lundi
18
juin 2018

A l'encontre

La Brèche

Etats-Unis. Quelle place accorder au Russiagate?

Publié par Alencontre le 21 - décembre - 2017

Donald Trump et Robert Mueller

Par Danny Katch

Alors que l’année tire à sa fin et que les républicains sont prêts à faire adopter leur contre-réforme fiscale [1], le scénario est déjà en train d’être construit pour le prochain mélodrame qui se jouera sur la scène politique nationale: l’affrontement imminent entre la Maison Blanche et l’enquête spéciale de l’ancien directeur du FBI Robert Mueller portant sur la collusion entre le gouvernement russe et la campagne présidentielle de Donald Trump.

Ce mois-ci, l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, Michael Flynn, a plaidé coupable face à l’accusation d’avoir menti au FBI au sujet de ses conversations avec l’ambassadeur russe dans le mois qui ont suivi l’élection de Trump.

Peut-être plus importantes étaient toutes les autres accusations potentielles qui n’ont pas été émises contre Flynn. Ce qui indique qu’il avait probablement conclu un accord avec Mueller pour plaider coupable à une accusation moins grave en échange de sa coopération dans l’enquête visant des fonctionnaires de l’administration Trump situés à un plus haut niveau comme le beau-fils de Trump, Jared Kushner, et peut-être même le président lui-même.

Tout comme le plaidoyer de Flynn a marqué une nouvelle phase dans l’enquête russe, l’équipe de Trump a lancé et accéléré sa campagne pour discréditer Mueller et son travail.

Leur but est d’atténuer l’impact politique de toutes les révélations ultérieures et de jeter les bases pour que Trump réplique, soit en pardonnant à Flynn (et en stoppant ainsi sa coopération forcée avec l’enquête), soit en faisant destituer Mueller.

Les partisans de Trump essayent de tirer le meilleur parti de la révélation selon laquelle, déjà en août, Mueller a écarté l’agent du FBI Peter Strzok de l’enquête russe parce que Strzok avait fait des textes anti-Trump pendant la campagne présidentielle.

La semaine dernière, le Département de la justice de Jeff Sessions a invité un groupe de journalistes à consulter le texte des messages incriminés – même si l’enquête interne du DoJ est toujours en cours – et les discoureurs de droite, comme prévu, ont utilisé de manière outrancière cette «information» comme preuve que le FBI s’avère être un groupe radical d’extrême gauche déterminé à faire la peau du président.

«Les membres du FBI et du Ministère de la justice – dont certains se sont retrouvés dans l’équipe de Bob Mueller pour poursuivre Donald Trump – ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour exonérer Hillary Clinton de ses crimes et incriminer Donald Trump sur la base d’un crime inexistant», a déclaré Jean-Sébastien Pirro, de Fox News, qui a ajouté que les coupables du DoJ devraient être «vidés, avec les poignets menottés».

Comme cela a été le cas tout au long de l’année, les sénateurs républicains de l’establishment comme Lindsay Graham [Caroline du Sud] et Richard Shelby [Alabama], qui, il y a quelques mois, exhortaient Trump à ne pas entraver l’enquête russe, se tournent rapidement en direction de la base de droite extrême du Grand Old Party qui soutient Trump.

«Il est grand temps que le conseiller spécial enquête sur le scandale des courriels de Clinton, Uranium One [liens entre la Fondation Clinton et cette firme], le rôle de GPS Fusion [société d’enquête privée qui aurait alimenté le dossier anti-Trump] et les préjugés du FBI et du DoJ durant la campagne de 2016», a écrit Graham le 8 décembre.

La guerre froide partisane au sujet de l’enquête sur la Russie est en train de s’échauffer, ce qui amène à se demander si Trump se prépare à renvoyer Mueller – et, s’il le fait, s’il va s’en tirer ou provoquer une résistance qui s’exprime actuellement dans de nombreuses déclarations: une crise constitutionnelle.

***

Comme c’est souvent le cas avec les débats partisans enflammés entre les républicains d’extrême droite et les démocrates de centre droit, il est important que la gauche reconnaisse clairement les conneries qui se propagent de tous les côtés.

