lundi
20
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Heinz-Christian Strache et Sergueï Jelezniak

Heinz-Christian Strache et Sergueï Jelezniak

Par Blaise Gauquelin

On savait que nombre de formations politiques européennes faisaient les yeux doux au maître du Kremlin. Mais qu’un contrat de coopération soit signé en bonne et due forme entre un parti d’extrême droite, en tête dans les sondages dans un pays membre de l’Union européenne (UE), et le parti de Vladimir Poutine [Russie Unie], cela ressemble à une première.

Lundi 19 décembre, le Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) et Russie Unie ont signé un accord inédit qui vient encadrer des liens d’amitié tissés de longue date. Ces deux pages, vite rédigées, sont signées, côté russe, par Sergueï Jelezniak, une personnalité visée par les sanctions occidentales.

Une importante délégation du FPÖ s’est rendue jusque dans la capitale russe, pour afficher ostensiblement sa proximité avec le régime à coups de selfies enjoués sur Facebook.

Norbert Hofer, le candidat à la présidentielle du 4 décembre, faisait partie du voyage, tout comme Heinz-Christian Strache, le chef du FPÖ, le député David Lasar, vice-maire de Vienne, Johann Gudenus, connu pour être un excellent russophone, et Harald Vilimsky, vice-président du groupe Europe des nations et des libertés créé par Marine Le Pen au Parlement européen.

Le texte en dix points a été rendu public par un journaliste du quotidien autrichien Kronen Zeitung. Valable pour les cinq prochaines années, il prévoit l’établissement d’un partenariat étroit à différents niveaux. Les deux partis s’engagent, par exemple, à «partager des informations sur les questions concernant la Fédération de Russie et la République d’Autriche» ou «les relations bilatérales et internationales». Ils promettent également de coopérer pour «renforcer l’éducation des jeunes générations dans un esprit de patriotisme». Bref, l’accord fait du FPÖ «une cinquième colonne poutinienne en Europe», selon le député écologiste Karl Öllinger, pourfendeur de longue date de tous les tropismes moscovites.

Il a sans doute surtout été conçu comme un pied de nez à la chancelière allemande Angela Merkel, en campagne pour sa réélection, qui a encore joué de toute son influence pour que l’Union européenne reconduise, lors du Conseil européen du 15 décembre, les sanctions économiques prises en 2014 à l’encontre de la Russie à la suite du conflit ukrainien. Et il intervient alors que Donald Trump aux Etats-Unis et François Fillon en France plaident pour un rapprochement avec Moscou.

Tradition antisoviétique

En fraternisant ostensiblement avec la puissante extrême droite autrichienne – elle a obtenu l’un des meilleurs scores jamais enregistrés par cette famille politique en Europe de l’Ouest depuis la seconde guerre mondiale, avec 46,2% des voix à la présidentielle – Vladimir Poutine entend mettre en lumière des liens privilégiés, étroitement tissés depuis huit ans. Dans l’UE, le FPÖ est l’une des formations dont les rapports amicaux avec Moscou comptent parmi les plus solides et constants.

En 2008, Heinz-Christian Strache a en effet opéré un tournant majeur, avant tout le monde, en étant l’un des très rares à soutenir Vladimir Poutine dans la guerre en Géorgie. Cela n’allait alors pas de soi, car l’extrême droite autrichienne puise ses racines, depuis les années 1950, dans un antisoviétisme très chauvin. En 2012, des élus du FPÖ ont rendu visite à Ramzan Kadyrov en Tchétchénie.

Deux ans plus tard, l’extrême droite autrichienne a approuvé l’annexion de la Crimée. Et depuis, le FPÖ ne cesse de réclamer l’abrogation des sanctions européennes.

Concernant le conflit syrien, Heinz-Christian Strache a aussi remercié les Russes d’«avoir libéré Alep du groupe Etat islamique». «Le froid moscovite a dû monter à la tête de ces messieurs», commente Georg Niedermühlbichler, du Parti social-démocrate (SPÖ), pour qui ce nouveau pacte relève de «l’aliénation mentale» consécutive à la récente défaite électorale de M. Hofer. «J’espère juste que le FPÖ ne va pas jusqu’à se faire financer par la Russie, car ce serait un scandale de premier ordre.» Le parti d’extrême droite a toujours démenti tout intéressement pécuniaire.

«Nous avons des crédits seulement auprès de banques autrichiennes», affirme même M. Strache. Une allusion très claire au prêt de 9 millions d’euros contracté en 2014 par son principal allié, le Front national, auprès d’un établissement russe. Flatté d’être «parti frère», le FPÖ en deviendrait presque mauvais camarade. (Article publié dans Le Monde, daté du 21 décembre 2016. p. 6)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org