vendredi
18
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Syrie: les crimes du dictateur et l’émissaire…

Publié par Alencontre le 5 - mai - 2012

Par Rédaction A l’Encontre

Des milliers de personnes ont défilé, vendredi 4 mai 2012, partout en Syrie, pour réclamer, une fois de plus, le départ du président Bachar el-Assad. Selon l’opposition, les «forces loyalistes» ont tiré à plusieurs endroits sur la foule. Bilan: une vingtaine de morts, dont cinq à Homs, selon Sami Ibrahim, un militant de l’opposition de Homs: «Nous avons les noms, l’endroit où ils ont été tués, nous avons tous les détails. Ce ne sont que des civils. Et les tirs viennent toujours du même côté. Qui a les chars, les canons, les snipers, les armes? Ce sont les forces de sécurité, l’armée et le régime criminel et dictatorial…» (RFI).

Les étudiants de l’université d’Alep ont vu leurs protestations réprimées par les forces dites de «sécurité». Il y aurait au moins quatre morts et des centaines d’arrestations.

La direction de l’université aurait décidé de suspendre les cours jusqu’au 12 mai au moins.?Le raid policier a commencé dans la nuit de mercredi 2 au jeudi 3 mai 2012. Des membres des forces de sécurité ont pénétré dans l’université d’Alep et poursuivi des étudiants jusque dans leur chambre. Là, ces derniers ont été abattus, d’autres frappés, humiliés de manière sadique, de nombreux ont été arrêtés, afin de susciter une crainte généralisée. Des témoignages font également état de tirs nourris dans l’enceinte du campus. Les «forces de l’ordre» sont intervenues pour punir les étudiants. Ils avaient manifesté dans la journée du 2 mai contre le régime. Jeudi 3 mai 2012, un nouveau défilé a eu lieu, dispersé par des gaz lacrymogènes, selon divers témoignages. La ville d’Alep, capitale économique du pays, a été relativement épargnée par les mobilisations jusqu’ici. Si «Alep ne s’est pas encore révoltée contre le régime, l’importance de ces événements va pousser les habitants à se solidariser avec les étudiants», a estimé le président de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, Rami Abdel Rahmane. Il a ajouté que les forces gouvernementales sont «entrées en force car la mobilisation s’est intensifiée ces derniers temps au sein et à l’extérieur des campus».

En effet, les étudiants ont multiplié les manifestations ces derniers mois. Une vidéo postée sur Internet – et datée du 12 avril 2012 – montre clairement des étudiants jetés à terre et battus à coups de matraque, par des hommes en uniforme.

Les forces gouvernementales ont continué, le vendredi 4 mai 2012, de réprimer: 26 morts. Cependant, le bureau de l’émissaire international Kofi Annan a estimé que «son plan de paix» était «sur les rails». Il ajoute: «Il y a de petits signes sur le terrain. Certaines armes lourdes ont été retirées, certaines sont restées […], certains actes de violence ont reculé, certains se sont poursuivis.» Quel astucieux jargon de diplomate! Un point «d’honneur» de la profession?

Tous les analystes sérieux insistent pourtant sur un fait: si le pouvoir enlève ses armes lourdes (blindés, canons, etc.) des villes, cela conduirait à un soulèvement généralisé contre le clan Assad. D’où le choix de déplacer ce type d’armement, assez rapidement, et de frapper le plus fort possible, à chaque fois, quitte à détruire des quartiers entiers d’un nombre croissant de villes.

Ainsi, les forces répressives ont tué 26 civils, dont deux enfants, dans les provinces d’Alep, Homs, Hama, Idleb, Deir Ezzor, Lattaquié et Damas, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Et cela malgré la présence d’observateurs de l’ONU chargés de «surveiller l’application d’un cessez-le-feu», ignoré depuis le 12 avril. Comme chaque vendredi, depuis mars 2011, les manifestant·e·s ont défilé, avec comme cris de ralliement, inscrits sur leurs pancartes: «La Syrie veut la liberté»; «La Syrie saigne»; «Bachar, dégage!». Des vidéos mises en ligne par des militants montrent des foules à Homs, Qamichli, Idleb, Deraa et Alep.

Plus de 65’070 Syriens ont fui leur pays, en grande majorité vers la Turquie (23’343) et le Liban (22’000), selon le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (UNHCR). Ce dernier a précisé que 49’193 étaient enregistrés auprès de ses services et 15’877 en passe de l’être, selon son site du Syria Regional Refugee Response. Il faut y ajouter: 15’999 en Jordanie et 3129 en Irak.

Le 4 mai 2012, Amnesty International a établi un «bilan». Il suffit à décrypter les déclarations commises par l’émissaire de l’ONU. Amnesty «a reçu les noms de 362 personnes annoncées comme tuées depuis que les observateurs de l’ONU ont entamé leur travail en Syrie le 16 avril […]. La tendance récente à des violences qui éclatent juste après la visite d’observateurs souligne la nécessité de mettre en place bien plus vite une mission d’observation plus musclée», déclare Ann Harrisson, une responsable d’Amnesty pour le Moyen-Orient.

Le seul «plan de paix» effectif réside dans la détermination imposante d’une population – aidée, sous une forme artisanale, par des militaires qui désertent les rangs des forces armées dont la férocité et l’inhumanité font corps avec le système. Cette population insurgée a un objectif: sa libération.

Faut-il citer, ici, face à ceux qui osent invoquer la «violence des deux parties», la lettre encyclique de Paul VI, en date du 26 mars 1967, Populorum Progressio? Face à un pouvoir non seulement dictatorial, mais qui a pris l’initiative, depuis 15 mois, de recourir à une violence policière et militaire pour réprimer dans le sang des manifestations pacifiques, le peuple syrien, dans ses diverses composantes, fait face au «cas d’une tyrannie évidente et prolongée qui [porte] gravement atteinte aux droits fondamentaux de la personne et [nuit] dangereusement au bien commun du pays». Si violence il y a, il s’agit de celle de l’assassin. A ne pas confondre avec celle de celui qui veut l’arrêter. (Rédaction A l’Encontre, 5 mai 2012)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

1 commentaire

  1. Hacène dit:

    C’est inacceptable et condamnable lorsqu’un diplomate dit qu’il y a de petits signes positifs et que le régime syrien a retiré les armes lourdes dans certains endroits.
    Le régime syrien est entrain d’exterminé un peuple qui s’est soulevé pour sa liberté, sa dignité et le monde attend, le régime russe et la chine continuent d’encourager Assad de tuer les civils, de détruire par centaines les maisons.
    Le peuple sera bientôt libre, mais les nouvelles autorités ainsi que les peuples arabes doivent se rappeller mettre une croix sur le régime actuel russe a fait beaucoups de mal aux syriens.

    Ecrit le 5 mai, 2012 à 2012-05-05T17:25:30+00:000000003031201205

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org