Les accusations venant des partisans de Trump sont évidemment fragiles, bien que cela ne les empêche pas de dominer les ondes pendant au moins de nombreux bulletins d’information.

De toute évidence, les agents du FBI – comme le reste de la population – ont des opinions politiques, ce qui ne les empêche pas de faire leur travail. Si une chose s’avère, il y a plus de biais potentiels en faveur de Trump que contre lui dans le DOJ. Mueller lui-même est un républicain depuis toujours qui a récemment été un membre dans un cabinet d’avocats qui représentait l’ancien directeur de campagne de Kushner et Trump, Paul Manafort.

Et si un candidat a été aidé par les agents du DOJ pendant l’élection, c’est Trump – qui a grandement bénéficié de l’annonce faite en octobre par le directeur du FBI, James Comey, de rouvrir l’enquête sur le serveur de courrier électronique privé de Hillary Clinton, certainement sous la menace de fuites provenant d’agents anti-Clinton actifs dans les bureaux de New York.

Mais de l’autre côté, les démocrates défendent avec indignation l’honneur du FBI contre la calomnie visant cette fière agence – créée par le célèbre J. Edgar Hoover [directeur du FBI de 1935 à 1972] pour poursuivre et persécuter les communistes et contre ceux menant la bataille pour les droits civiques – qui jamais n’aurait pu et ne pourrait être accusée d’avoir un agenda politique.

Plus important encore, nous devons continuer à prendre nos vitamines à la Glenn Greenwald [qui a publié les révélations d’E. Snowden sur la surveillance de masse par la NSA] et rester vigilant sur le fait que, tandis que les médias non-Fox affirment que des agents russes ont piraté l’élection présidentielle, il n’y a encore aucune preuve solide pour étayer ces affirmations. Et de nombreuses manchettes de tabloïds à scandales se sont avérées fausses.

En fait, la principale preuve révélée jusqu’ici par l’enquête Mueller sur la collusion entre l’équipe de transition de Trump et une puissance étrangère ne concernait pas la Russie mais Israël, qui a travaillé avec Jared Kushner pour convaincre la Russie de voter contre une condamnation pour illégalité des colonies en terres palestiniennes alors que l’administration Obama avait l’intention de s’abstenir.

Rien de tout cela ne veut dire que l’enquête russe n’est pas significative. Ce n’est pas une conspiration de «l’Etat profond» pour abattre Trump, comme semblent le croire les supporters de Trump. Mais ce n’est pas seulement une distraction par rapport à des questions plus importantes qui touchent les travailleurs, comme certains à gauche peuvent le prétendre.

Il est clair que de nombreux membres de l’équipe de Trump ont eu des contacts répétés avec des responsables russes et ont ensuite menti à ce sujet, ce qui est étrange.

Ce que nous ne savons pas, c’est l’étendue de ces contacts, et s’ils proviennent de l’histoire personnelle de Trump dans le cadre d’affaires louches avec des financiers russes, ou suite à un désir de relations plus étroites avec la Russie afin de prendre une position plus dure contre la Chine.

Le fait qu’il soit impossible de démêler les deux est la véritable crise de la présidence Trump pour la classe dirigeante américaine.

Les clés de l’empire sont entre les mains d’un voyou peu fiable et incompétent et d’un équipage hétéroclite de charlatans fanatiques et de néo-fascistes qui l’entourent ; ces derniers n’auraient pas passé l’examen du bureau de la sécurité étatique dans la plupart des administrations précédentes.

***

Il est trop tôt pour dire exactement comment cette crise se déroulera dans les semaines et les mois à venir. Et il est encore moins clair quel sera son impact sur la situation de la gauche, plus nombreuse mais toujours faible. Toutefois il est important que les socialistes commencent à préciser où ils se trouvent sur ce terrain.

Notre point de départ ne peut pas être dédaigneux. Si Trump réussit à licencier Mueller et à mettre fin à une enquête sur les mauvaises actions de son administration, cela pourrait donner un coup de fouet dramatique à son pouvoir déjà autoritaire qui conduirait contourner un certain nombre d’autres lois et libertés civiles.

