jeudi
25
mai 2017

A l'encontre

La Brèche

Des syndicalistes colombiens menacés de mort par les paramilitaires

Publié par Alencontre le 5 - octobre - 2010

Edgard Paez, scrétaire international de Sinaitrainal. Ici à la tribune lors du Forum social tenu au Brésil: «Parce que j'aime la vie, je ne bois pas de Coca-Cola»

Rédaction

Dans un tract diffusé le matin du 22 septembre 2010, des syndicalistes du syndicat de l’alimentaire Sinaltrainal et leurs familles sont menacés de mort.

Voici la traduction du texte distribué dans les rues de la ville de Bugalagrande [municipalité située dans le Département de Valle del Cauca]. Le style du texte révèle, à la fois, la brutalité des brutes assassines et les méthodes d’intimidation. Ces dernières sont prises fort au sérieux car de l’intimidation à l’acte criminel l’espace est celui d’une feuille de cigarette (réd.)

*****

Les Aguilas Negras [Aigles Noirs] informent:

1. Le front de guerre occidental commence ses opérations d’épuration dans le Département de Valle [de Cauca].

2. Les Aguilas Negras répondent ainsi aux tracts et activités des fils de pute de la guérilla, des syndicalistes, des gauchistes du Polo democratico et de tous les fumeurs de marijuana et malfaiteurs.

3. Nous voulons aussi donner une réponse à tous ces fils de pute de guérilleros qui se cachent dans Sinaltrainal et aux ouvriers qui travaillent chez Nestlé et à d’autres qui ont abandonné, ils sont en ligne de mire et nous savons où ils se trouvent.

4. Notre objectif est d’exterminer cette organisation et ses dirigeants et ex-dirigeants avec leurs familles.

5. Extermination pour JAVIER CORREA, EDGAR PAEZ, FABIO OLAYA, JAIRO MENDEZ, RAFAEL ESQUIVEL, MARTIN AGUDELO ET D’AUTRES (FILS DE PUTE DE L’ELN).

6. NOUS LEUR DONNONS LA POSSIBILITE DE S’EN ALLER DE LA VILLE DANS LES QUINZE JOURS POUR QUE CES FILS DE PUTE DISPARAISSENT.

BLOC OCCIDENTAL DES AGUILAS NEGRAS, SEPTEMBRE 2010

*****

L’une des personnes ainsi menacées est Edgar Paez, secrétaire de Sinaltrainal chargé des relations internationales, qui a donné de nombreuses conférences en Europe pour parler de la situation difficile des syndicalistes colombiens. La Colombie est, depuis longtemps, le pays qui compte le plus grand nombre de syndicalistes assassinés. Ils sont en particulier menacés dès qu’ils luttent avec détermination contre la dégradation des droits des travailleurs·euses, mettant en cause la politique des multinationales dans ce pays et présentant des alternatives. Lors de ses visites en Europe, Edgar Paez a ainsi évoqué les luttes menées chez Coca-Cola et Nestlé, décrivant comment ces conflits ont coûté la vie à plusieurs de ses collègues syndicalistes.

Il y a cinq ans…

L’une des victimes est Luciano Romero, enlevé le 23 septembre 2005, il y a cinq ans, par le «Bloc Nord» des paramilitaires, pour être torturé puis assassiné. Nestlé l’avait licencié en l’accusant d’avoir participé à une grève, qui en réalité n’a jamais eu lieu. Ce qu’il avait fait, c’était de critiquer la présence des paramilitaires dans la région, et de dénoncer les violations du droit du travail commises par Nestlé. Pour expliquer la mort de Luciano Romero, les histoires les plus absurdes ont été avancées: il aurait été tué lors d’un vol de voiture, ou alors lors d’un crime dit passionnel commis par jalousie, ou encore pour mettre la main sur son assurance vie – qu’il n’a d’ailleurs jamais eue. Les paramilitaires responsables de l’assassinat ont cependant été arrêtés.

