vendredi
18
août 2017

A l'encontre

La Brèche

«La mort d’Oussama Ben Laden n’a pas grande importance»

Publié par Alencontre le 3 - mai - 2011

Entretien avec Robert Fisk

Le vétéran du journalisme Robert Fisk, correspondant pour le Moyen-Orient du quotidien anglais The Independent, qui a interviewé à trois reprises Oussama Ben Laden, dit que l’annonce de sa mort est bien moins importante que les révoltes populaires dans le monde arabe. «Je m’évertue à répéter depuis quelque temps déjà qu’à mon avis, la question de savoir si cet homme est mort ou vivant n’est pas significative.» «De son point de vue, il a créé Al-Qaida et selon lui, ce fut là son grand succès.»

Le célèbre journaliste dit qu’Oussama Ben Laden n’était pas en mesure de diriger réellement les activités d’Al-Qaida. «Il n’était pas dans une cave assis devant un ordinateur à presser sur des boutons pour lancer des opérations», dit Robert Fisk.

Fisk, qui a effectué dernièrement un travail d’information sur les événements en Syrie, dit que par de nombreux aspects, le monde a beaucoup changé depuis le 11 septembre. «Au cours des derniers mois, nous avons assisté à un réveil arabe au cours duquel des millions de musulmans arabes ont jeté dehors leurs propres directions», dit-il.

«Ben Laden a toujours voulu en finir avec Moubarak, Ben Ali, Kadhafi et tous les autres, les accusant d’être des infidèles à la solde des Etats-Unis, et de fait il y a eu des millions de personnes tout à fait ordinaires qui se sont débarrassées de ceux-ci de manière pacifique, en tout cas en Tunisie et en Egypte. Ce n’est pas Ben Laden qui l’a fait, et en cela, il a échoué. Il faut se rappeler que ces régimes ont toujours assuré les Etats-Unis de leur appui, parce que dans le cas contraire, leur pouvoir tomberait aux mains d’Al-Qaida. Il est intéressant de rappeler qu’après la chute de Moubarak, la première chose que l’on a entendue d’Al-Qaida, ce fut un appel à renverser Moubarak, une semaine après qu’il l’eut déjà été. Ce fut pathétique

Fisk dit que les célébrations qui ont lieu aux Etats-Unis à l’occasion de la mort de Ben Laden manquent de sens. «Je pense qu’il e a cessé d’être important il y a longtemps déjà. S’ils l’avaient tué une année ou deux après le 11 septembre, ces festoieries auraient peut-être eu un certain sens. Tout cela génère une sensation de victoire aux Etats-Unis, c’est comme une bonne photo, mais je ne crois pas que cela signifie quoi que ce soit. Le fait est que dans ce qui est en train de se produire actuellement dans le monde, ce qui importe c’est le soulèvement massif et le réveil de millions d’arabes musulmans qui veulent renverser leurs dictateurs

Robert Fisk dit que ces soulèvements sont «largement plus importants que le fait d’avoir tué un homme d’âge moyen au Pakistan». (Traduction de A l’Encontre ; entretien effectué sur la chaîne 774 ABC Melbourne Afternoons)

 

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org