Il est déjà évident que les républicains ne vont pas arrêter Trump. Ils ont prouvé qu’ils toléreraient dans la Maison Blanche les supporters de nazis qui se sont manifestés à Charlottesville et un prédateur sexuel en Alabama [Roy Moore, qui a perdu l’élection au Sénat] si le GOP peut obtenir une baisse massive des impôts et une régulation permettant l’optimisation fiscale pour les entreprises.

Et tandis que les démocrates ont une motivation partisane plus évidente pour résister à la destitution de Mueller par Trump, l’histoire a montré que, lorsque la pression monte, leur parti et ses riches contributeurs donnent la priorité à la stabilité par rapport à la justice.

En 2000, par exemple, les républicains de Floride et la Cour suprême des États-Unis ont volé l’élection présidentielle en faveur de George W. Bush [face à Al Gore]. Mais les démocrates ont découragé les militants syndicaux et les défenseurs des droits civiques de lutter contre cette fraude. «Ils ne veulent pas faire de vagues», a déclaré à l’époque Jane McAlevey, organisatrice syndicale. «Ils ne veulent pas avoir l’air de ne pas faire confiance au système judiciaire.»

Comme Bill Blum a récemment écrit sur le site TruthDig, cette élection volée aurait pu produire une crise constitutionnelle, mais pas parce que les démocrates, «sans vergogne et entièrement captifs de leur aile pro-business et des politiques néolibérales, n’ont pas réussi à mobiliser leur base électorale ouvrière et des classes moyennes, qui se réduit, ce qui a permis de placer George W. Bush dans le bureau ovale».

La reddition pathétique après les élections de 2000 a contribué à renforcer l’arrogance de l’administration Bush qui pouvait s’en tirer avec n’importe quoi – y compris une invasion de l’Irak désastreuse qui hante encore le Moyen-Orient et le monde. Il est effrayant d’imaginer les idées qui passeraient dans la tête de Donald Trump s’il pouvait se défaire Robert Mueller.

Donc oui, si Trump licencie de Mueller, nous devrions défendre la norme démocratique de base que les présidents devraient être garants de l’Etat de droit [«rule of law»]. En même temps, nous devrions également être clairs sur le fait que ce n’est qu’un des nombreux crimes pour lesquels Trump devrait être tenu responsable, en commençant par son dossier d’agression sexuelle et en passant par son soutien à des suprématistes blancs, et en poursuivant depuis là une campagne.

Ces protestations ne doivent pas attendre la prochaine tuile à propos de l’enquête Mueller. Mais il semble que trop d’organisations libérales [de gauche] prennent exemple sur les démocrates et font ainsi. Comment expliquer autrement le manque de protestation de nombreux syndicats et organisations de défense des droits civiques sur le tsunami fiscal ou l’abrogation du DACA [programme de protection des jeunes migrants clandestins]?

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles le Russiagate continuera de susciter beaucoup plus d’attention que n’importe quel autre problème. Pour les démocrates, c’est un moyen de canaliser l’opposition anti-Trump dans la direction la plus patriotique et impérialiste possible. Pour les médias non-Fox, il y a l’idée que leur information «de rupture» est l’arme la plus importante contre Trump et son utilisation de «fausses nouvelles».

Mais les intrigues propres aux «milieux» de Washington ne vont pas arrêter Trump. Ce dont nous avons besoin, c’est d’une lutte et d’une organisation qui représentent tout ce que Trump ne fait pas – l’égalité, la solidarité et la justice. C’est une force sociale que Trump ne peut pas virer. (Article publié sur le site socialistworker.org en date du 19 décembre 2017; traduction A l’Encontre)

____

[1] On voit dans le graphique ci-dessous du Tax Policy Center les catégories sociales qui vont économiser le plus d’argent grâce à la nouvelle loi fiscale. Elles englobent les centiles 95 à 99,9… soit les 5% de la population la plus riche aux Etats-Unis.

 

 

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




«Conflit SNCF: la solution du référendum»

______________________________________________

«SNCF: d'où vient vraiment la dette?»

______________________________________________

«Ce que les médias ne disent pas sur la SNCF»

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org