La procédure en justice contre les assassins de Luciano Romero a aussi donné lieu à des enquêtes contre les responsables de Nestlé, qui n’ont pas encore abouti à ce jour – alors que le chef paramilitaire Salvatore Mancuso a déclaré, dans le cadre de sa déposition en date du 17 mai 2007, que les paramilitaires des Autodéfenses Unies de Colombie (AUC) étaient financées par diverses entreprises, notamment par Cicolac (Nestlé).

Le cas de Luciano Romero montre que les récentes menaces proférées par cette bande d’assassins paramilitaires doivent être prises au sérieux. Elles sont une réaction à la journée d’action du 17 septembre 2010, organisée par le syndicat Sinaltrainal en mémoire de Luciano Romero sur l’ensemble des sites de production Nestlé. Les tracts syndicaux distribués à cette occasion exigeaient que toute la lumière soit faite sur cet assassinat perpétré il y a cinq ans, et notamment aussi sur ses instigateurs restés dans l’ombre. Le jour même, puis le 20 septembre, les bureaux du syndicat de la ville de Bugalagrande ont reçu plusieurs visites de personnages suspects, qui se sont à chaque fois retirés – certains parmi les syndicalistes menacés bénéficient en effet d’un service de garde du corps sur ordre de la commission interaméricaine des droits humains.

Sinaltrainal vous demande votre aide ! Ecrivez à:

Nestlé Europe:
Achim.Drewes@de.nestle.com
Hartmut.Gahmann@de.nestle.com

Angelino Garzón
vice-président de Colombie
comunicacionesvp@presidencia.gov.co

Hernán Jaime Ulloa Venegas
directeur du programme présidentiel des droits humains et du droit international humanitaire
hernanulloa@presidencia.gov.co

Sinaltrainal
areainternacional@sinaltrainal.org

Modèle de lettre de protestation:«Mesdames, Messieurs,

De terribles nouvelles nous proviennent de Colombie. L’organisation paramilitaire des Aguilas Negras annonce son intention d’assassiner les membres, avec leurs familles, de la direction actuelle et de l’ancienne direction du syndicat Sinaltrainal, qui devrait être le partenaire de négociation de votre entreprise. Dans leur pamphlet, les escadrons de la mort se réfèrent explicitement à la présence du syndicat chez Nestlé, présence qu’il s’agirait d’éliminer.

Il est consternant qu’une multinationale suisse soit flanquée d’une bande d’assassins qui entretient à l’évidence des liens avec ladite entreprise. La gravité des menaces est illustrée par l’assassinat de Luciano Romero, enlevé, torturé et tué il y a cinq ans, après avoir été abusivement licencié par Nestlé. Les tracts syndicaux récemment distribués à la mémoire de Luciano Romero ont fait ressurgir de l’ombre les commandos de tueurs.

Dans un tel contexte de menaces, un syndicat ne peut tout simplement pas exister. Mais le sentiment d’intimidation et de peur provoqué par cette annonce diffusée dans les rues de Bugalagrande terrorise la population bien au-delà des cercles directement visés. Et Nestlé profite de ces menaces et intimidations.

Nous protestons contre les menaces pesant sur les syndicalistes colombiens et demandons que votre entreprise prenne officiellement ses distances à l’égard des Aguilas Negras. De plus, nous exigeons la reprise des négociations syndicales à Purina. En effet, sur ce site de production, des tracts de dénigrement du syndicat Sinaltrainal ont été diffusés en date du 7 septembre.

Avec nos salutations….»

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





Qui sont les électeurs derrière le vote record en faveur du Front national au second tour de la présidentielle? La carte des scores du parti de Marine Le Pen en recouvre une autre, qui n’est pas celle de l’immigration. En cinq minutes, Ludovic, Stéphane et Xavier délivrent quelques clés d'analyse et de compréhension. Car «diaboliser ce vote ne le fait pas baisser», expliquent les trois vidéastes du collectif Osons Causer.

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org