mercredi
20
septembre 2017

A l'encontre

La Brèche

attachmentPar Solidarité Socialiste avec les travailleurs en Iran (SSTI)
Alliance internationale du soutien aux ouvriers iraniens (IASWI)
Association de défense des prisonniers politiques et d’opinion en Iran
Association des Kurdes iraniens résidant en France
Soliran
Union syndicale Solidaires  

Selon Siavosh Gazi, le correspondant de RFI en Iran, les résultats définitifs des élections législatives et celles de l’Assemblée des experts ont été finalement annoncés au bout de trois jours de dépouillement, marquant une poussée des réformateurs [pour reprendre les concepts habituels des médias censés analyser les courants politiques en Iran, ce qui semble un peu simpliste]. Toutefois il n’y a pas de majorité au Parlement qui compte 290 membres.

Les résultats définitifs indiquent que les «réformateurs» ont triplé le nombre de leurs sièges et ont fait élire 95 députés. Mais les conservateurs les devancent puisqu’ils ont obtenu un peu plus de 105 sièges. Quelque 14 indépendants ont fait leur entrée ainsi que cinq représentants des minorités religieuses. Surtout, il y aura un second tour pour 69 sièges en ballottage, en avril prochain.

Les «conservateurs» ont plus de chance de conforter leur avance, car leurs candidats seront plus nombreux que les réformateurs pour ce second tour. Même si les partisans du président Rohani renforcent leur présence au parlement, ils sont loin d’avoir la majorité. Hassan Rohani espérait obtenir la majorité, afin d’avoir les mains plus libres pour accélérer ses réformes sociales et politiques.

Hashémi Rafsandjani vote… sous le regard de Khomeini. La «réforme»?

Hashémi Rafsandjani vote… sous le regard
de Khomeini. La «réforme»?

A l’Assemblée des experts (Majles-e Khobregan) – composée de 86 membres religieux élus pour 8 ans au suffrage universel direct; elle élit et peut révoquer le Guide de la révolution, de manière hypothétique, car ce dernier dispose d’un mandat à vie (comme le pape) – les alliés du président Rohani et de l’ex-président Akbar Hachemi Rafsandjani (un des hommes les plus riches d’Iran) obtiennent aussi un succès symbolique. Deux des religieux fort conservateurs, en particulier l’actuel président de l’Assemblée, l’ayatollah Mohammad Yazdi, n’ont pas été élus. Les «réformateurs» ciblaient également un troisième candidat de Téhéran: l’ayatollah Ahmad Janati. Mais ce président du puissant Conseil des gardiens de la Constitution a finalement été élu. Certes, il n’est arrivé qu’en 16e position du scrutin, c’est-à-dire dernier éligible dans la capitale. Mais la composition de l’Assemblée des experts restera «expertisée».

Pendant ce temps se joue «l’avenir de la Syrie» et des peuples d’une région soumise à des chocs à répétition. Les élections suivies par les grands médias internationaux ont mis le couvercle sur la répression et les moyens de distraction de masse, parmi lesquels PRESS TV. Raison pour laquelle nous portons à la connaissance de nos lectrices et lecteurs cette déclaration de plusieurs organisations de défenses des droits démocratiques et sociaux en Iran. (Rédaction A l’Encontre)

*****

PRESS TV a été créée par l’État iranien et est opérée par l’Islamic Republic of Iran Broadcasting (IRIB). Des correspondants en Europe (Londres), aux États-Unis, au Moyen-Orient, en Asie de l’Est produisent et présentent des magazines d’actualité internationale.[1]

D’après l’article 175 de la Constitution de l’Iran, la télédiffusion privée est interdite.

La Constitution spécifie que le directeur de l’IRBID est choisi directement par le Guide suprême. Deux représentants de l’administration judiciaire, du président et du parlement contrôlent l’organisation.

L’IRIB est l’organe de relais des propos du gouvernement de la République islamique. La Constitution de la République islamique d’Iran proclame: «La liberté d’expression et de publication des idées de l’IRIB doit être en ligne avec les lois islamiques et les intérêts nationaux.»

