samedi
23
mars 2019

A l'encontre

La Brèche

France. Macron et le «rubik’s cube» ou le «grand débat»

Publié par Alencontre le 14 - janvier - 2019

Par Frédéric Says

Un rubik’s cube: c’est bien à ce casse-tête que fait penser la missive d’Emmanuel Macron.

Quelle que soit la face par laquelle on envisage la situation, elle semble ne jamais devoir se simplifier.

Ainsi, le président de la République précise qu’«aucune question» n’est «interdite» dans ce débat. Mais quelques lignes plus bas, il exclut tout rétablissement de l’impôt sur la fortune. Comme sur le rubik’s cube, quand vous avez mis de l’ordre sur l’une des faces, vous avez aggravé la physionomie de toutes les autres.

En l’occurrence, sur la première face du casse-tête, il y a la promesse d’un débat ouvert, dont les conclusions ne sont pas téléguidées. Mais sur une autre face, il y a la fidélité aux engagements de campagne. Pas évident. D’autant que sur la troisième face, on trouve la nécessité d’apaiser la colère brute. Quatrième face : ne pas mécontenter l’électorat qui soutient encore l’action de l’exécutif. Bref, chaque mouvement expose à la migraine.

Des propositions déjà formulées

Pour tenter de contourner les contraintes, Emmanuel Macron ouvre beaucoup de questions… qui ressemblent étrangement à des propositions qu’il avait lui-même déjà faites.

Par exemple, «faut-il, et dans quelles proportions, limiter le nombre de parlementaires ?»Tiens, c’est précisément l’une des mesures que se préparait à voter le parlement avant que l’affaire Benalla n’éclate.

«Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives?» Là encore, le gouvernement avait déjà tranché pour 15?%.

Même chose quand le président, dans cette lettre, pose la question de la réforme du CESE, le Conseil économique social et environnemental. Une proposition qui était déjà prévue dans la réforme constitutionnelle d’Emmanuel Macron. Une petite astuce qui revient un peu à décoller les gommettes du rubik’s cube pour les recoller sur la face qui vous arrange…

Il y a cela dit de nouvelles questions posées : le vote obligatoire, la prise en compte des bulletins blancs, le tirage au sort de citoyens.

Dans cet envoi d’Emmanuel Macron, il faut aussi deviner les mots qui manquent, les phrases qui ont été recouvertes de tippex. Ainsi, aucune question sur la refonte du système des retraites, qui est pourtant à l’agenda du gouvernement. Pas davantage sur la loi bioéthique, qui doit arriver devant le parlement cette année. Comme si les chantiers déjà entamés ne pouvaient être déconstruits.

Cette lettre aux Français est en fait un mélange des deux dernières interventions télévisées d’Emmanuel Macron. Celle du 10 décembre aurait pu être titrée «je vous ai compris».Celle, plus martiale, des vœux du 31 décembre signifiait «c’est moi le chef».  Dans cette lettre, on est à mi-chemin : «c’est moi le chef qui vous ai compris»,en quelque sorte.

Quelle cohérence à l’issue du débat?

Comment réagiront les récipiendaires de la lettre, c’est-à-dire les citoyens français ? Ces 2300 mots présidentiels – qui se veulent fermes sans être rigides, empathiques sans être faibles, ouverts sans être naïfs – resteront-ils dans l’Histoire [de France] comme un tournant face à l’une des plus graves crises sociétales récentes?

Ou bien ce courrier aux Français sera-t-il jeté dans la corbeille des gadgets de communication – comme l’ont été toutes les réponses de l’exécutif depuis la mi-novembre D’ailleurs, qui se souvient encore du tout nouveau «Haut conseil pour le climat», annoncé par le président après l’acte 1 des gilets jaunes?

A l’issue du débat, Emmanuel Macron devra mettre en œuvre des propositions substantielles, éloignées de son ADN politique, pour montrer que les débatteurs ne se sont pas déplacés pour rien. Mais il devra tout de même assurer la cohérence de l’ensemble. Cohérence budgétaire, juridique, politique.

Dans cette affaire, tout sera donc une question de mesure, de patience et de calme… Des qualités qu’on dit appréciables au rubik’s cube. (Billet politique de 8h15, France culture, le 14 janvier 2019)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

1 commentaire

  1. Monsieur HR dit:

    Est ce qu’il est prévu que le président de la République s’excuse solennellement pour toutes les paroles de mépris qu’il a déversé sur la population depuis le début de son mandat ?

    Ecrit le 16 janvier, 2019 à 2019-01-16T12:22:03+00:000000000331201901

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org