samedi
25
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Cuba: après le Congrès du Parti communiste

Publié par Alencontre le 3 - mai - 2011

Par Guillermo Almeyra

L’écrivain cubain Leonardo Padura – connu internationalement, entre autres pour son ouvrage, datant de 2009 et fort vendu à Cuba, intitulé L’homme qui aimait les chiens, un roman sur l’assassinat de Trotsky et de son auteur, Ramon Mercader – écrivait en conclusion du Congrès du Parti communiste : «Le plus surprenant et le plus émouvant (politiquement et même au plan humain) réside dans la proposition du nouveau Premier secrétaire et déjà Président de la République, Raúl Castro, de mettre une limite de deux périodes de cinq ans pour les mandats du pouvoir, quelque chose d’inédit dans la structure dirigeante d’un pays socialiste, où des hautes sphères du pouvoir ne changent qu’avec l’arrivée de la mort.» Comme la papauté. Même si la rumeur existe à Rome d’une première : une démission de Benoît XVI pour raison de santé. Comme Fidel?

L’ironie grinçante de Padura est plus que perceptible lorsque l’on sait que Raúl Castro est âgé de 80 ans et qu’il dirige les Forces armées depuis 1959 ! Une ironie qui laisse planer plus que le doute sur la formule «pays socialiste».

Comme le soulignait, en conclusion d’un long entretien, le journaliste uruguayen Fernando Ravsberg : «D’ouverture politique, on n’en parle pas et on ne va pas en parler, [continuera] un seul parti au pouvoir, un pouvoir politique centralisé». Le bref et synthétique article de Guillermo Almeyra, fort utile, sera suivi d’un article analytique plus approfondi. (Rédaction)

*****

Voici quelques chiffres sur la direction du Parti Communiste Cubain (PCC): sur les 115 membres du Comité Central, 78 étaient déjà des dirigeants à un niveau national et 18 proviennent des Forces armées et du Ministère de l’intérieur; 20 étaient déjà des dirigeants au niveau des provinces et 8 étaient des dirigeants municipaux; deux sont des recteurs d’universités et seulement sept travaillent dans la production ou les services.

Parmi les 15 membres du Bureau politique (presque tous des hommes), la moyenne d’âge oscille autour des septante ans, il n’y a qu’une femme et pas de jeunes de moins de 45 ans. Dans les vice-présidences des comités de l’Etat ou du gouvernement, seulement un membre sur huit est une femme. Dans le secrétariat du Comité central (CC), il y a une seule femme sur quatre membres; parmi les premiers secrétaires provinciaux il y a deux femmes sur dix membres; parmi les premiers secrétaires municipaux les six membres sont de femmes. Parmi les chefs de département de l’Etat ou du parti, il y a quatre femmes sur neuf membres, et parmi les ministres, deux sur huit. Parmi les membres du CC, huit sont des généraux de l’armée, 12 sont des généraux de division et il n’y a que deux recteurs universitaires (un homme et une femme, responsable de l’éducation physique).

Au vu de cette composition du CC on peut donc dire, qu’il s’agit d’une direction de bureaucrates militaires, de bureaucrates étatiques, de bureaucrates de la culture, qui ont dépassé la moyenne d’âge et qui sont entourés de quelques rares technocrates plus jeunes et de l’appareil d’Etat et du parti qui comptent très peu de femmes et de jeunes.

Comme je l’ai déjà expliqué dans des articles précédents, c’est le secteur le plus efficace et productif de la bureaucratie (le secteur militaire) qui, lors du congrès, a imposé ses règles au secteur plus conservateur et dogmatique – celui de la bureaucratie du parti – et qui a subordonné ce dernier au fonctionnement de l’Etat, que le premier secteur veut assurer au nom de l’efficacité et du changement bureaucratique de la bureaucratie.

Le plus important, cependant, est que la large discussion populaire sur le projet présenté depuis les sommets du système – même si elle a dû porter sur un plat déjà cuit et déjà en voie d’exécution – a tout de même servi à offrir une voie biaisée pour l’expression des inquiétudes populaires (et pour que l’appareil fasse un sondage en direct).