L’IRIB a des branches dans 17 pays, dont la France, et diffuse dans plus de 25 langues.
L’IRIB diffuse sur 4 canaux nationaux en Iran, un canal d’informations internationales, et trois canaux par satellite pour l’international. Il diffuse aussi sur des canaux provinciaux en Iran, à raison de un par province. L’IRIB fournit aussi 8 stations de radios majeures.
L’IRIB possède aussi une société de production appelée Sima Film.

L’Etat iranien n’est pas un régime comme un autre

Et cela même si François Hollande a officiellement invité le président iranien à l’Elysée.

Il y a aujourd’hui en Iran beaucoup plus de prisonniers politiques, d’arrestations arbitraires et d’exécutions sommaires que sous la dictature en place avant 1979.

Au 15 décembre 2015, plus de 1014 pendaisons avaient eu lieu depuis le début de l’année. http://www.iran-echo.com/stat_executions.html

Le régime pratique la torture physique et psychologique. Les libertés politiques, les droits de l’Homme, les libertés artistiques et intellectuelles ne sont pas respectés. Les femmes sont obligées de porter un foulard en public sous peine de sévères sanctions. L’homosexualité est punie de mort, et des Iraniens sont régulièrement pendus pour cette seule raison.

Le régime mène une politique d’occupation militaire des régions peuplées par les minorités nationales, et utilise les méthodes de répression les plus brutales pour écraser leur résistance.
https://soliranparis.wordpress.com/2015/12/14/province-du-khuzestan-mises-a-jour-de-lahwazi-center-for-human-rights-sur-les-arrestations-arbitraires-et-les-menaces-dexecutions-visant-quinze-prisonniers-politique-arabes-ahwazis/

Un autre exemple concerne la province du Khuzestan (sud-ouest de l’Iran), province où vit une large minorité arabe particulièrement discriminée et ostracisée par le régime des mollahs, de nombreux activistes politiques et défenseurs des droits civils Ahwazis ont été victimes de tortures, de viols, de «disparitions» et d’exécutions extrajudiciaires.
Voir le témoignage hallucinant de ce prisonnier politique Ahwazi actuellement réfugié aux Etats Unis:
https://soliranparis.wordpress.com/2015/12/09/province-iranienne-du-khuzestan-temoignage-a-propos-des-violences-et-des-tortures-subies-par-les-prisonniers-politiques-arabes-ahwazis-par-rahim-hamid/

La classe ouvrière est privée des droits les plus fondamentaux tels que le droit d’organisation, de négociation collective et de grève. Les syndicats indépendants du pouvoir sont interdits et leurs animateurs emprisonnés.

Face aux grèves et aux mouvements de masse parmi les ouvriers, les enseignants, les infirmières etc., le pouvoir utilise le harcèlement, l’emprisonnement de courte durée, la libération sous de lourdes cautions. Il n’hésite pas à laisser mourir des activistes en prison, comme Shahrokh Zamani.

Les porte-parole des grévistes sont licenciés systématiquement et arrêtés pour «crime de sabotage économique». http://www.iran-echo.com/echo_pdf/un_president_iranien_a_paris.pdf

PRESS TV réalise des «reportages» à l’opposé des valeurs
du mouvement ouvrier et des défenseurs des droits humains

Mohammad Sarafraz et Hamid Reza Emadi, dirigeants de PRESS TV ainsi que l’IRIB ont, par exemple, été épinglés par la Cour de justice européenne pour avoir diffusé des aveux de prisonniers politiques extorqués par la torture.
http://justice4iran.org/j4iran-activities/european-court-upholds-sanctions-against-press-tv-for-broadcasting-forced-confessions/

Le même constat a été fait par le journaliste anglais Daniel Brett concernant ce que des cameramen de PRESS TV ont fait subir à des prisonniers politiques et condamnés à mort arabes ahwazis de la province du Khuzestân, ainsi qu’à leurs familles avant leur exécution.

Daniel Brett est un journaliste anglais, spécialiste de la question de la minorité ahwazie en Iran. Il travaille et milite avec des réfugiés arabes ahwazis d’Iran en Angleterre.

