerres – en Allemagne comme en URSS – et ses suites, après la guerre, en URSS, dans les pays colonisés par les «puissances occidentales» (de l’Algérie à l’Indochine) ou encore dans la République populaire de Chine, dès le début des années 1950. Le signataire de cette contribution a lu L’Univers concentrationnaire en 1959. L’ouvrage se trouvait dans la bibliothèque de sa mère. En 1946, le Prix Renaudot couronna cet ouvrage, qui aurait dû rester dans l’actualité, sans interruption.

David Rousset (1912-1997) a connu au cours des années 1930 l’Allemagne et la Tchécoslovaquie. Il se rapprocha de Léon Trotsky lorsque ce dernier se trouvait dans un exil fort précaire en France. Ses relations avec Trotsky – et une partie du cercle des militants trotskystes – conduisirent à son exclusion, en 1935, du «Parti socialiste», connu alors comme la SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière). Il sera un des fondateurs du POI (Parti ouvrier internationaliste).

Alors, les courants trotskystes, faibles au plan quantitatif, firent face en France, entre autres, aux espoirs de la montée sociale et populaire qui s’amorça dès 1934 et déboucha sur le Front populaire en 1936 (victoire électorale de Blum en avril 1936), puis sur les grèves massives de juin 1936. Dans la foulée de «l’insurrection de Saragosse» en décembre 1933, de la grève des mineurs des Asturies (octobre 1934) – qui seront réprimés par les armes des troupes, déjà, de Franco ­–, des affrontements de classes très durs à Madrid ou en Catalogne, au printemps 1936 le Frente Popular gagne les élections de février 1936. Les affrontements sociaux, dans les campagnes et les villes, s’aiguisent. Les militaires préparent fiévreusement un coup d’Etat. Il se fera en juillet 1936.

En France comme en Espagne, les marxistes révolutionnaires anti-staliniens, très minoritaires, doivent chercher à s’inscrire dans cette montée ouvrière et sociale. Ce qui n’est pas aisé face à la social-démocratie et aux staliniens. La conscience était forte qu’une issue favorable en France et en Espagne pourrait mettre un cran d’arrêt à l’essor et à l’affirmation des forces de la droite extrême et des fascismes – certes aux configurations différentes ­– en Allemagne, en Italie, en Hongrie, en Pologne, etc. Simultanément, les «trotskystes» doivent affronter une campagne calomnieuse et une répression féroce de la part des appareils staliniens. «L’épuration» massive commence en 1933 en URSS et le premier des «grands procès» de Moscou s’ouvre en août 1936. En Espagne, les agents de Staline organisent, assez vite, la chasse aux trotskystes, aux membres du POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste) de Joaquin Maurin (10 ans emprisonné par la dictature franquiste) et d’Andreu Nin, assassiné en 1937, après avoir été dénoncé par le commissaire stalinien français en Espagne André Marty, qui sera exclu du PCF en 1952, enseveli sous une avalanche de calomnies!

En moins de deux ans après 1936, le scénario change. Si ce n’est la répression stalinienne qui continue. Les militants marxistes révolutionnaires doivent faire face à la défaite du Front populaire en France; à une «guerre civile en Espagne» où Franco prend le dessus, avec l’appui militaire d’Hitler et de Benito Mussolini; au «quatrième grand procès» de Moscou de mars 1938; sans même mentionner le Pacte germano-soviétique d’août 1939, même défendu dans la presse semi-stalinienne de Suisse française (proche du courant dit anti-fasciste de Jean Zyromski dans la SFIO) de Léon Nicole. Ce tribun si admiré, encore aujourd’hui, par «la gauche» de Genève. Il était vraiment «minuit dans le siècle» selon la formule de Victor Serge.

C’est dans ce contexte que David Rousset va s’engager dans la réorganisation du POI, alors que la France est occupée par les forces nazies du IIIe Reich. Il sera arrêté en octobre 1943, grâce «au flair» d’un inspecteur français et de ses collaborateurs allemands. Avec d’autres, il conduit un travail en direction des soldats de la Wehrmacht, dont certains étaient supposés être d’anciens sociaux-démocrates enrôlés.

