vendredi
18
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Paraguay. L’acharnement

Publié par Alencontre le 22 - juillet - 2016

somosobservadores5Par José A. Vera

Le 15 juin 2012, onze paysans et trois policiers mouraient dans un affrontement très suspect dans le département de Curuguaty (Paraguay). Lundi passé, 11 juillet, sans la moindre preuve, onze paysans ont été condamnés à Asuncion à des peines de 4 à 35 ans de prison, accusés de l’occupation illégale d’une propriété privée, d’association illicite en vue de commettre des délits et d’assassinats multiples.

La question qui se pose de manière générale est celle de savoir ce qui s’est réellement passé à Curuguaty. «Nous sommes tous Curuguaty» peut-on lire sur les t-shirts jaunes que portent surtout les jeunes. «Nous sommes tous condamnés» clament d’autres pancartes. Ce qui est sûr c’est que depuis ce jugement contestable et au vu de l’incurie dont font preuve les juges et les procureurs, n’importe quel habitant de ce pays et quel que soit son degré d’innocence peut se sentir menacé de finir en prison.

Plus de 12’000 personnes croupissent dans les prisons paraguayennes, dont 75% n’ont pas été jugées. Parmi ces dernières se trouvent les 11 paysans, plus six autres dont on ne parle pas beaucoup, qui ont été condamnés pour leur prétendue participation à la séquestration et à l’assassinat d’une jeune femme, fille d’un ex-parlementaire, il y a dix ans. Ces hommes avaient fui en Argentine, d’où ils ont été extradés. Ils se sont déclarés prisonniers politiques et à vrai dire ils remplissent cette condition. Ils sont 17 en tout. Le gouvernement paraguayen et sa presse à la botte le nient, alors qu’ils réclament au contraire la liberté des prisonniers au Venezuela.

Au début du procès des 11 de Curuguaty, qui constitue d’après l’avocat Alberto Alderete, membre de l’équipe de défense, «une mascarade pour légaliser l’injustifiable», le Ministère public a présenté une boîte en carton avec les éléments censés démontrer la perversité des accusés: un vieux fusil qui n’a pas tiré un seul coup récemment (il aurait été apporté depuis un commissariat), quelques petites machettes, de la vieille vaisselle en aluminium, du papier hygiénique et quelques autres objets.

D’après le procureur Jalil Rachid, qui a dirigé l’ordre de détention, ces objets auraient fait partie de l’arsenal utilisé par les paysans. Au cours de la procédure, même les agents de police qui étaient intervenus l’ont contredit sur ce fait. Par contre tous ont reconnu qu’un hélicoptère était arrivé sur le lieu des opérations en dégageant une épaisse fumée, ce qui a provoqué un début d’échanges de tirs entre les policiers eux-mêmes. Ils étaient environ 350, dont des membres des forces spéciales.

Martina Paredes, sœur de deux des paysans tués et de deux des condamnés a fait un témoignage volontaire. Elle a raconté qu’un de ses frères l’avait appelée sur son téléphone cellulaire en demandant de l’aide parce qu’il était blessé par balle et craignait qu’on ne le tue. Et c’est effectivement ce qui s’est passé: ils l’ont liquidé et l’ont photographié à côté des autres deux hommes, chacun avec un fusil posé entre les jambes. Ces images, pourtant reconnues par les policiers qui ont participé aux faits, ont disparu. En même temps le pilote de l’hélicoptère est soudain décédé il y a une année, à peine quelques jours avant l’ouverture du procès. Les proches des 17 victimes ont demandé qu’une autopsie soit pratiquée, mais cela leur a été refusé.

A peine une semaine après le massacre, le président Fernando Lugo [août 2008 à juin 2012] était victime d’un procès politique parlementaire expéditif «pour mauvaise gestion de ses fonctions».

Le Palais de justice, un imposant bâtiment en marbre blanc, est transformé depuis quelques jours en un champ de bataille. Des barrières de blocs de ciment posés tous les quelques mètres ont été installées dans toutes les rues environnantes et pendant la lecture du verdict un énorme déploiement policier a empêché l’accès au perron à la foule postée sur la place d’en face, entourée de hautes grilles de fer.

Après la lecture du verdict, il y a eu des réactions dans la salle où se trouvaient les avocats de la défense et les 30 ou 40 personnes, en majorité des femmes, qui manifestaient leur solidarité avec les paysans.

Une année après le procès, le président du tribunal, Ramon Trinidad Zelaya, a été mis en détention et inculpé pour trafic de stupéfiants. D’après Luis Lezcano Claude, ex-ministre de la Cour suprême et l’un des défenseurs des paysans, sa désignation pour présider à ce «cirque» aurait été le prix qu’aurait payé le magistrat pour échapper à une condamnation. Des militants des droits humains n’ont pas cessé de dénoncer les irrégularités continuelles qui ont entaché le procès, ainsi que les liens existant entre les procureurs, les juges, les parlementaires, le flambant président du Congrès, Roberto Acevedo et même le président, Horacio Cartes [en place depuis août 2013].

Les trois motifs invoqués par le tribunal pour condamner les onze paysans sont ridicules. La première imposture est de prétendre que les paysans ont occupé une propriété privée.

Des mois avant le massacre, quelque 70 familles sans terre avaient commencé à cultiver une propriété de 200 hectares qui fait partie d’une propriété de 4000 hectares qui appartient à l’Etat depuis quatre ou cinq décennies. Elle avait été cédée par l’Italie après un abandon de plusieurs années après la mort de ses propriétaires italiens. Le général Alfredo Stroessner a cédé cette terre à l’armée, qui s’est bornée à la louer à des producteurs de soya et des éleveurs. En 2004 le président Nicanor Duarte Frutos a attribué cette propriété à l’Institut de Réforme agraire, mais la bureaucratie et la corruption ont retardé sa session. Après avoir beaucoup navigué entre les différents bureaux, un groupe de paysans a décidé de réaliser une incursion et à commencer à produire des aliments sur cette superficie. Il faut souligner le fait que, plutôt que les paysans, ce sont les dirigeants politiques liés aux sphères du pouvoir – dont le procureur de ce jugement, Jalil Rachid – qui ont usurpé le plus de terres tout au long de ces décennies.

La deuxième accusation était celle «d’association dans le but de commettre un délit», mais au cours du procès aucune preuve n’a été présenté dans ce sens. La troisième était celle d’assassinat, et là non plus on n’a pas pu démontrer que les tirs qui ont tué les policiers avaient été tirés par les paysans inculpés. Par ailleurs, le procès visait les accusés et les incriminait d’avoir tué des représentants de l’ordre en uniforme. Or dans ce massacre 11 paysans sont morts, et personne n’a été accusé de cela. (Publié dans l’hebdomadaire uruguayen Brecha le 15 juillet, traduction A l’Encontre).

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org