samedi
29
avril 2017

A l'encontre

La Brèche

Par Raùl Zibechi

Ce qui se passe actuellement au Venezuela n’a pas le moindre rapport avec une «révolution» ou avec le «socialisme», ni avec la «défense de la démocratie», ni même avec la sempiternelle «réduction de la pauvreté», pour s’en tenir à l’énumération des arguments que l’on brandit à tout bout de champ. On pourrait mentionner le mot «pétrole» et nous serions plus proches de la vérité. Mais les faits indiquent d’autres inflexions.

Nous sommes en présence d’une lutte sans quartier entre une bourgeoisie conservatrice qui a été écartée du contrôle de l’appareil d’Etat, mais qui maintient toutefois des liens avec l’Etat actuel, et une bourgeoisie émergente qui utilise l’Etat comme un levier d’«accumulation primitive».

Ce n’est pas la première fois que cela arrive dans nos courtes histoires. C’est ce que furent nos guerres d’indépendance: la lutte entre les «godos» (les monarchistes espagnols affublés du nom de «goths», depuis les guerres d’indépendance hispano-américaines, grosso modo entre 1810 et 1833) et l’émergente oligarchie «créole» qui utilisa le contrôle de l’appareil d’Etat pour légaliser l’usurpation des terres des peuples indigènes. Ces derniers s’appuyaient sur les puissances coloniales britannique et française qui étaient en concurrence avec l’Espagne décadente pour le contrôle des colonies émancipées avec la même logique que celle des progressismes qui s’appuient sur la Chine, (y compris des conservateurs comme Macri), face à l’imparable décadence états-unienne.

La faible bourgeoisie créole enfourcha la mobilisation des peuples (Indiens, Noirs et secteurs populaires) pour vaincre la puissance espagnole. Elle a concédé l’émancipation des esclaves avec les mêmes objectifs que se donne aujourd’hui la nouvelle bourgeoisie quand elle applique des politiques sociales censées réduire la pauvreté. Dans les deux cas, ceux d’en bas continuent à se retrouver dans les sous-sols, en tant que main-d’œuvre bon marché, sans qu’ils puissent bouger le moins du monde de l’endroit où ils sont confinés.

Nouvelles élites

Les nouvelles élites du Venezuela, celles que de façon familière on appelle la «bolibourgeoisie», sont un mélange de hauts fonctionnaires d’entreprises publiques et de l’appareil étatique, de militaires de haut rang et de quelques chefs d’entreprise enrichis à l’ombre des institutions. Des gestionnaires incrustés dans l’appareil étatique. C’est pour cela qu’ils résistent à perdre du pouvoir, car sinon tout leur échafaudage s’effondrerait sous leurs pieds.

Certains ont déjà réussi à transformer la rente accaparée en propriété privée. Mais une bonne partie n’a pas achevé le processus. C’est pour cela que le sociologue brésilien Ruy Braga désigne les gestionnaires syndicaux des fonds de pension de son pays, comme la nouvelle classe émergente, faisant partie d’une «hégémonie fragile».

Roland Denis

Roland Denis soutient que dans son pays les mafias gouvernent: «Maduro peut avoir toute la bonne volonté qu’il veut, mais c’est un lobby très puissant de mafias internes qui s’est imposé au sein du gouvernement.» (Dans un entretien conduit par Carlos Diaz, La Razòn, 27 décembre 2016) Le philosophe et ex-vice-ministre de la Planification et du développement (2002-2003) assure que plusieurs de ces mafias sont des entités bancaires et d’autres proviennent de vieux groupes «suceurs-de-rente-pétrolière» installés là depuis de nombreuses années.

Il critique très fort les «intellectuels» qui couvrent les mafias du pouvoir. «Avec un langage de gauche ils justifient une politique qui ne favorise que les banquiers, les grands importateurs, les firmes monopolistiques et transnationales. En même temps, c’est une politique qui au moyen de l’imposition des prix et des corporations a détruit le petit producteur de sucre ou de café au bénéfice des importateurs. Et pendant ce temps, les paquets de Café Venezuela mis en vente sous le label des Comité Locaux d’Approvisionnement et de Production (Clap) ne servent qu’à berner les naïfs.»

L’autre point de vue, celui de l’interprétation chaviste-maduriste qui fait retomber la responsabilité de tout sur tous les autres, c’est celui qu’ébauche ici Marta Hanecker [1]:  «Nous allons dans le sens de l’histoire. Ce qui nous aide dans cette lutte contre les forces conservatrices c’est que le type de société que nous proposons et que nous sommes en train de commencer à construire répond objectivement aux intérêts de l’immense majorité de la population, contrairement aux forces conservatrices dont les bénéfices ne profitent qu’aux élites.» (Rebeliòn, 4 avril 2017)

La même machination

A la lumière de ce qui est arrivé dans la région au cours de ces deux dernières décennies nous pouvons parvenir à une redéfinition du concept de gauche: c’est la force politique qui lutte pour le pouvoir, en s’appuyant sur les secteurs populaires, pour incruster ses cadres dans les institutions, lesquels, au fil des ans et du contrôle des mécanismes de décision, deviennent une nouvelle élite qui peut déplacer les élites antérieures, négocier avec elles ou fusionner avec les mêmes. Ou une combinaison des trois.

