dimanche
18
novembre 2018

A l'encontre

La Brèche

Etats-Unis. UPS et la logistique à l’avant-garde du XIXe siècle

Publié par Alencontre le 9 - décembre - 2017

Par Socialist Worker

United Parcel Service (UPS) est en train de prouver qu’il fera tout son possible pour accroître ses profits durant cette période chargée de fin d’année – et les gens qui travaillent pour le géant multimilliardaire de la logistique en paient le prix.

UPS a mis en place une semaine de travail obligatoire de 70 heures pour les Teamsters qui conduisent les camions bruns appelés véhicules de livraison pour colis.

Les conducteurs ont déjà travaillé 60 heures de travail – le maximum autorisé par le ministère des Transports – mais UPS a trouvé une faille dans la loi et peut maintenant faire travailler les conducteurs 70 heures. Tout ce qui compte est combien de livraisons par jour UPS peut forcer un conducteur à faire. Plus livraisons signifie plus de profits.

Soixante heures est déjà assez dangereux, les travailleurs soulevant jusqu’à une tonne de colis par jour selon un rythme exténuant. La sécurité des conducteurs ainsi que celle du public sont en danger en raison de ce surmenage.

La direction d’UPS avait l’habitude de prétendre qu’elle se souciait de la sécurité en multipliant les thèmes marketing de sécurité et en demandant aux travailleurs de participer une fois par année à une exercice d’évacuation d’urgence. Maintenant, UPS laisse de côté cette dite mesure de sécurité au moment où la firme pousse les travailleurs à suivre un rythme effréné pour faire circuler les paquets dans le système UPS.

Et si un travailleur est blessé lors de ce processus, la direction a pour politique de blâmer les victimes au lieu de ses propres rythmes de production dangereux et insécures.

***

Ces dernières années ont été terribles à UPS. Il n’y a plus de période de calme relatif. Le volume de transport est élevé toute l’année et dépasse toutes les normes pendant la haute saison, qui commence après Thanksgiving (fin novembre) et se prolonge jusqu’en janvier.

Sur de nombreuses pages Facebook des Teamsters (qui sont organisés syndicalement), les travailleurs d’UPS racontent un grand nombre d’histoires terribles et échangent des informations qui brossent un tableau de l’accélération et du surmenage à l’échelle de l’entreprise.

Dans le hub de Worldport Freight Facility [transport du fret] à Louisville, les travailleurs doivent attendre dans de longues files pour être fouillés avant de pouvoir entrer dans l’aéroport et ils doivent ensuite parcourir de longues distances pour arriver au lieu de chargement ou de déchargement. Il en va de même lorsqu’ils quittent leur travail. Tout cela est du temps non rémunéré.

La semaine dernière, à l’installation de CACH [Chicago Area Consolidation Hub, station de tri pour UPS], à l’extérieur de Chicago, un incendie a éclaté et a rempli une partie des locaux de fumée. La direction a refusé de les évacuer, mais elle a finalement évacué la zone où le feu faisait rage.

De lourds nuages de fumée persistaient sur les lieux et les travailleurs devaient les respirer. Des colis toxiques et dangereux sont régulièrement envoyés par UPS, et il est possible que le feu ait pu diffusé des matières toxiques – et comme la direction devrait le savoir, respirer de la fumée peut nuire ou vous tuer aussi facilement que les flammes.

Pourtant, les managers ont contraint le personnel à travailler dans ces conditions afin de maintenir le fonctionnement d’ensemble du CACH.

Une entreprise prête à exposer les ouvriers à un incendie ne pense évidemment pas à ne pas les contraindre à travailler dangereusement de longues journées et nuits. Les travailleurs ont vu leur charge de travail augmenter considérablement au cours de ces dernières années.

Cette période saisonnière sonne l’alarme pour les travailleurs d’UPS afin d’arrêter cette attaque de la part de l’entreprise ou la situation ne fera qu’empirer. La direction essaie de forcer les travailleurs à travailler six jours par semaine pendant la haute saison. Ce sera un grand pas en arrière s’ils peuvent l’imposer.

Beaucoup de travailleurs ont fait des heures supplémentaires volontaires dans leurs départements pendant presque toute l’année. Les conducteurs de camions de livraison et les conducteurs d’engins de manutention effectuent des heures supplémentaires obligatoires depuis de nombreuses années.

Certains travailleurs veulent travailler car ils ont besoin d’argent supplémentaire, même si cela signifie qu’ils n’ont pratiquement pas de temps en dehors du travail. Mais cela fait partie du problème – travailler 50, 60 et 70 heures par semaine signifie que les gens ne gagnent pas assez pour vivre normalement en travaillant 40 heures hebdomadaires.

De plus, avec un personnel qui travaille plus d’heures, l’entreprise utilise moins de travailleurs, ce qui signifie moins d’argent pour les régimes de retraite sous-capitalisés. Cela signifie également que le syndicat compte moins de travailleurs et est plus faible – ce qui ne serait pas le cas si davantage de salairés travaillaient une semaine de 40 heures.

