dimanche
28
mai 2017

A l'encontre

La Brèche

Iran. Après les élections, les problèmes demeurent

Publié par Alencontre le 6 - mars - 2016
Hassan Rohani...

Hassan Rohani…

Par Babak Kia

Le 26 février 2016, les Iraniens ont eu à élire les députés siégeant au Parlement islamique, ainsi que les membres de «l’Assemblée des experts» composée de dignitaires religieux. Cet organe est notamment chargé d’élire le futur Guide.

Deux grandes listes se faisaient face dans chacun de ces scrutins: celle de la majorité sortante regroupant des «conservateurs et principalistes» proches du Guide Khamenei; celle dite «modérée et réformatrice» liée au président Hassan Rohani en place depuis 2013. La candidature de milliers de personnes a été refusée. Un second tour se tiendra en avril pour attribuer les sièges non pourvus.

Les premiers résultats indiquent une forte poussée dans les grandes villes en faveur du président Rohani et de sa politique d’«ouverture»: ainsi, à Téhéran, ces listes ont remporté l’ensemble des sièges. Le président «conservateur?» sortant de l’Assemblée des experts est battu, alors que l’ancien président de la République Hachemi Rafsandjani, personnage clé du régime, corrompu notoire et soutien de Rohani, sera sans doute le prochain président de cette Assemblée.

L’accord sur le nucléaire et la levée des sanctions internationales ont favorisé le succès du camp Rohani. Celui-ci a aussi fait miroiter une amélioration de la situation. Derrière ce mirage se cache l’accélération de la politique libérale, avec notamment la casse en règle du Code du travail, l’ouverture totale du marché aux capitaux étrangers, l’accélération des privatisations. Les désillusions seront rapides et la question sociale reprendra le dessus.

Les proches du Guide et la direction des Gardiens de la révolution sont hostiles à l’ouverture du marché iranien aux transnationales occidentales. Ils ont bénéficié amplement des privatisations et dirigent des secteurs industriels et commerciaux importants. Ils dirigent également les grandes et richissimes fondations qui ont la mainmise sur des pans entiers de l’économie. Ces fondations ne rendent de compte qu’au Guide et sont exemptées d’impôts.

Harcèlements, arrestations et condamnations

Ces élections sont un arbitrage entre deux segments de la bourgeoise, entre deux insertions dans le capitalisme. Quant aux électeurs et électrices, ils ont voulu accentuer les tensions et les contradictions internes au régime, tout en éliminant autant que possible les secteurs liés aux Gardiens de la révolution et au Guide.

Sur les questions sociales, démocratiques, et celles relevant des droits humains ou de l’égalité entre hommes et femmes, les différentes factions au pouvoir partagent la même politique. Depuis l’accession de Rohani à la présidence de la République en juin 2013, le régime a exécuté plus de 2?000 prisonniers. En ce qui concerne le nombre de peines capitales, le pays est au deuxième rang, derrière la Chine et devant l’Arabie saoudite. La pratique systématique de la torture se poursuit.

Les militants ouvriers et des droits démocratiques sont systématiquement harcelés, arrêtés, condamnés à la prison ferme et licenciés. Condamné à la prison pour activité syndicale, Reza Shahabi avait bénéficié d’une permission sanitaire en raison de la gravité de son état de santé. Deux jours seulement après les élections, les autorités veulent le renvoyer croupir derrière les barreaux…

A l’instar de Press TV (voir à ce sujet l’article publié sur ce site en date du 1er mars 2016], le média dédié à la propagande internationale de la mollahrchie, les organes de presse du régime diffusent régulièrement des «aveux» de militants emprisonnés extorqués sous la torture. Le retour de la République islamique à la table des «grands» de ce monde ne change rien à sa nature dictatoriale, théocratique et réactionnaire. (29 février 2016)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





Qui sont les électeurs derrière le vote record en faveur du Front national au second tour de la présidentielle? La carte des scores du parti de Marine Le Pen en recouvre une autre, qui n’est pas celle de l’immigration. En cinq minutes, Ludovic, Stéphane et Xavier délivrent quelques clés d'analyse et de compréhension. Car «diaboliser ce vote ne le fait pas baisser», expliquent les trois vidéastes du collectif Osons Causer.

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org