Daniel Brett speech in Democratic Solidarity Party of Alahwaz conference:
http://www.ahwaziarabs.info/2014/06/trial-by-media-death-by-press-tv.html
http://www.ahwaziarabs.info/2013/11/global-outrage-over-press-tv-torture.html
http://www.ahwaziarabs.info/2013/11/press-tvs-torture-confessions-by-ahwazi.html
http://www.huffingtonpost.com/2014/02/10/hasham-shaabani-executed-iran_n_4760679.html

Des prisonniers politiques Kurdes d’Iran ont été obligés eux aussi de faire des «aveux» et des «confessions de leurs crimes» filmées par les «cameramen» iraniens de PRESS-TV.

Dernièrement, PRESS TV a tenté de refaire le coup avec le jeune prisonnier politique Saman Naseem dans la prison d’Urmiyeh (nord-uest de l’Iran) mais il a refusé de se faire filmer.
http://amnistiepdm.org/iran—saman-naseem.html

Saman Naseem est un jeune prisonnier politique du Rojhelat (Kurdistan
iranien) condamné à mort pour son appartenance présumée au PJAK, et dont
les parents ne savent toujours pas s’il a été exécuté ou pas depuis déjà plusieurs mois.
http://www.iranhumanrights.org/2013/04/soleiman_qisas/
http://iranbriefing.net/irgc-mandated-grieving-families-to-watch-forced-confessions/
http://www.iranhumanrights.org/2013/05/kurdistan_forced_confessions/
http://iranroundtable.org/content/un-human-rights-day-remembering-iran%E2%80%99s-imprisoned-kurds
https://www.iranrights.org/library/document/1814/iran-halt-execution-of-kurdish-activist

Autres documents accablants datés de février 2016:
https://soliranparis.wordpress.com/2016/02/23/cinq-prisonniers-politiques-arabes-ahwazis-dont-les-aveux-forces-ont-ete-diffuses-par-la-chaine-detat-iranienne-press-tv-sont-menaces-dexecutions-imminentes/
http://www.adpf.org/adpf2/index.php/reports/item/272-ahwazi-prisoners

Un rapport global est téléchargeable en PDF sur le lien ci-contre: http://justice4iran.org/wp-content/uploads/2013/03/CutTakePressTVofftheAir-English.pdf

PRESS TV diffuse des documents antisémites
et/ou faisant activement la promotion de Dieudonné

The meaning of Dieudonne Jan 31, 2014 5:31PM
http://edition.presstv.ir/detail.fa/348640.html

PressTVIranSince the 1968 Student Revolution, the European and American Left, together with a group of Jewish progressive intellectuals, have invested enormous effort in attempting to break society down into multiple segments of identities. (…)
In practice, the New Left has been erecting walls around us in an attempt to separate us into infnitesimally small, marginal identity groups. Peculiarly, it is the post-68 Left, rather than the capitalists, that drove us into segregation, isolation and political paralysis. (…)
Dieudonne, a black French comedian, has managed to re-unite the working people : the migrant communities, the Black, the Muslim, the North African as well as the White proletarian and at the same time, to deliver a universal message. (…)
We are actually united and identified in opposition to our oppressors, namely, the establishment. (…)
The ‘quenelle’ — a salute that was initially introduced by Dieudonne — embodies a modest and graceful openness of true resistance. (…)
Being an emblem of an ethically driven and universalist standpoint the quenelle also symbolizes an opposition to the primacy of Jewish suffering and the tyranny of political correctness.
Dieudonne is the definitive hero of genuine socialist thinking in the spirit of the Paris Commune, and as such, he indeed poses a great danger to fake New Leftists and their paymasters at CRIF.

Interview de Dieudonné M’Bala M’Bala pour PressTV, réalisé le 7 février 2014

Version en français: https://www.youtube.com/watch?v=p3belIjmLiY
Version doublée en anglais: https://www.youtube.com/watch?v=V4d1HSAAbyU

Cette vidéos ainsi que d’autres documents réalisés ou sous-traités par PRESS TV ont ensuite été véhiculés avec délectation par divers sites d’extrême droite. Il semble que ces documents aient été retirés récemment.

___

[1] Sur la page Facebook de PRESS TV on peut lire notamment: «Press TV takes revolutionary steps as the first Iranian international news network, broadcasting in English on a round-the-clock basis. Our global Tehran-based headquarters is staffed with outstanding Iranian and foreign media professionals. Press TV is extensively networked with bureaus located in the world’s most strategic cities.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org