dimanche
31
mai 2020

A l'encontre

La Brèche

270 millions d’émigrant·e·s envoient des fonds dans leur pays d’origine, soit plus que tous les investissements directs (Financial Times, 28 août 2019)

Par Sudarsan Raghavan, Max Bearak et Kevin Sieff

Osigan Caseres a perdu son emploi de femme de ménage dans cette ville et n’envoie plus les 300 dollars par mois à ses filles aux Philippines afin qu’elles puissent acheter de la nourriture pour ses huit petits-enfants.

En Somalie, Asha Mohamed Ahmed ne reçoit plus les 400 dollars que sa fille fournissait en travaillant dans un hôtel de Minneapolis pour couvrir les factures mensuelles de la famille.

Et au Mexique, Rosy s’inquiète de savoir comment elle pourra acheter des médicaments pour sa mère diabétique sans l’argent que son frère lui envoyait avant d’être mis à pied dans un ranch de l’Idaho.

***

Ils sont tous des victimes économiques du nouveau coronavirus. Alors que des centaines de millions de personnes à travers le monde sont aux prises avec des pertes d’emploi, des fermetures d’entreprises et des lock-out, beaucoup ne sont plus en mesure d’aider leurs parents pauvres dans les pays en développement dont la vie peut dépendre de ces paiements.

«Personne ne veut m’engager maintenant à cause du coronavirus», a déclaré Osigan Caseres, 47 ans. «Je m’inquiète pour ma famille autant que pour la façon dont je vais payer mon propre loyer».

Selon les économistes, des milliards de dollars d’envois de fonds des pays riches vers les pays pauvres pourraient disparaître, menaçant le bien-être de millions de familles dans le monde et la santé de leur pays dans les mois à venir.

De nombreux Latino-Américains et Africains dépendent des envois de fonds de leurs parents aux Etats-Unis. L’Egypte et d’autres pays du Moyen-Orient, quant à eux, attirent des millions de travailleurs/travailleuses migrants asiatiques, qui envoient chez eux une part importante de leurs revenus. Après les Etats-Unis, les Emirats arabes unis et l’Arabie saoudite sont les principales sources de transferts d’argent dans le monde. Une grande partie de ces fonds sont adressés aux populations asiatiques – l’Inde, la Chine et les Philippines en tête – selon les données de la Banque mondiale.

Osigan Caseres est venue en Egypte il y a huit ans dans le but d’aider sa famille restée au pays. Depuis lors, elle n’a jamais manqué un virement mensuel, jusqu’au mois dernier, lorsque les familles européennes pour lesquelles elle travaillait ont quitté le pays pour échapper au virus. Elle espère persuader son propriétaire de retarder la collecte du loyer mensuel, en priant pour que la crise se termine rapidement.

«Je ne sais pas ce qui va se passer», a déclaré Mme Caseres. «Tout ce que je peux faire, c’est prier Dieu.»

A près de 6000 miles de là, sur l’île philippine de Mindanao, sa fille Jey était également en prière. Elle avait un dollar en poche, a-t-elle déclaré lors d’un entretien téléphonique. Elle envisageait de mettre en gage son téléphone portable pour obtenir de l’argent afin de nourrir son enfant de deux ans.

«Je ne peux pas acheter de lait à ma fille», a-t-elle dit.

Crucial pour la survie

• Les Philippines envoient 2 millions de travailleurs dans le monde entier chaque année. En 2019, 33,5 milliards de dollars de transferts de fonds ont été versés: un record représentant un dixième du produit intérieur brut du pays. La perte de cette source vitale de devises étrangères pourrait faire chanceler un pays qui n’attire pas beaucoup d’investissements étrangers directs.

Et si les travailleurs licenciés à l’étranger sont contraints de revenir aux Philippines, cela pourrait mettre à rude épreuve son économie et ses services gouvernementaux. Déjà, des centaines de travailleurs philippins à bord de bateaux de croisière – l’une des industries les plus touchées par la pandémie – sont rentrés chez eux avec un taux de chômage élevé et un manque de protection médicale et sociale.

