vendredi
24
mai 2019

A l'encontre

La Brèche

Le stress professionnel: comprendre pour agir

Publié par Alencontre le 13 - octobre - 2007

Avec  Philippe Davezies, enseignant-chercheur en médecine et santé au travail,   Université Claude Bernard à Lyon

Jeudi 15 novembre 2007, 20h15 Lausanne, Buffet de la Gare, Salle des Vignerons

La pression au travail augmente. Est-­ce seulement une question de quantité de tâches ? Ou est-ce une combinaison, plus complexe, entre quantité et qualité exigées du travail à accomplir?

Comment suivre les discours sur la « Qualité » quand on sait comment on doit travailler ? La pression est trop forte… alors un «déséquilibre» survient et l’on bascule dans la maladie.

La prévention des atteintes à la santé par le travail est souvent présentée comme du seul ressort des «spécialistes», des médecins du travail, dont le rôle reconnu est, d’ailleurs, fragile en Suisse.

Or, cette prévention dépend aussi, pour ne pas dire avant tout, de la capacité des femmes et des hommes à agir collectivement sur leurs propres conditions de travail.

Voilà quelques questions qui seront abordées par le Dr. Philippe Davezies, puis débattues avec lui.

Organisé par: Raisons d’agir sur le lieu de travail, Editions Page deux, La brèche, Mouvement pour le socialisme (MPS),  site web: www. alencontre.org

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org