dimanche
19
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Giorgios Roupakias, le 20 avril, incriminé pour l'assassinat de Pavlos Fyssas

Giorgios Roupakias, le 20 avril, incriminé pour l’assassinat de Pavlos Fyssas

Par Thanassis Kourkoulas

Le procès d’Aube dorée (AD) – inculpé d’être une organisation criminelle [1] – qui a commencé le 20 avril a été reporté pour des raisons de procédure. Il continuera le 7 mai 2015 dans une petite salle d’audience de la prison des femmes de Korydallos (district régional du Pirée).

Dès le début de la matinée du 20 avril, plus de 2000 manifestants·e·s, formant quatre tronçons séparés, se sont rejoints au carrefour des rues Gregoris Lambrakis et Solomou, à l’extérieur de la prison de Korydallos. Ils réclamaient la condamnation de l’organisation nazie. Seulement quelques dizaines de membres d’AD étaient réunis de l’autre côté de la prison de Korydallos, sur la route Solomou. Ce qui est loin de l’image donnée, dans le passé, par les fortes sections d’assaut de ce véritable gang.

Toute la région était quadrillée par 2000 policiers. Malgré cette forte présence de la police il n’a pas été possible d’empêcher l’attaque par les néonazis de quelques amis de Pavlos Fyssas (assassiné le 23 septembre 2013) qui avaient emprunté la rue où se trouvaient des membres d’AD. Ils venaient comme témoins. Cet incident confirme que la complicité entre les fascistes et des forces de police n’a pas été rompue, en dépit du type d’inculpation d’AD.

Malgré l’appel à l’échelle nationale en faveur d’une condamnation des fascistes pour les actes commis, le procès n’a pas été reporté parce que la salle d’audience, fort petite, n’était pas adéquate. Ce fait est reconnu aujourd’hui. En effet, le procès a commencé avec la lecture des noms des 69 accusés et des 133 témoins et de l’acte d’accusation. Il a été interrompu parce que l’un des accusés (Nikos Papavasileiou, déjà condamné pour l’incendie criminel d’un magasin d’immigré) a déclaré qu’il ne disposait pas d’un avocat. Il en résulta que le tribunal ordonna la nomination d’un avocat et fixa au 7 mai la poursuite du procès.

Dès le début, le but d’AD était évident: multiplier les incidents de procédure afin de reculer les débats portant sur la question essentielle, celle de la caractérisation d’AD comme organisation criminelle. Cela devrait se poursuivre au cours des prochaines semaines. Tout à fait évident était l’objectif des députés d’AD: tous étaient absents – sauf le député Artemis Matthaiopoulou – et représentés par leurs avocats.

Il faut souligner la présence de 8 député·e·s de SYRIZA venus à Korydallos le 20 avril, ainsi que des syndicalistes et des élus municipaux, présents dans et hors de la salle d’audience.

Du point de vue du mouvement antifasciste et de la gauche, il sera nécessaire de faire que le procès des néonazis reste un des éléments centraux sur la scène politique – et cela sur la durée – et d’élargir la discussion sur l’importance de condamner les fascistes, cela aussi bien dans les quartiers, sur les lieux de travail que dans le système scolaire. Dans la période à venir des initiatives sont préparées par Syriza au Pirée et dans le quartier de New Philadelphia (Athènes) par le Mouvement Expulser le racisme. Des initiatives similaires devraient être prises par des organisations locales dans diverses régions du pays.

Nous nous retrouverons le 7 mai 2015 à l’intérieur et à l’extérieur de la salle d’audience de la prison de Korydallos pour réclamer le transfert du procès au centre de la ville d’Athènes et pour contrer les nouvelles tentatives des néonazis de jouer la montre. Nous exigeons le début d’un réel procès, avec comme premier acte celui ayant trait à l’assassinat de Pavlos Fyssas. (Traduction Antonis Martalis, édition A l’Encontre; Thanassis Kourkoulas est le principal animateur du Mouvement Expulser le racisme)

____

[1] Thanassis Kourkoulas soulignait le 19 avril 2015: «Les fascistes vont tenter de convaincre que les dizaines d’agressions, de blessures et les meurtres rapportés par plus de 130 témoins convoqués devant la cour ne concernent pas une organisation criminelle. Que cela ne concerne que quelques dirigeants égarés et des membres d’un «parti politique légitime» qui renonce à la violence et se défait, si nécessaire, des membres qui agiraient de la sorte. Cela s’oppose à la conviction de la grande majorité de la société pour qui les sections d’assaut criminelles d’Aube dorée sont des parties intégrantes de l’organisation et sont dirigées par la direction. Cela doit être prouvé dans la salle d’audience.» Thanassis Kourkoulas insistait déjà sur l’importance, face aux opérations médiatiques d’Aube dorée pour se «dédiaboliser», que la gauche s’engage afin de faire de ce procès un moment qui mette en lumière et prouve les actes criminels d’Aube dorée et de ses sections d’assaut. Dans cette perspective, elle doit avant tout s’engager pour que la justice soit rendue pour les victimes des actes criminels préparés et perpétrés par Aube dorée et sa direction. Voir de même, à ce sujet, l’article publié le 8 avril 2015 sur ce site. (Rédaction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org