vendredi
25
mai 2018

A l'encontre

La Brèche

Hong Kong. Le mouvement démocratique, les droits et le droit

Publié par Alencontre le 15 - octobre - 2014
Ken Tsang s'est rendu dans l'hôpital Ruttonjee pour subir un examen médical

Ken Tsang s’est rendu dans l’hôpital Ruttonjee pour subir un examen médical

Par Charles-André Udry

Ler mouvement de contestation démocratique de Hong Kong en est, ce mercredi, à son 17e jour d’occupation de cette place financière et «ouverture» sur le monde qu’est Hong Kong. Ce 15 octobre 2014 pourrait marquer un tournant. Mais les surprises sont si nombreuses dans une telle situation d’ébullition sociale et politique que de multiples experts en pronostics ont été pris en défaut, si souvent. Nous laissons de côté ceux dont les prédictions se veulent performatives au service de l’ordre en place à Pékin et moins maîtrisé, pour l’heure, à Hong Kong. Nous ne reviendrons pas, ici, sur les analyses faites dans deux articles publiés sur ce site en date du 7 et du 9 octobre. Nous reprendrons notre examen dans les jours à venir. Nous voudrions simplement, ici, mettre au jour quelques données dans cette période cruciale.

Les «rubans bleus» tentent de provoquer les «rubans jaunes»

Le lundi 13 octobre 2014, la contre-offensive du pouvoir et de Pékin a commencé avec des bandes organisées de provocateurs. Elle prend appui sur quelques chauffeurs de taxi – beaucoup manifestent leur volonté de ne pas affronter les occupants d’axes routiers de divers quartiers – qui se plaignent d’un manque à gagner étant donné les obstacles mis à la «libre circulation». Le pouvoir cherche, comme toujours dans ce genre de situation, des couches de la population qui sont bousculées dans leurs «petites affaires», souvent leur permettant de survivre dans cette ville très polarisée socialement: transporteurs payés au jour le jour, micro-restaurateurs, nombre de personnes qui ont un statut de journalier et/ou sont des frontaliers. Est agitée la représentation de «l’étudiant gâté» qui empêche «le bon peuple» de faire «ce qu’il doit».

Des membres des «rubans bleus» visant les manifestants à Admiralty

Des membres des «rubans bleus» visant les manifestants à Admiralty

Or, la dimension sociale et politique de la mobilisation s’est élargie, comme l’indiquent les prises de position des syndicats. Dès le 24 septembre 2014, la déclaration – reproduite sur China Labour Net – des 25 organisations syndicales et sociales, réclamant un véritable suffrage universel et une amélioration des conditions économiques des travailleurs et travailleuses, annonçait la configuration socio-économique et politique du mouvement, sous l’impact de ses différents «animateurs»: les lycéens (Scholarism), la Fédération des étudiants, Occupy Central et des organisations signataires de la déclaration mentionnée.

L’audience acquise par le mouvement par sa détermination, ses méthodes pacifiques mais inflexibles (reconstruction inventive de barricades, par exemple), n’a cessé de croître dans des couches de salarié·e·s du secteur de l’éducation, de la santé, des employé·e·s des services publics, etc. Les témoignages de professeurs des écoles vantant le fait que des jeunes lycéens suivent les cours, se joignent quelques heures aux manifestations et étudient révèlent l’autorité politique qu’inspirent les «occupants» en contraste total avec les pratiques des «élites» corrompues, aux ordres de Pékin, et à leurs sbires mafieux (les dites «Triades»).

Cela ne neutralise pas la possibilité – d’autant plus que pouvoir et réseaux criminels, plus ou moins officialisés et présents en force actuellement dans l’immobilier, accentuent la contre-attaque – de mettre face à face «deux camps». C’est à coup sûr un objectif du pouvoir de Pékin, des militaires de l’Armée populaire de libération présente à Hong Kong et de la police. Si cette hypothèse se concrétise, ils vont proclamer que leur intervention a pour but d’empêcher une «contradiction au sein du peuple» – comme aurait dit Mao – ou plus probablement un affrontement entre des «jeunes manipulés» et le peuple de Hong Kong qui, lui, «sait où sont ses intérêts conjoints avec ceux qui assurent le développement de cette région» !

Ainsi, dès lundi 13 octobre, des centaines de «jeunes», habillés en noir, ont cherché à démanteler les barricades. Avec un but: susciter la réaction et l’affrontement. Ce jour-là, la police officielle n’agit pas encore de la même façon. Les agents défont des barricades «dans l’ordre». Ils arrêtent toutefois des manifestants avec des «modalités» quasi britanniques vieux style, du moins quand les reporters peuvent prendre des clichés et filmer. Car tout passe encore très vite sur les réseaux sociaux.

Mais, face à ce marketing, l’autre face policière, plus réelle, est déjà visible: la police a ouvert la voie aux «rubans bleus», qui avec des masques chirurgicaux leur couvrant le visage, cherchaient à se mélanger aux manifestants, aux aguets de toutes les provocations possibles.

Les «pro-Pékin» se rangent derrière le symbole «les rubans bleus» comme une réplique «au ruban jaune» des activistes de la «révolution des parapluies» et de leurs sympathisants ouverts dans la Région administrative. Le dimanche 12 octobre, Leung Chun-ying, le chef de l’exécutif, est réapparu. Dans un style que Pékin lui a enseigné, il a affirmé: «Nous préférerions ne pas dégager les lieux (occupés) mais si un jour il faut le faire, je crois que la police utilisera son jugement professionnel et son entraînement pour recourir à la force minimum.»

c34c9bfdce851a82cf9415d521fc4540Enfoui sous une affaire de corruption, mais maintenu la tête hors de l’eau, pour l’instant, par Pékin, CY Leung doit prendre des risques. Il a passé d’un taux d’opinion favorable ayant atteint un sommet, pas himalayen, en avril 2012 de 56,5% à 40,6% le 9 octobre. Une plongée plus forte que Carrie Lam (voir le graphique ci-contre de l’Université de Hong Kong).