Cet engagement politique du courant du POI peut être appréhendé, matériellement, en lisant le fac-similé de La Vérité de 1940 à 1944, reproduit par les EDI (Etudes et documentation internationales) en 1978, avec une introduction de Michel Dreyfus et Jacqueline Pluet. La traduction des articles en langue allemande d’Arbeiter und Soldat ayant été assurée Jean-Jacques Bonhomme.

David Rousset sera déporté à Buchenwald, après avoir été torturé dans les locaux du siège la Police de sûreté allemande, avec sa section IV, connue sous le nom de Gestapo. La Direction de la police nationale française loge dans le même bâtiment, rue des Saussaies, dans le VIIIe arrondissement. De Buchenwald, il sera «déplacé» dans divers camps. Porta Westfalica et Neuengamme. Il connaîtra la terrible «marche de la mort» – transfert de prisonniers squelettiques, sous surveillance militaire nazie, à pied, dans un froid glacial, face à l’avance des Alliés – en passant du camp proche de Neuengamme à celui de Wöbbelin, pour s’arrêter à Schwerin. Le camp de Wöbbelin a été ouvert pour quelques semaines en 1945. Ian Kershaw écrit dans La Fin. Allemagne 1944-1945, Editions du Seuil, août 2012: «Les “marches de la mort” étaient complètement absurdes, si ce n’est pour infliger de nouvelles souffrances terribles à ceux que le régime désignait toujours comme ses “ennemis intérieurs”. Mais les commandants et les gardes qui traitaient les prisonniers des marches avec une brutalité sadique n’avaient que faire de justification. Leur système continuait de fonctionner tant bien que mal. Jusque dans sa dissolution.» (p. 425)

9782818503294FSDe retour en France, David Rousset publie L’Univers concentrationnaire, et en 1947 le «roman» Les Jours de notre mort, dans le lequel il utilise son intelligence analytique, son expérience, les témoignages recueillis et «travaillés» d’autres prisonniers des camps de concentration et des camps d’extermination. Cet ouvrage que tout un chacun se doit de lire a été réédité en 2012 dans la collection Fayard-Pluriel, 994 pages.

En 1947, il prend la défense d’un ouvrage de Viktor Andreïevitch Kravchenko (1905-1966) publié en anglais en 1946 et traduit en français en 1947. Son titre: J’ai choisi la liberté. La vérité publique et privée d’un haut fonctionnaire soviétique. Un ouvrage décrivant, avec minutie, le fonctionnement du système politique stalinien, le goulag, la collectivisation forcée des terres, etc. Kravchenko, qui était Commissaire politique dans l’«Armée rouge», avait demandé l’asile politique, en 1944, aux autorités américaines.

Les Lettres françaises – organe « culturel» du PCF, animé par Aragon et dirigé par André Wurmser et Claude Morgan (nom de plume de Claude Lecomte) – vont attaquer Kravchenko de manière calomnieuse. En fait, de cette manière propre aux staliniens pour qui les faits et les idées doivent obéir eux exigences du moment et de l’orientation du «parti».

Un procès a lieu contre Les Lettre françaises sur plainte de Kravchenko. Il commence en 1949. David Rousset y joue un rôle significatif. A la barre des témoins apparaîtra Margarete Buber-Neuman, veuve du dirigeant communiste Heinz Neuman, disparu au goulag. Margarete Buber-Neuman a été livrée par Staline aux nazis et fut internée dans le camp de Ravensbrück. Ce transfert était un simple codicille au Pacte germano-soviétique. Margarete Buber-Neuman a écrit une autobiographie, dont le premier volume a été publié en français, en 1949: Prisonnière de Staline et d’Hitler. Déportée en Sibérie (Le Seuil, 1949) et le deuxième en 1988: Prisonnière de Staline et d’Hilter. Déportée à Ravensbrück (Seuil, 1988). Dans le cadre de ce procès, tout en défendant le contenu du livre de Kravchenko, la revue IVe Internationale (sous la direction de Pierre Franck, Pablo et Ernest Mandel) prit des distances qui ne sont compréhensibles qu’à partir de leur caractérisation de l’URSS comme un «Etat ouvrier bureaucratiquement dégénéré» et de leur analyse de la combinaison entre crise à venir et affrontement entre URSS et impérialisme. Ce qui n’excuse rien.

