dimanche
30
avril 2017

A l'encontre

La Brèche

Deux conservateurs, Cameron et Rajoy, deux attitudes différentes pour des «raisons» historiques et conjoncturelles

Deux conservateurs, Cameron et Rajoy, deux attitudes différentes pour des «raisons» historiques et conjoncturelles

Par Marti Caussa

Le référendum pour l’indépendance de l’Ecosse a donné un résultat clair: le Non a gagné par 53,3% face à un Oui à 44,7%, avec une participation de 84,59% [le doit de vote a été attribué aux citoyens et citoyennes dès l’âge de 16 ans; le taux de leur participation a été remarquable].  Donc 2’000’926 votes pour le Non face à 1’617’989 pour le Oui. Ce sont les citoyens et citoyennes de l’Ecosse qui ont décidé librement que leur pays ne sera pas indépendant. Cela représente une défaite pour les personnes en Ecosse qui voulaient l’indépendance. Mais l’appel au référendum et la manière dont il s’est déroulé représentent une victoire pour ceux et celles qui, en Ecosse et ailleurs dans le monde, se battent pour la reconnaissance du droit des nations à décider librement de leur avenir; pour toutes les personnes qui veulent une pleine démocratie dont le droit à l’autodétermination des peuples fait nécessairement partie. C’est la raison pour laquelle nous sommes reconnaissants à tout le peuple écossais, aussi bien à ceux et celles qui ont voté oui qu’à ceux et celles qui ont voté non, pour leur participation très élevée et pour la leçon qu’ils ont donnée au monde en montrant que les conflits nationaux peuvent être tranchés par des méthodes démocratiques, avec la même «normalité» que quand on discute et l’on prend des décisions sur d’autres problèmes.

L’exemple écossais aura servi afin de mettre clairement en évidence une série de questions importantes:

1. L’Etat et la nation ne sont pas la même chose. Il existe beaucoup d’Etats plurinationaux et beaucoup de nations qui n’ont pas d’Etat. La possibilité de la création de nouveaux Etats indépendants ne constitue pas une relique du XlXe siècle, mais correspond à des désirs du présent, y compris au cœur de la vieille Europe.

2. Les revendications nationales et le droit à l’autodétermination des peuples ne sont pas des stratagèmes de la bourgeoisie pour diviser les classes populaires, même si elles peuvent à l’occasion être utilisées dans ce but. Ce sont des revendications et leur dynamique qui, lorsqu’une nation se sent opprimée, sont transversales à toute la société, y compris les classes populaires, chose qui a été particulièrement évidente en Ecosse.

3. Qui a décidé à propos de l’indépendance? Ce furent toutes les personnes (ayant le droit de vote) vivant en Ecosse; et non pas celles de l’ensemble du Royaume-Uni. Même si l’Ecosse est une partie du même Etat que le Royaume-Uni, et cela depuis plus de 300 ans. Ceux et celles qui ont décidé de l’indépendance étaient les habitants de l’Ecosse et non pas celles de l’ensemble du Royaume-Uni. Et ce qui a été valable pour l’Ecosse doit l’être également pour les autres nations [entre autres la Catalogne].

Marti Caussa, membre de la rédaction de revue «Viento Sur»

Marti Caussa, membre de la rédaction de la revue «Viento Sur»

4. Voter sur l’indépendance est une action aussi démocratique que légitime et normale, qui a pu être acceptée y compris par une reine aussi conservatrice qu’Elisabeth II et par un gouvernement aussi réactionnaire que celui de David Cameron.

5. Le fait de voter pour ou contre la séparation ne stimule pas forcément des conflits «ethniques», ne déchire pas les familles et ne compromet pas la coexistence. Le fait de résoudre les problèmes par des méthodes démocratiques est beaucoup plus sain pour la coexistence que le fait de nier leur existence ou de tenter d’étouffer leur expression par des méthodes autoritaires.

6. Le caractère normal du référendum écossais sert également à souligner les traits exceptionnels de la démocratie placée sous tutelle de l’Etat espagnol. La normalité démocratique consisterait à ce que certains événements qui se sont produits en Grande-Bretagne et en Ecosse puissent également avoir lieu en Espagne et en Catalogne. Ainsi, par exemple, Felipe VI [le roi qui a accédé à sa fonction le 19 juin 2014, après l’abdication de son père, Juan Carlos 1er, le 18 juin 2014] devrait pouvoir déclarer que l’indépendance de la Catalogne est une affaire qui doit être décidée par les Catalans. Aucun haut commandement militaire ne devrait pouvoir se prononcer contre le référendum et encore moins proférer des menaces dans le cas d’un Oui. Mariano Rajoy [Premier ministre, membre du Parti Populaire] devrait pouvoir admettre la consultation et voyager à travers la Catalogne en exposant ses raisons pour un Non-Non. Afin d’ éviter le triomphe du Oui-Oui, il devrait pouvoir promettre davantage d’autonomie (le pacte fiscal ou reconnaître la normalisation du catalan comme langue officielle, par exemple). Pedro Sanchez [nouveau secrétaire général du PSOE depuis le 26 juillet 2014] et d’autres dirigeants du PSOE devraient pouvoir se rendre en Catalogne pour débattre respectueusement avec des partisans de l’indépendance, etc.

