vendredi
24
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Ukraine: quelle autodétermination?

Publié par Alencontre le 29 - mars - 2014
Place Maïdan, Kiev, 23 mars 2014

Place Maïdan, Kiev, 23 mars 2014

Par Catherine Samary

Ni l’Union européenne (UE) ni la Russie d’aujourd’hui ne sont celles des années 1990, pas plus que l’Ukraine n’est l’ancienne Yougoslavie, même s’il faut prendre au sérieux les risques d’explosion. Si le pays éclatait, les régions proches de l’UE, contrairement à la Slovénie et à la Croatie, seraient les plus pauvres: les parties russophones de l’est, plus industrielles, ont un revenu par habitant de l’ordre du double des parties occidentales?[1]. Vouloir des liens avec la Russie ne fait pas du régime de Poutine un pôle d’attraction, pas plus que vouloir des liens avec l’UE n’implique un soutien à des réformes économiques destructrices. Autre chose est l’accord politique assouplissant les visas qui vient d’être signé. Les aspirations de Maïdan à de tels liens, et pour un Etat de droit, étaient largement partagées.

Sanctions et «crise du gaz»?

Une guerre des sanctions venant de Russie et de l’Occident serait explosive pour l’Ukraine, de même que son intégration à un «bloc» contre l’autre. Le projet de «Partenariat oriental» proposé par l’UE à six pays limitrophes est aberrant, à la fois dans son contenu de libéralisation destructrice et parce qu’en contradiction avec des liens économiques avec la Russie: il divise la Moldavie et a été à la racine de la crise ukrainienne de novembre?[2].

Une nouvelle «crise du gaz», comme celle de 2006 entre la Russie et l’Ukraine, serait un désastre, pour l’Ukraine et pour beaucoup d’autres pays. Compte tenu des besoins et de l’épuisement d’autres gisements, la dépendance de l’UE au gaz russe devrait passer de près de 50% à 70% d’ici à 30 ans. Ecrasante pour les anciens membres ou partenaires de l’URSS, elle est de 65% en Autriche, 37% en Allemagne et en Italie, des pays qui ont cherché des accords directs avec Moscou. La Commission européenne prônait plutôt de s’émanciper du gaz russe via le projet Nabucco. Mais essuyant plusieurs revers et trop coûteux, celui-ci a été abandonné en juin 2013.

La Russie reste donc le premier fournisseur de gaz naturel de l’UE qui transite à 80% par l’Ukraine. Mais l’UE est ce faisant aussi une ressource majeure et un partenaire commercial important pour la Russie. L’Ukraine est donc un lien entre les deux.

Divisions: fragilité ou atout?

On ne peut assimiler les régions russophones de l’Ukraine à la Crimée, ce «cadeau», alors anodin, de Khrouchtchev en 1954. Lors du référendum de 1991, alors que même les régions de l’Est russophone votaient à plus de 80% pour l’indépendance, seuls quelque 30% de la population de Crimée votaient oui, et il fallut l’octroi d’une radicale autonomie en 1993 pour empêcher une logique de sécession. Les 12% de Tatars de Crimée qui ont appelé à boycotter le récent référendum – comme les Albanais de Macédoine ou les Serbes de Croatie avaient boycotté les référendums d’indépendance de ces républiques – se trouvent à leur tour en position charnière pour négocier des droits sociaux et nationaux, côté russe et ukrainien.

On peut et doit chercher à transformer ces conflits en atouts et dépasser au plus vite les incertitudes constitutionnelles et politiques qui sont sources de manipulations explosives: l’actuel «gouvernement d’union», même s’il comporte une part de légitimité, est une déformation aussi bien du poids réel de l’extrême droite dans le pays, que des autres partis et des aspirations de Maïdan. L’élection présidentielle ne permettra pas non plus une représentation du pays tout entier ni des choix pluriels possibles.

Il faut donc une procédure démocratique permettant aux populations de tout le territoire de s’exprimer sur les programmes proposés, mais aussi pour que toute la clarté soit faite sur la centaine de morts de cette grave crise. Une commission d’enquête ad hoc, sous contrôle populaire et international pluraliste, devrait permettre que les responsables répondent de leurs actes devant la justice. Parallèlement, une assemblée constituante représentative de tout le pays devrait être convoquée.

Les populations de Crimée, quelles aient participé ou pas au récent référendum, ne pourraient-elles pas alors y prendre part? (Article publié sur le site du NPA le 27 mars 2014)

[1] russeurope.hypotheses.org
[2] http?://www.europe-solidaire.org/spip.php?article30944

 

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org