mardi
22
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Tranche de vie chez Nestlé

Publié par Alencontre le 7 - décembre - 2016

asset-582121Par Odile Benyahia-Kouider

La séquence diffusée sur France 2 dure moins de deux minutes. Elle vient pourtant de coûter à Valérie Bignon sa place de directrice générale de la communication de Nestlé France.

A l’origine du licenciement: une tranche de jambon. Le 13 septembre, le magazine «Cash Investigation», sur France 2, s’attaque aux pratiques de l’industrie agroalimentaire. Dénonçant l’abus de nitrites dans les charcuteries industrielles, le documentaire met deux géants sur le gril: Fleury Michon [1] et Herta [2], propriété du groupe Nestlé.

Lors du tournage, la multinationale suisse ne voulait pas donner l’image d’un bunker. Elle a décidé d’ouvrir ses portes à Elise Lucet [présentatrice sur France 2 et responsable de cette émission] et à ses journalistes. Enfin à moitié… L’équipe de «Cash Investigation» a été autorité à visiter les usines de fabrication du jambon, mais pas à les filmer.

Porc de l’angoisse

«Les usines, c’est quand même moche, avoue Valérie Bignon à l’écran. Ce n’est pas beau. La dimension industrielle dégoûte le consommateur. C’est incompatible avec l’idée qu’il se fait de sa cuisine.» Sourire gourmand d’Elise Lucet: «Cela fait peur? C’est l’aile ou la cuisse?»

Catastrophe: du côté de Fleury Michon, on a fait le choix inverse. Les chaînes de production ont été ouvertes aux journalistes. Les téléspectateurs découvrent comment la viande de porc est piquée par des dizaines de seringues injectant un additif (l’E250) composé de sel et de nitrite de sodium pour fixer le rose lors de la cuisson. En effet, ce n’est pas joli du tout. Et chacun de soupçonner que c’est pareil chez Nestlé…

L’affaire aurait pu s’arrêter là. Las! Le soir même de la diffusion, Richard Girardot [3], le pédégé de Nestlé France, s’insurge sur son blog Histoire(s) de bien manger. Chronique de l’agroalimentaire. Il stigmatise «un certain type de journalisme qui abuse d’une forme de marketing et qui confond enquête et racolage pour créer la polémique au bénéfice de l’Audimat». Depuis l’émission «le marché du jambon est négatif», prétend un dirigeant de Nestlé France. Jugée responsable du désastre, Valérie Bignon est renvoyée.

Elle va pointer à l’épaule emploi? (Publié dans Le Canard enchaîné du 7 décembre 2016)

_____

[1] Société d’origine familiale, elle a racheté Olida et s’est imposée sur le marché du «jambon supérieur»; elle a connu une expansion internationale depuis la fin des années 1990. (Rédaction A l’Encontre)

hse_poster[2] Nestlé sur son site fait ainsi l’éloge d’Herta: «Depuis 2001, HERTA® s’engage auprès des consommateurs sur la qualité et la sécurité de ses produits. Cet engagement a été élargi, en 2006, à la nutrition et notamment la réduction de sel et de gras.

En 2010, HERTA® signe une charte d’Engagement volontaire de Progrès nutritionnel et s’inscrit ainsi dans le cadre du PNNS (Programme National Nutrition Santé) à travers des engagements validés et reconnus par l’Etat (pour en savoir plus sur les Chartes PNNS signées par Nestlé – lien rubrique nutrition).

Pour répondre à la demande croissante de ses clients, Ludwig Schweinfurth, boucher-charcutier à Herten en Allemagne, crée en 1902 la première unité de production en série de charcuterie. De cette aventure, la marque HERTA® naîtra en 1947. Dix ans plus tard, les produits HERTA® seront vendus en France. HERTA® rejoindra le groupe Nestlé en 1986.» (Visite du site Nestlé France, le 7 décembre 2016, rédaction A l’Encontre)

[3] Richard Girardot est PDG de Nestlé France depuis 2013. Il a passé par Perrier (racheté par Nestlé en 1992), Nestlé Waters et Nespresso… Une carrière.

Le 15 février 2016, sur Europe 1, il déclarait : «Nestlé France s’est engagé au travers d’Herta à soutenir la filière porcine française. Nous nous sommes engagés à augmenter massivement la proportion de porc français dans nos produits. C’est chose faite avec plus de 50% de nos produits faits de porc français à la fin 2015 contre 20% auparavant. Nous nous sommes engagés à acheter le porc français au prix demandé par les agriculteurs. C’est chose faite avec un porc français acheté à 1,26€/kilo plus une prime d’engagement de 11 centimes par Herta alors que le cours du porc est actuellement à 1,10€/kilo à Plérin et encore moins en Allemagne!» La guerre franco-allemande du porc est déclarée. (Rédaction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org