Les marques de l’héritage franquiste

C’est ainsi que les choses devraient se passer si la démocratie espagnole était «normale», sans être enfermée par le caractère exceptionnel que lui confèrent les incrustations franquistes négociées pendant la Transition [1973-1975 à 1978-1982, selon l’analyse politico-institutionnelle faite] et sans cette sélection que ces empreintes opèrent dans l’ADN de la majorité de la caste dirigeante. Des exemples de ces incrustations sont les paragraphes de notre Constitution qui se réfèrent à «l’indissoluble unité de nations espagnole, patrie commune et indivisible de tous les Espagnols» (article 2) ou le fait que les Forces armées ont pour mission de «défendre l’intégrité territoriale» [et intégralité»] (article 8). C’est cet héritage franquiste que l’on brandit pour nier le droit du peuple catalan à voter, y compris dans une consultation sans caractère contraignant.

Catalan supporter near the parliament buildings in EdinburghAu cours des prochains jours et des prochaines semaines, ce caractère exceptionnel espagnol va devenir encore plus évident, car le contraste entre la normalité démocratique du référendum écossais et la situation espagnole sera très évident. Pourquoi ce qui est normal en Ecosse et dans le Royaume-Uni ne pourrait-il pas l’être en Catalogne et en Espagne? Pourquoi l’Ecosse peut-elle exercer librement son droit à décider alors qu’il est nié à la Catalogne?

Il est possible que cela amène beaucoup plus de personnes à comprendre que la question de fond qu’on est en train de trancher n’est pas celle de l’indépendance, mais celle de la démocratie. A comprendre aussi que les centaines de milliers de manifestant·e·s qui – partout en Espagne [le 11 septembre 2014] et en particulier en Catalogne – criaient «Ils l’appellent démocratie, mais ce n’en est pas une» avaient raison. Le droit de décider est une question de démocratie. Si cela devait arriver, ce serait en bonne partie grâce au peuple d’Ecosse, qui n’a pas gagné l’indépendance, mais qui a inscrit fermement le droit de décider dans l’agenda politique. (Publié sur le site Viento Sur, traduction A l’Encontre)

____

Marti Caussa a publié (avec Ricard Martinez) un ouvrage intitulé: Historia de la Liga Comunista Revolucionaria (1970-1991), Editorial Viento Sur, 2014; il est actif dans le Procès Constituent en Catalogne. Voir son article publié en date du 16 septembre 2014 sur ce site: Catalogne: la mobilisation du 11 septembre, l’échéance du 9 novembre, la question nationale et sociale

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Philippe Poutou et son message lors des 15 minutes avec les 11 candidats sur France 2, le 20 avril 2017


Présidentielle : revivez le passage de Philippe Poutou dans "15 minutes pour convaincre" sur France 2

Parmi les divers thèmes abordés dans sa campagne, le chômage a une place importante. Le chômage est d'abord une arme – ils ne sont pas désarmés – par les employeurs afin de faire accepter plus facilement des conditions de travail épuisantes, dégradées et des salaires de survie. Car, si «cela ne vous convient pas, il y en a dix qui attendent devant la porte».

Le chômage est aussi un coût qui pèse sur celles et ceux qui le subissent, et aussi bien directement qu'indirectement sur leur famille. Tensions, stress accru, dégradation de la santé physique et psychique. C'est inacceptable.

Michel Husson affirme: «La réduction du temps de travail permet la création d'emplois. Mais la condition essentielle est le contrôle des travailleurs et travailleuses sur la réalité des créations d'emplois. Ce sont eux qui doivent décider collectivement de la meilleure manière de combiner les formes possibles de réduction du temps de travail, de manière à prendre en compte les aspirations différenciées de salarié·e.s: réduction quotidienne (tant d'heures par jour); hebdomadaire (par exemple 4 jours), annuelle (journée RTT), pluriannuelle (année sabbatique).»

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org