Le procès est gagné par Kravchenko. Ce dernier ira en Bolivie, avec les ressources financières issues du succès de son ouvrage. Il avait pour projet d’aider des paysans pauvres. L’échec de l’entreprise le conduira à nouveau à New York, où il décédera.

Quant à David Rousset, il crée la Commission internationale contre le régime concentrationnaire. Il sera accusé de tous les maux. Ses travaux sont pourtant remarquables. Celui qui ne lit que le premier tome (Les débats), publié en 1957, de l’ouvrage Livre Blanc, sur le travail forcé dans la République populaire de Chine, ne peut qu’être encore abasourdi par la stupidité religieuse des maoïstes des années 1960 et 1970…; une niaiserie recyclée dans divers domaines aujourd’hui. Une pensée qui se rapproche de ce que Giorgio Agamben écrit dans Qu’est-ce que le commandement, Bibliothèque des Rivages, 2013: «Si Dieu peut tout, absolument et inconditionnellement, il s’ensuit qu’il pourrait faire tout ce qui n’implique pas une impossibilité logique… [«Il»] pourrait condamner Pierre et sauver Judas.» (p. 60) Remplacez Dieu par Mao.

David Rousset va publier en 1973 un livre qui devrait être réédité. Il est dédicacé à ses trois fils Marc, Pierre et Luc. Son titre: La Société éclatée. De l’échec de la révolution bolchevique à l’espérance socialiste d’aujourd’hui, Grasset, 783 pages. Les Editions Page deux, si notre ami Pierre et son frère Luc l’autorisent, lui redonneront vie. C’est un ouvrage très important pour l’histoire des idées et l’analyse du XXe siècle.

C’est à la lumière de ces quelques informations sur un homme comme David Rousset qu’il faut comprendre le sens réel de l’article publié dans le quotidien L’Humanité, organe du PCF – composante décisive du Front de gauche – par le pisse-copie Philippe Pivion. L’idéologie rémanente du stalinisme est toujours présente. Elle se traduit dans le campisme («anti-impérialisme») propre à des faussaires de gauche qui soutiennent la dictature de Bachar el-Assad. Elle se retrouve dans les analyses sur Cuba et le régime de Chavez. Elle se dévoile dans une critique de livre (celle faite par P.Pivion).

La réponse (ci-dessous) de Pierre et Luc Rousset – deux militants marxistes révolutionnaires – mérite d’être lue et saisie dans ce qu’elle comporte de politique et d’inscription dans une longue histoire, outre la réminiscence personnelle.

La formule publicitaire du quotidien en crise financière: «L’Humanité c’est un combat quotidien» relève du même registre politique du PCF et de ses semblables: «Chaque voix compte». Rien à voir avec l’histoire et la praxis des socialistes révolutionnaires.

*****

Dernier convoi pour Buchenwald, de Roger Martin, Editions Le Cherche-Midi

Par Philippe Pivion

Une fois ouvert, on ne quitte plus le livre Dernier Convoi pour Buchenwald. Dans un style remarquable de fluidité, Roger Martin nous fait revivre les heures noires de l’Occupation et celles indicibles du quotidien de Buchenwald.

Robert Danglars, jeune trotskiste courageux, diffuse des tracts aux travailleurs allemands en uniforme de la Wehrmacht afin de fraterniser. Son réseau est démantelé, lui est dénoncé par un Français. En prison, il est retourné et expédié à Buchenwald avec pour mission d’assassiner Marcel Paul, dirigeant communiste interné, afin de décapiter l’organisation de résistance du camp et d’annihiler des perspectives politiques futures, la libération approche… Grâce à cette intrigue passionnante, Roger Martin revisite l’histoire de la résistance en Bretagne – et quelle histoire! – et celle méconnue des militants trotskistes. Un travail remarquable.

