vendredi
20
septembre 2019

A l'encontre

La Brèche

Par Matthew Taylor, Arthur Neslen et Libby Brooks

Des centaines de milliers de jeunes devraient sortir de leurs salles de classe vendredi 15 mars 2019 pour une première grève mondiale du climat, au milieu de leur colère croissante face à l’incapacité des politiciens à faire face à l’escalade de la crise écologique.

Les étudiant·e·s de dizaines de milliers d’écoles dans plus de 100 pays vont participer à la grève qui a commencé l’année dernière lorsqu’une adolescente, Greta Thunberg, a organisé une manifestation en solo devant le parlement suédois.

Depuis lors, le mouvement climatique a fait boule de neige avec la participation d’écoliers de tous les continents sauf l’Antarctique.

La grève de vendredi devrait être la plus importante à ce jour, car les preuves de l’urgence climatique à laquelle la planète est confrontée s’accumulent. Amnesty International a averti que l’incapacité des gouvernements du monde à faire face à la crise pourrait constituer «l’une des plus grandes violations intergénérationnelles des droits humains de l’histoire».

Kumi Naidoo, secrétaire général d’Amnesty International, a déclaré: «Il est malheureux que les adolescents doivent sacrifier des journées de formation à l’école pour exiger que les adultes fassent ce qu’il faut. Cependant, ils connaissent les conséquences de l’inaction honteuse actuelle, tant pour eux-mêmes que pour les générations futures. Ce devrait être un moment de réflexion pour notre classe politique.»

Les jeunes devraient descendre dans la rue dans les villes d’Europe, d’Australie, d’Asie, d’Afrique et des Etats-Unis vendredi.

 

 

• Au Royaume-Uni, plus de 10’000 étudiant·e·s ont quitté l’école le mois dernier et les organisateurs s’attendent à ce que la journée de vendredi soit encore plus important avec une centaine de manifestations impliquant des milliers d’écoles à travers le pays.

Anna Taylor, 17 ans, cofondatrice du réseau étudiant britannique sur le climat, a déclaré: «Les jeunes du Royaume-Uni ont montré que nous sommes en colère contre le manque de leadership du gouvernement en matière de changement climatique. Non seulement ceux qui sont au pouvoir nous trahissent et nous enlèvent notre avenir, mais ils sont responsables de la crise climatique qui se déroule d’une manière horrible dans le monde entier.»

Anna Taylor a déclaré que le Royaume-Uni avait été relativement à l’abri des effets de la crise jusqu’à présent, ajoutant que «ceux qui contribuent le moins au changement climatique en subissent déjà les pires effets».

Elle a ajouté: «Il est de notre devoir d’agir non seulement pour ceux qui vivent au Royaume-Uni et pour notre avenir, mais pour tous. C’est ce que signifie la justice climatique.»

• En Ecosse, le Guardian est au courant de grèves prévues dans 19 lieux différents, de South Uist dans les Hébrides extérieures à St Andrews sur la côte est, avec de grands rassemblements attendus au George Square de Glasgow et devant le parlement écossais à Edinburgh.

Holly Gillibrand, l’une des grévistes scolaires les plus en vue du Royaume-Uni, participera à une action hebdomadaire devant son école à Fort William, dans les Highlands écossais.

«Ce sera très impressionnant», a déclaré Holly Gillibrand du mouvement School Strike for Climate, «et c’est incroyablement inspirant que tout ait commencé avec Greta qui a frappé toute seule».

Lorsqu’on lui a demandé si elle était optimiste quant au potentiel de la manifestation de vendredi, Holly Gillibrand a répondu: «Je ne dirais pas qu’optimiste est le mot juste. Cela montre qu’il y a des milliers d’étudiant·e·s qui se préoccupent très sérieusement de l’environnement et qui sont prêts à manquer l’école pour exiger que les politiciens prennent cette crise écologique au sérieux.»

Les dirigeants du monde entier écouteront peut-être les écoliers et étudiants qui participent à l’une des plus grandes manifestations mondiales jamais organisées contre le changement climatique, mais le principal test est de savoir s’ils passent à l’action, a déclaré ce jeune de 13 ans.

Selon le parti écossais des Verts, neuf municipalités – qui couvrent 16 des 21 localités écossaises où les écoliers seraient impliqués dans des manifestations – ont indiqué, en réponse à des lettres de leur député membre du parlement écossais, qu’ils n’engageraient pas de poursuites pénales contre les jeunes qui y participent.

Méabh Mackenzie organise une manifestation avec une trentaine d’élèves de l’école primaire Daliburgh sur l’île de South Uist, dans le but spécifique d’exprimer sa solidarité avec d’autres communautés insulaires menacées dans le monde.

La jeune de 11 ans a expliqué: «Je voulais juste partager ce en quoi je crois. Uist est vraiment menacée par les eaux et j’aime vraiment cet endroit et je ne veux pas qu’il disparaisse.»

Certains amis ne sont «pas du tout dans le coup», pense-t-elle parce qu’ils ne veulent pas sortir dans le froid – grêle et vent sont prévus pour vendredi.

«Je pense que toutes les grèves dans le monde feront savoir aux politiciens et aux législateurs qu’ils doivent faire quelque chose parce que cela fait partie de la liste des priorités. Ils se disputent à propos de choses comme Brexit, mais nous avons besoin d’eux pour agir maintenant sur le changement climatique. Parce que dans 12 ans, nous ne pouvons rien faire en arrière.»

• En Belgique, des milliers de travailleurs vont faire grève pour se joindre à la protestation des écoliers dans des lieux tels qu’Anvers, Bruges et Liège, avant de se rendre à Bruxelles pour une grande manifestation.

Les cols-bleus et les cols blancs se mobilisent au-delà de la césure flamands-wallons, à la suite d’un appel de la campagne Jeunesse pour le climat, qui organise depuis janvier des manifestations hebdomadaires réunissant jusqu’à 35’000 jeunes.

Gina Heyrman, porte-parole du syndicat socialiste FGTB, (Fédération générale du travail de Belgique), fort de 1,6 million de membres, a noté des «similitudes» avec les manifestations parisiennes de 1968.

Elle a dit: «C’est la première fois que nous avons une grève politique avec des jeunes. Nous sommes peut-être au début d’une nouvelle ère. Je l’espère bien. Tout le monde parle du climat maintenant. Tout le monde en est conscient, grâce aux étudiants.»

La Confédération des syndicats chrétiens (CSC) prévoit également une «mobilisation massive», bien que certains de ses travailleurs ne puissent pas faire grève en raison d’une loi portant sur le préavis de grève.

• Le syndicat CFDT en France appelle également tous ses membres à participer à l’action climatique de vendredi.

Plus tôt cette année, Greta Thunberg, qui a lancé le mouvement, a déclaré à Davos (WEF) lors d’un rassemblement de dirigeants politiques et d’entrepreneurs milliardaires: «Je ne veux pas que tu aies de l’espoir. Je veux que tu paniques. Je veux que tu ressentes la peur que je ressens tous les jours. Et puis je veux que tu agisses.» (Article paru dans le quotidien The Guardian, en date du 14 mars 2019, traduction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Méditerranée, réfugié·e·s. La parole à MSF

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org