Les étudiant ont de suite exigé la réouverture des négociations qui doivent être retransmises par haut-parleur selon eux. Ce qui est cohérent avec leurs revendications en termes de démocratie politique.

Sur le continent le pouvoir est plus que sensible. Ainsi, selon Amnesty, au moins 37 personnes ont été détenues par la police pour avoir soutenu le mouvement démocratique de Hong Kong, le plus souvent via Internet. Plus de 60 autres ont été interrogées. Zhang Xiuhua et Li Lirong, deux Pékinoises qui voyageaient à Hong Kong la semaine dernière, ont été arrêtées dans la capitale pour avoir accordé sur place une interview à un média (selon l’AFP). Elles sont formellement accusées d’avoir «attisé des querelles et provoqué des troubles». Une formule traditionnelle qui est largement utilisée par le pouvoir. La dimension du droit en Chine sera abordée dans le prochain article, car elle se révèle au grand jour ici.

Lors de son voyage en Russie, le 11 octobre à Sotchi, le vice-premier ministre chinois, Wang Yang, a dénoncé «les pays occidentaux» voulant faire éclater une «révolution de couleur» en Chine, allusion à la «révolution orange» ukrainienne de fin 2004 et début 2005. Un argument qui sera utilisé par des anti-impérialistes en manque de neurones en Europe et ailleurs.

Une erreur de la police pose la question des enquêtes et du droit

Le 13 octobre – la différence horaire entre Genève ou Paris et Hong Kong est la suivante: quand il est 8 heures du matin dans l’une des deux villes, il est 14 heures à Hong Kong – dès le matin (8 heures) un groupe d’une centaine d’«anti-Occupy» chercha à bloquer la diffusion du quotidien Apple Daily, en obstruant les portes du journal dans le Tseung Kwan O Industrial Estate. Selon divers journaux en langue anglaise, les personnes qui bloquèrent, sous les yeux d’une police impassible, la distribution jusqu’à 11 heures parlaient le cantonais avec un accent continental. En imitant les manifestants, ils montèrent des tentes et les camions de livraison du journal ne pouvaient accéder au quai de chargement. La raison invoquée: le quotidien donnait une image très biaisée du vrai sens du mouvement «Occupy», une version ne convenant pas à Pékin.

Du lundi au mercredi, la police multiplia les tentatives d’enlever les barricades montées par les protestataires. Parfois cela se fit sans problème; parfois les manifestants résistèrent et la police recula. Un argument utilisé par la police, comme le rapporte le Post, est le suivant: la Harcourt Road qui mène aux bâtiments gouvernementaux doit être libérée car les balustrades de métal, mises en place lundi, sont la propriété du gouvernement! Une vraie défense de la propriété publique par un pouvoir régional placé sous la houlette du «parti communiste» qui encourage le développement de diverses sortes d’institutions financières privées à Hong Kong et une spéculation immobilière par un secteur privé on ne peut plus barricadé.

Les autorités ont de même publié des cartes montrant toutes les routes – le lundi 13 octobre – que les minibus ne pouvaient pas emprunter à cause des «protestations». Des jeunes, en nombre réduit, chantent une chanson anti-Occupy et en faveur de la police. Une expression, à la fois, de réactions semi-spotanées et de manipulations par les autorités, afin de déliter l’image d’hégémonie donnée par Scholarism et le Fédération des étudiants.

bzzk1kiimaavtroLe coordinateur de Scholarism Joshua Wong Chi-fung fêtait ses 18 ans. Sur sa page Facebook ressortent trois objectifs: 1° les manifestations doivent rester pacifiques; nous avons la volonté ferme de continuer nos protestations; le Congrès National du Peuple (à Pékin) doit retirer sa décision du 31 août 2014 sur les modalités d’élection du Chef exécutif d’Hong Kong en 2017. La détermination du mouvement se reflète aussi dans une action qui visait le responsable du logement et des transports auprès de l’exécutif: Cheung Bing-leung. Les manifestants l’ont empêché de rentrer dans le bâtiment gouvernemental en voiture. Il répliqua que la pratique n’était pas démocratique. La réponse fut nette: vous pouvez entrer à pied, mais pas en voiture. Cheung partit avec sa voiture. Or, Cheung a été, dans le passé, un défenseur du statut démocratique de Hong Kong après la rétrocession de 1997. Une concrétisation de la figure du professeur politicien coopté.

Le mercredi 15 octobre la police a commis une erreur qui aura des conséquences sur le déroulement du mouvement et peut précipiter le processus. Elle a arrêté le juriste, membre du Civic Party, Ken Tsang Kin-chiu et l’a battu fortement, une fois menotté avec un «bracelet» de plastique. Relâché de suite, avec des excuses de la police, il a été admis dans un hôpital pour constat officiel des ecchymoses. De suite, un comité d’avocats et le professeur de droit de l’Université de Hong Kong, Albert Chen Hung-yee, ont exigé une enquête impartiale et complète. Deux enquêtes doivent donc avoir lieu: l’une contre CY Leung pour corruption; l’autre sur les violences de la police contre Ken Tsang. La question du droit, dans toutes ses dimensions explose sous l’impact du mouvement démocratique. (15 octobre 2014)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




«Conflit SNCF: la solution du référendum»

______________________________________________

«SNCF: d'où vient vraiment la dette?»

______________________________________________

«Ce que les médias ne disent pas sur la SNCF»

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org