Selon le ministère du Travail, la fermeture de la moitié du pays a affecté environ 500’000 emplois, mettant au chômage tout le monde, des conducteurs de jeepney aux vendeurs.

• Dans toute l’Amérique latine, on observe également des signes de stress. Manuel Orozco, un économiste du Inter-American Dialogue, a déclaré qu’il s’attendait à ce que les envois de fonds diminuent de 7 à 12 % en 2020, par rapport à l’année précédente.

En 2018, dernière année pour laquelle des données sont disponibles, les transferts de fonds vers l’Amérique latine et les Caraïbes s’élevaient à 85 milliards de dollars. Au Salvador et au Honduras, les envois de fonds représentaient environ 20 % du PIB, selon la Banque mondiale. Au Guatemala, ils s’élevaient à 12 %.

Lundi, alors que le Mexique est au bord de la crise économique, le président Andrés Manuel López Obrador a appelé les migrant·e·s aux Etats-Unis à continuer d’envoyer des fonds à leurs proches. «Nous savons qu’ils traversent également une situation difficile, mais ils ne devraient pas cesser de penser à leurs proches», a-t-il déclaré.

Dans l’Etat mexicain du Michoacán, l’économiste Jerjes Aguirre Ochoa estime que 50 % des 4,5 millions d’habitants de l’Etat sont bénéficiaires de transferts de fonds. Même avant l’apparition du coronavirus, l’économie mexicaine avait commencé à se contracter, ce qui rendait les transferts de fonds particulièrement importants pour de nombreuses familles.

Rosy, 33 ans, qui vit dans le Michoacán, dit qu’elle survit principalement grâce aux envois de fonds de quatre frères et d’une sœur qui vivent aux États-Unis, en particulier de son frère Pedro qui s’occupe d’animaux dans un ranch situé dans l’Idaho.

«J’ai parlé à mon frère il y a quelques jours, et il m’a dit qu’il ne pourra plus nous envoyer d’argent parce que son employeur le met à pied – pour combien de temps? – jusqu’à ce que ce virus soit éradiqué», a-t-elle déclaré, à condition que son nom de famille ne soit pas utilisé car ses proches aux Etats-Unis sont sans papiers.

Rosy a dit qu’elle avait besoin de cet argent pour acheter de la nourriture et des médicaments pour sa mère diabétique. L’un des médicaments coûte environ 1,50 dollar par pilule. «Je suis plus préoccupée par l’économie que par ce qu’ils nous disent sur le virus», a déclaré Rosy.

Perdre une planche de salut

L’ampleur du choc économique provoqué par la pandémie se fait sentir dans le monde entier, et il n’est pas possible de compenser la perte des envois de fonds d’un pays avec ceux des autres.

«Même les pays d’origine des transferts de fonds ont été touchés, et peut-être même plus que les pays destinataires», a déclaré Dilip Ratha, économiste en chef pour la migration et les transferts de fonds à la Banque mondiale, dans un courriel. Il a ajouté: «Les transferts de fonds devraient diminuer fortement pendant et après l’épidémie de COVID-19».

La Banque mondiale a déjà documenté la manière dont les transferts de fonds ont contribué à réduire la pauvreté dans les pays à faible et moyen revenu, à améliorer la nutrition, à contribuer à une meilleure éducation des enfants et à réduire le travail des enfants. Tous ces gains pourraient maintenant être mis à mal.

«La perte des transferts de fonds est une perte d’une bouée de sauvetage financière cruciale pour de nombreuses familles pauvres et a un impact direct sur la nutrition, la santé et les résultats de l’éducation, qui à leur tour affecteront la formation du capital humain», a déclaré Dilip Ratha.