La gauche est partie du problème, elle n’est déjà plus la solution. Parce que, en réalité, bien que maintenant les délimitations commencent, les mouvements progressistes sont taillés sur le même patron, des créatures produit de la même combinaison (mécanisme). Regardons le PT de Lula. Ils nient la corruption qui est évidente depuis une décennie, quand Frei Betto écrivit «La mouche bleue» (La mosca azul) après avoir renoncé à sa charge dans le premier gouvernement Lula, quand fut découvert le scandale du Mensalao [corruption et achat de votes par des dessous-de-table]: «La piqûre de la mouche bleue inocule chez les individus des doses concentrées d’ambition de pouvoir. Les individus, alors, sont plus réceptifs au poison de la mouche quand ils sont amenés à vivre des situations au cours desquelles ils disposent de fait, de possibilités plus concrètes d’exercer davantage de pouvoir. C’est-à-dire, quand les conditions objectives sont favorables aux pulsions qui se retrouvent stimulées sur le plan subjectif.»

Quel type d’individus (militants, activistes, dirigeants) surgiraient dans un projet politique qui ne se donnerait pas pour but de prendre le pouvoir? C’est cette question que s’étaient posée, à peu près dans ces termes, les zapatistes, il y a déjà un certain temps. Comment appellerions-nous une force qui se proposerait, «tout juste», de transformer la société à partir de la vie quotidienne?

Nous ne le savons pas parce que l’imaginaire construit depuis deux siècles ne pointe qu’en direction du pouvoir d’Etat. Comme si ce qu’il faudrait transformer était quelque chose d’extérieur et qui ne passerait pas, en tout premier lieu, par les mêmes individus qui se disent militant·e·s. Ce que nous savons par contre c’est que la gauche réellement existante est devenue un obstacle à ce que les majorités populaires prennent en charge elles-mêmes leur propre vie. La polarisation droite-gauche est fausse, elle n’explique presque rien de ce qui est en train de se passer dans le monde. Mais le pire, c’est que la gauche est devenue symétrique à la droite sur un point clé: l’obsession du pouvoir. (Article publié dans Brecha, hebdomadaire uruguayen, le 7 avril 2017; traduction A l’Encontre, titre de la Rédaction)

____

[1] Veuve de Manuel Piniero, responsable des organes de sécurité à Cuba. D’origine autrichienne, elle découvrit Cuba au début des années 1960; catholique de gauche à ses débuts, elle étudia par la suite en France sous la houlette de L. Althusser. Elle dirigea à La Havane le Centro de investigaciones Memoria Popular Latinoamericana et le Centro Internacional Miranda, a Caracas. Elle a écrit un ouvrage de référence pour les Partis communistes d’Amérique latine: Les concepts élémentaires du matérialisme historique (1973, Ed. Siglo XXI). Compagne actuelle de Michael A. Leibowitz. Ce dernier a publié, entre autres: Build It Now: Socialism for the Twenty-first Century, Monthly Review Press, 2006. (Réd. A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Philippe Poutou et son message lors des 15 minutes avec les 11 candidats sur France 2, le 20 avril 2017


Présidentielle : revivez le passage de Philippe Poutou dans "15 minutes pour convaincre" sur France 2

Parmi les divers thèmes abordés dans sa campagne, le chômage a une place importante. Le chômage est d'abord une arme – ils ne sont pas désarmés – par les employeurs afin de faire accepter plus facilement des conditions de travail épuisantes, dégradées et des salaires de survie. Car, si «cela ne vous convient pas, il y en a dix qui attendent devant la porte».

Le chômage est aussi un coût qui pèse sur celles et ceux qui le subissent, et aussi bien directement qu'indirectement sur leur famille. Tensions, stress accru, dégradation de la santé physique et psychique. C'est inacceptable.

Michel Husson affirme: «La réduction du temps de travail permet la création d'emplois. Mais la condition essentielle est le contrôle des travailleurs et travailleuses sur la réalité des créations d'emplois. Ce sont eux qui doivent décider collectivement de la meilleure manière de combiner les formes possibles de réduction du temps de travail, de manière à prendre en compte les aspirations différenciées de salarié·e.s: réduction quotidienne (tant d'heures par jour); hebdomadaire (par exemple 4 jours), annuelle (journée RTT), pluriannuelle (année sabbatique).»

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org


Warning: mysql_query(): Access denied for user ''@'localhost' (using password: NO) in /home/labre1/public_html/wp-content/plugins/quickstats/quickstats.php on line 345

Warning: mysql_query(): A link to the server could not be established in /home/labre1/public_html/wp-content/plugins/quickstats/quickstats.php on line 345

Warning: mysql_query(): Access denied for user ''@'localhost' (using password: NO) in /home/labre1/public_html/wp-content/plugins/quickstats/quickstats.php on line 346

Warning: mysql_query(): A link to the server could not be established in /home/labre1/public_html/wp-content/plugins/quickstats/quickstats.php on line 346

Warning: mysql_fetch_row() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/labre1/public_html/wp-content/plugins/quickstats/quickstats.php on line 346