Suisse: «Le sens d’un NON à l’initiative xénophobe de l’UDC, le 27 septembre 2020»

Il va de soi que nous combattons l’initiative xénophobe de l’UDC qui veut, d’une part, diviser les salarié·e·s et, d’autre part, limer encore plus les dites mesures d’accompagnement, comme l’a explicité l’entrepreneuse Magdalena Martullo-Blocher. La libre circulation est une cause commune, un droit, des salarié·e·s qui implique la nécessité d’une lutte commune pour faire face à la possible mise en concurrence accentuée des salarié·e·s.

Pour mettre en pratique une bataille commune, ici et «ailleurs», s’affirme le besoin impératif de renforcer, et parfois d’établir, des droits pour les travailleurs et travailleuses ainsi que pour les syndicalistes sur les lieux de travail. L’existence de ces droits nécessite une législation contre l’absolu pouvoir patronal de licencier. Cela d’autant plus lorsque se profile une crise économique d’ampleur, où chômage et licenciements seront deux instruments qui «accompagneront» la politique patronale.

La conclusion coule de source: un NON à l’initiative xénophobe et anti-salarié·e·s de l’UDC doit être flanqué d’effectives mesures d’accompagnement, plus exactement de protection contre le dumping social et salarial. Un NON à l’initiative de l’UDC ne doit pas camoufler la faiblesse actuelle certifiée des droits des salarié·e·s sur leur lieu de travail. Des droits qui s’arrêtent plus que souvent au seuil de l’entreprise, ou des bureaux.

Un NON à l’initiative de l’UDC peut être un signal pour un renforcement effectif des mesures d’accompagnement, ce qui nécessitera toutefois une mobilisation organisée des salarié·e·s dans un contexte économique marqué par une forte hausse du chômage et une montée des faillites.

Christian Dandrès, conseiller national PS, Genève
Agostino Soldini, secrétaire central SSP, Lausanne
Michela Bovolenta, secrétaire centrale, SSP, Lausanne
Lisa Mazzone, conseillère aux Etats Le Vert.e.s., Genève
Guy Zurkinden, rédacteur Services publics, Fribourg
Catherine Friedli syndicaliste SSP, Fribourg
Ueli Leuenberger, vice-président AVIVO Genève, ancien conseiller national
Nicolas Walder, conseiller national Le Vert.e.s, Genève
Romolo Molo, avocat, Genève
Alex Martins, secrétaire UNIA, Neuchâtel

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*