vendredi
18
janvier 2019

A l'encontre

La Brèche

Belgique. En région liégeoise une grève plus forte que le 1er décembre

Publié par Alencontre le 15 - décembre - 2014
Piquet de grève dans la région liégeoise

Piquet de grève dans la région liégeoise

Par Denis Horman

Une démonstration encore plus impressionnante que lors de la grève tournante du 1er décembre!

La provocation, l’intimidation patronale et gouvernementale, ça n’a pas marché. Multiplication des piquets de grève, en front commun syndical; barrages « filtrants » sur les routes, avec distribution de tracts syndicaux (en front commun: FGBTB et CSC) aux automobilistes; entreprises, transports publics, administrations, services publics, grandes surfaces… à l’arrêt. Face à un gouvernement bien décidé à en découdre avec les syndicats, les travailleurs et les allocataires sociaux,  on n’a pas d’autres choix que de continuer la lutte. C’est ce qui transparaît dans les interviews des syndicalistes interviewés.

Pas question non plus d’aller à la table de «concertation», de «négociation» sans le retrait préalable des mesures inacceptables pour le mouvement syndical et les travailleurs en grève. Des syndicalistes interviewés ont tenu à le rappeler, souhaitant que le rejet de l’allongement de la carrière à 66,67 ans et les mesures contre les chômeurs déjà décidées par le précédent gouvernement et renforcées par celui-ci fassent aussi explicitement partie de ce préalable.

Et si ce gouvernement, comme il est bien décidé à le faire, passe en force au parlement pour faire voter toutes ses mesures exécrables, alors qu’est ce qui va se passer ?

A la lecture du tract de la LCR a distribué: «BASTA ! Michel 1er dégage!», des syndicalistes nous ont répondu: «Alors, oui, l’alternative est claire, ou ce gouvernement saute ou nous allons connaître une terrible régression sociale, avec une mise au pas des syndicats», comme le demande De Weever (du N-Va). (15 décembre 2014 – La Gauche-LCR)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org