Outre le surmenage des employé·e·s syndiqués, l’entreprise a utilisé des sous-traitants non syndiqués pour conduire des camions-remorques tout au long de l’année, une violation manifeste du contrat avec les Teamsters.

UPS s’est excusé auprès des clients pour ne pas être préparé pour le volume élevé pendant la haute saison. Mais c’est parce que l’entreprise compte sur trop peu de travailleurs qui travaillent plus intensément et plus vite la plupart de l’année.

Les employés saisonniers ne gagnent pas assez d’argent et beaucoup d’entre eux quittent le pays avec dégoût lorsqu’ils constatent à quel point les conditions de travail sont horribles et à quel point leur salaire est bas.

D’autres travailleurs d’UPS sont fiers de travailler de longues heures dans des conditions terribles – comme si c’était un honneur d’être utilisé de la sorte par la direction. Ces idées doivent être contrées par les principes syndicaux de la lutte pour des salaires et des avantages sociaux plus élevés, des emplois à temps plein pour les travailleurs à temps partiel et une journée de travail plus courte.

Pendant le mouvement de huit heures des années 1880, on demandait une journée de huit heures avec un salaire égal à 12 heures de travail. Nous devons nous battre dans ce but, mais avant d’y arriver, nous devons empêcher l’entreprise d’instituer une semaine de travail de 70 heures.

***

Teamsters United, la liste syndicale qui a failli battre le président du syndicat des Teamsters, James P. Hoffa, et sa vieille garde lors des dernières élections en 2016 fait circuler une pétition demandant à Hoffa de se manifester contre la semaine de 70 heures. Au cours de la première journée, il a reçu des milliers de signatures. Hoffa a été forcé d’écrire une lettre au PDG d’UPS et au président David Abney, qui disait:

«Bien que la mise en œuvre du nouvel horaire de travail contrevienne à l’engagement de l’entreprise d’informer le syndicat des changements et de permettre des discussions, la trahison la plus grave concerne les travailleurs qui devront travailler des heures inhumaines, ce qui augmentera les risques de blessures et les privera de temps pour se préparer et préparer leur famille pour les vacances. Ce manque d’intérêt de la compagnie pour leur bien-être est inexcusable…

Je vous assure que le syndicat fera tout son possible à la table de négociation pour s’assurer que ses membres n’auront pas à payer le prix de la mauvaise gestion de l’entreprise à l’avenir.»

Hoffa conclut que cette question sera abordée lors des prochaines négociations contractuelles. Mais nous ne pouvons pas attendre aussi longtemps, nous avons besoin d’action maintenant!

Les lettres et les contrats sont des morceaux de papier sans valeur, à moins qu’ils ne soient appliqués par notre pouvoir sur le lieu de travail. Un bon exemple de l’utilisation du pouvoir du syndicat a été la grève des Teamsters à UPS à l’échelle nationale en 1997 qui a interrompu toute la logistiques.

Cette année, le 4 décembre, des sections locales de New England Teamster se sont rassemblés contre la semaine de 70 heures. La section locale 251 de Providence, dans Rhode Island, a organisé un rassemblement et un piquet à l’extérieur de son centre, au lieu de faire ce que la direction voulait et de commencer le travail plus tôt que prévu.

Ce sont des actions comme celles-ci qui peuvent aider à convaincre les autres travailleurs qu’il est possible de riposter. Mais elles ne suffisent pas à elles seules.

L’industrie de la logistique a connu une expansion astronomique au cours des dernières années. Amazon est non syndicalisée et traite ses travailleurs comme des machines jetables. Ce n’est pas seulement un phénomène américain, mais cela se produit partout dans le monde. Récemment, en Italie, des travailleurs salariés des entrepôts amazoniens confrontés à des problèmes semblables à ceux des États-Unis se sont mis en grève pendant cette période de flux élevés.

Les patrons de toutes les entreprises de logistique sont engagés dans une bataille pour le contrôle du marché mondial. Alors qu’ils se font la guerre entre eux, ils intensifient leur attaque contre leurs propres travailleurs.

Nous devons organiser les non-organisés chez Amazon et FedEx, mais pour ce faire, nous devons arrêter les attaques d’UPS contre nous.

La direction d’UPS déteste un syndicat actif et compte sur une direction nationale des Teamsters collaboratrice depuis près de 20 ans. Mais ce statu quo est en difficulté. Même les travailleurs pro-entreprise les plus complaisants deviennent mécontents ou épuisés.

Les travailleurs du monde de la logistique doivent s’unir et s’organiser contre les patrons. Si nous ne le faisons pas, un avenir sombre se dessine devant nous. (Article publié sur le site socialistworker.org le 8 décembre 2017, traduction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org