Le héros ressemble à si méprendre à David Rousset, fondateur du Parti ouvrier international, qui, par faiblesse d’analyse ou parce que sa haine de Staline l’aveugle, ne produit pas une réflexion politique approfondie de ce que représentent le nazisme et Hitler. Il considère que les travailleurs de tous les pays font partie d’une seule et même classe ouvrière et qu’ils ne doivent que s’unir pour mettre à bas l’exploitation.

Dans cette logique, les militants trotskistes sont appelés à faire de l’entrisme comme ils l’avaient fait dans la SFIO et la CGT. Ils choisissent alors le Rassemblement national populaire, parti de Marcel Déat, classé à gauche sur l’échiquier de la collaboration, dans une confusion idéologique totale.

Cette dérive politique connaîtra son paroxysme avec un article publié le 22 juin 1944 dans le journal clandestin la Vérité, organe central de la IVe Internationale, sous le titre «Ils se valent». Il fait le parallèle entre Hitler et Eisenhower et lance: «Refuse de te faire mobiliser dans “l’armée de libération”, prépare-toi à un nouveau juin 1936, tu éliras ton comité d’usine, ton soviet, pour te libérer toi-même de ton esclavage de prolétaire.» Cet article figure à côté d’un autre indiquant: «Parlons amicalement aux soldats allemands. Diffusons parmi eux des paroles de fraternisation», sous le titre «Nos alliés».

Le mérite de Dernier Convoi pour Buchenwald est aussi de faire vivre le camp, d’en décrire les affres, et surtout de montrer cette résistance organisée qui permettra aux martyrs de se rendre maîtres du camp avant même l’arrivée des Américains, en s’appuyant sur les Allemands internés, ces hommes reclus, depuis une décennie pour certains, qui résistent encore et toujours derrière les barbelés, organisant des répartitions alimentaires pour ceux qui peuvent être sauvés, chapardant des armes, mettant sur pied un comité international. Roger Martin rend justice à ces hommes, à leur lutte pour la dignité humaine menée jusque dans l’enfer.

Dans cet ouvrage, vous suivrez pas à pas les méandres suivis par Robert Danglars, ses atermoiements. Vous vibrerez à la destinée des personnages, étoufferez à la narration des convois et palpiterez à la vie du camp de Buchenwald. Après le Complot de l’ordre noir, et Dès lors ce fut le feu, parus également au Cherche-Midi, c’est à nouveau du grand Roger Martin.

*****

A propos de David Rousset

Par Pierre Rousset et Luc Rousset

Pierre Rousset

Pierre Rousset

L’Humanité a publié dans son édition du 2 mai 2013 un article de Philippe Pivion sur un livre de Roger Martin, Dernier convoi pour Buchenwald. L’auteur y affirme que notre père, David Rousset, «ressemble à s’y méprendre» à un «jeune trotskiste» arrêté par l’occupant pour son activité militante en direction des soldats allemands, puis «retourné et expédié à Buchenwald avec pour mission d’assassiner Marcel Paul, dirigeant communiste interné…».

Nous considérons une telle mise en cause particulièrement indigne. Arrêté par la Gestapo le 12 octobre 1943, notre père a été déporté à Buchenwald, ainsi que dans d’autres camps: Porta Westphalica, Neuengamme et les mines de sel de Helmstedt. Il a vécu la terrible condition du concentrationnaire jusqu’en avril 1945. Il avait alors perdu plus de 40 kilos, attrapé le typhus et souffrait d’une congestion pulmonaire. Il n’aurait pas survécu à un hiver de plus ni même à un retard dans son hospitalisation, après son rapatriement. Drôle de sort réservé par les nazis à l’un de leurs supposés agents!

Philippe Pivion affirme de plus que notre père n’aurait produit aucune «réflexion politique approfondie de ce que représentent le nazisme et Hitler». Or David Rousset est l’auteur de deux œuvres majeures sur le nazisme et ses camps, devenues des classiques: L’Univers concentrationnaire (1946) et Les Jours de notre mort (1947). Rappelons aussi qu’avant-guerre déjà, le mouvement trotskiste se référait au livre de Daniel Guérin, Fascisme et grand capital. Italie-Allemagne (1936), un ouvrage qui lui aussi fit date.