Un pays vulnérable

La Somalie, longtemps éprouvée par la guerre civile, est l’un des pays les plus vulnérables. Une étude récente a révélé que plus de la moitié des Somaliens vivant en milieu urbain recevaient des envois de fonds de l’étranger. Une partie importante d’entre eux ont déclaré que sans cet argent, ils ne pourraient pas se permettre de se nourrir, de s’instruire et de se soigner. Les Somaliens, principalement aux Etats-Unis, en Europe et en Australie, ont envoyé en moyenne plus d’un milliard de dollars en Somalie chaque année, soit plus que l’aide que le pays reçoit des gouvernements étrangers. Les envois de fonds représentent près d’un quart du PIB de la Somalie.

La plupart des Somaliens travaillant à l’étranger occupent des emplois mal rémunérés – par exemple comme chauffeurs de taxi et employés dans des commerces de détail ou dans des emplois domestiques – et ont été parmi les premières victimes de la pandémie. C’est ce qu’a déclaré Laura Hammond, professeure à l’université SOAS de Londres et auteur d’une étude sur les envois de fonds en Somalie.

Questions de logistique

«La question de savoir comment faire parvenir l’argent à vos proches en Somalie, même si vous en avez, peut être un défi pour beaucoup de gens», a déclaré Laura Hammond.

En raison de l’instabilité et d’une économie traditionnellement axée sur le cash, la Somalie ne dispose pas d’un système bancaire formel. Les institutions financières occidentales ont pris leurs distances en se réclamant des risques. Cela signifie que la quasi-totalité des envois de fonds de la Somalie sont transférés sous forme d’argent liquide sur des vols en provenance d’institutions bancaires sises au Kenya et aux Emirats arabes unis. Avec la fermeture des aéroports somaliens en raison de la pandémie, le flux des transferts de fonds s’est pratiquement arrêté.

«Il n’y a tout simplement plus d’argent liquide qui entre en Somalie», a déclaré Guleid Osman, directeur général de l’Association des banquiers somaliens. «C’est un énorme défi, même si la Somalie ne compte que quelques cas de Covid-19. En un mot, nous sommes confrontés à un moment très critique, et nous n’avons pas encore trouvé de solution».

Cet arrêt soudain a plongé dans une situation difficile ceux qui reçoivent habituellement de l’argent de l’étranger, alors que les intermédiaires financiers de la Somalie, qui traitent les transferts de fonds, disent qu’ils sont confrontés à la ruine financière. «La plupart de nos clients retirent de l’argent de leurs comptes, et nous n’avons plus d’argent liquide à leur donner», a déclaré Dahir Hassan Abdi, qui dirige une entreprise de transfert d’argent à Mogadiscio.

Après que sa fille a perdu son emploi dans un hôtel de Minneapolis, Ahmed a déclaré que la famille s’est retrouvée sans soutien financier. Son mari, qui était autrefois le soutien de famille, est malade depuis des années.

Ahmed a déclaré lors d’un entretien téléphonique qu’elle se sentait chanceuse que les écoles soient fermées dans la ville de Hargeisa, où elle vit avec cinq de ses enfants, afin qu’elle n’ait pas à payer leurs frais de scolarité ou à subir la honte de les retirer des cours. Mais à mesure que les jours passent, ses inquiétudes s’aggravent. «Nous ne pouvons plus fournir les éléments essentiels pour la vie à nos enfants», dit-elle. (Article publié dans le Washington Post en date du 6 avril 2020; traduction rédaction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Coronavirus. «On doit s’attendre à l’ouragan»

L’émission «Arrêt sur images» de Daniel Schneidermann – une émission à laquelle le site alencontre.org pense qu’il est opportun de s’abonner – a été mise gratuitement, ce 14 mars 2020, sur Youtube «en raison de son utilité sociale». Deux médecins «qui parlent vrai» interviennent. François Salachas, le neurologue qui avait interpellé Emmanuel Macron lors d'une visite à la Pitié-Salpêtrière (Paris). Il souligna alors l’urgence liée à la pandémie et un fait d’évidence: la mise à niveau de l'hôpital nécessitera de gros moyens humains et financiers. Et Philippe Devos, intensiviste au CHC de Liège, président de l'Association belge de syndicats de médecins (Abysm). A voir, à partager: utile pour comprendre et réfléchir. (Rédaction A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org