Ces discussions ont, par exemple, permis de supprimer certains des aspects les plus aberrants du projet, comme la création de zones spéciales complètement ouvertes au Capital ou à la Chine ; ou d’insultants terrains de golf (avec leurs infrastructures) dans un pays qui manque d’eau et de logements populaires ; ou encore la proposition de permettre que les entrepreneurs puissent recourir à la main-d’œuvre salariée (comme dans n’importe quel pays capitaliste). Dans ce débat, il y a eu des propositions de maintenir le livret [qui donne accès de manière très limitée et insuffisante à des biens de consommation de base] en tant qu’instrument de l’Etat pour le contrôle des prix. En fin de compte ce livret sera supprimé graduellement plutôt qu’immédiatement aboli. C’est là une autre expression de l’inquiétude populaire, puisque le livret a été présenté par la direction du PCC comme un exemple clair d’une aspiration égalitariste nocive, très enraciné dans l’imaginaire collectif qui refuse d’accepter l’éthique de la distribution par le marché, selon le porte-monnaie des acheteurs, et aussi la charité étatique envers les plus pauvres.

Selon l’expérience traditionnelle cubaine, le congrès n’a même pas envisagé la participation des travailleurs comme étant un élément politique et économique décisif. Il n’a pas été question des impôts participatifs qui avaient été discutés librement par les travailleurs. On n’a pas discuté de comment organiser l’autogestion qui augmenterait sans doute la productivité et donnerait libre cours à la créativité et diminuerait la demande de produits d’importation et des divers types de contrat exigés comme régulateurs. On n’a pas évoqué la possibilité d’instituer des contrats de travail avec les entreprises ou avec l’Etat signés par des syndicats démocratisés [indépendant de l’Etat et du parti] et avec une participation consciente dans la production. Par contre, on a continué à parler de la combinaison entre la planification et le marché, alors que celui-ci est par définition incontrôlable parce que international, et chaotique, et qu’il n’est donc pas possible de le planifier. Tout au plus peut-on établir quelques plans sectoriels lâches et reposant sur un système d’erreurs et de corrections.

Il n’y a pas eu de discussion sérieuse sur le contexte mondial (économique, politique, écologique) dans lequel il faudra appliquer les résolutions du congrès. Il n’y a pas eu la moindre référence critique à la raison pour laquelle, dans le moment le plus difficile pour la Révolution cubaine, le congrès a été repoussé pendant neuf ans. Ni sur les erreurs commises dans le passé, par ces mêmes dirigeants qui maintenant tentent une rectification in extremis et dans une totale obscurité théorique.

Où va Cuba, surtout s’ils continuent à augmenter les aliments importés et le pétrole? Vers plus de capitalisme d’Etat? Car ce que le gouvernement appelle des entreprises étatiques socialistes basées sur le travail salarié ne sont plus que des entreprises étatiques, rien de plus. Ou vers une impossible et réactionnaire voie chinoise – liberté du marché, millionnaires socialistes et parti unique communiste – comme le semble indiquer le soutien immédiat de Beijing au gouvernement cubain? Est-ce que les dogmatiques immobilistes continueront avec leur répression et leurs chicanes? Les manœuvres pour un système à la chinoise sans être en Chine, et dans la pauvreté, n’aboutiront-elles pas à fermer les  espaces de discussion?

La clé de cette situation se trouve entre les mains des travailleurs cubains, qui jusqu’à maintenant ont été des invités privés de parole et objets d’options qui pleuvent sur eux, depuis en haut. Le manque de stimulants socialistes et d’idéaux et de perspectives révolutionnaires entraîne cependant de la déception, de la démoralisation et débouche sur la recherche de solutions individuelles au lieu de conduire à la recherche de solutions collectives. Le pragmatisme de ceux d’en haut doit être compensé par une discussion sur les principes et sur l’histoire même du processus révolutionnaire cubain. Les chèques en blanc mènent toujours à la faillite.

(Traduction A l’Encontre. Cet article a été publié dans le quotidien mexicain La Jornada. Sur ce site, vous trouverez divers articles sur Cuba du même auteur et d’autres sous la rubrique Cuba.)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org