Tout l’article de Philippe Pivion affiche des relents du stalinisme et de l’anti-trotskisme des années 1950. Comment comprendre qu’une telle tribune soit publiée, sans même un commentaire ou une prise de distance, dans les colonnes de l’Humanité en 2013?

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

4 commentaires

  1. Perelman Marc dit:

    Non, le stalinisme n’est pas mort : Cuba, Corée du nord, Chine, Vénézuela… et la France. Et pour cette dernière, il est recyclé dans le Front de gauche : mixte de stalinisme mal dégrossi (si l’on peut dire) et de chavisme, tout cela s’orientant vers un populisme-doriotisme des plus échevelés.
    Ceci dit, il serait temps de faire l’analyse de ce que furent le ou les trotskysmes au moment de la Seconde Guerre mondiale. Son spectre fut on ne peut plus large entre ceux qui voulaient lutter à mort contre le nazisme (Marcel Hic au début) et ceux tels Jean Rous, Mouvement national révolutionnaire, sur des positions plus ambiguës pour utiliser un doux euphémisme…
    Reste que l’article du folliculaire de service, en service commandé par les crapules staliniennes, suinte la vengeance et la haine. Le courrier de réponse des frères Rousset est parfait.

    Ecrit le 29 mai, 2013 à 2013-05-29T13:14:37+00:000000003731201305

  2. Sicard dit:

    Frpont de Gauche = stalinisme? Faudrait m’expliquer un peu plus.

    Ecrit le 4 juillet, 2013 à 2013-07-04T21:18:15+00:000000001531201307

  3. Alencontre dit:

    Manifestement, J. Sicard a rapidement survolé l’article, aussi rapidement qu’il écrit, dans un lapsus orthographique, Frpont pour Front.
    Nous disons simplement que dans le Front de gauche le PCF s’est recyclé.
    Sur diverses questions, le campisme du PCF s’exprime. Ce qui est un élément de continuité politique de l’orientation stalinienne. On le voit sur la Syrie, comme on le voit dans le simplisme des analyses sur ce grand pays caraïbéen, le Venezuela de feu Chavez et de l’actuel Maduro, encensé aussi par le démocrate (en termes de direction politique) qu’est Mélenchon, ancien lambertiste membre du PS et à la tête (pour ne pas dire « la tête médiatique ») du Front de gauche, tout en étant du Parti de gauche. Il appartient aux membres du Front de gauche de savoir si la grosse cuillère de goudron du passé du PCF – certes cette substance visqueuse à odeur empyreumatique s’est enfin allégée, mais colle toujours – ne gâte pas le moyen tonneau de miel du Front de gauche. On le verra à l’occasion des élections municipales et des obligations d’alliance qui collent aux souliers des élus du PCF, alliance, en dernière instance, avec le PS de Hollande dont les horreurs ne cessent d’être dénoncées par celui qui a visionné les vidéos de Marchais pour apprendre à débattre à la télévision. Charles-André Udry

    Ecrit le 5 juillet, 2013 à 2013-07-05T11:24:46+00:000000004631201307

  4. Moulie dit:

    Que de telles « saloperies » puissent s’écrire en 2013 et que ça passe inaperçu est scandaleux. Après avoir ostracisé David ROUSSET de son vivant, il lui crachent dessus après sa mort.
    Les staliniens ne pardonnent pas à David ROUSSET d’avoir eu le courage de dire la vérité sur les « camps concentrationnaires » en URSS. Tout a été fait contre lui, je relis le procès que David Rousset a intenté contre les lettres modernes en 1951. Il fallait un grand courage pour mener à bien une telle entreprise, 62 ans après il faut qu’un nostalgique vienne diffuser ces mensonges et calomnies.
    Relire  » Pour la vérité sur les camps » de David Rousset, T. Bernard et G. Rosenthal

    Ecrit le 21 mai, 2017 à 2017-05-21T19:07:45+00:000000004531201705

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org