lundi
17
décembre 2018

A l'encontre

La Brèche

Première victoire des Mapuches

Publié par Alencontre le 5 - octobre - 2010

Rédaction

Les 34 prisonniers politiques du peuple Mapuche (sud du Chili) en grève de la faim ont remporté une première victoire au bout de 65 jours : le soutien à leur lutte, de plus en plus massif, a obligé le gouvernement du président Piñera (droite dure) à ouvrir une « table de dialogue ». Il faut dire que ce dialogue a été demandé en plein Te Deum œcuménique pour le Bicentenaire de l’Indépendance, en présence des invités internationaux, par l’archevêque de Santiago Francisco Javier Errázuriz.

La première revendication des prisonniers politiques Mapuches est qu’on cesse de les poursuivre pour leurs actions civiles en vertu d’une loi « antiterroriste » de Pinochet.

Cette loi les fait dépendre des tribunaux militaires, et autorise le recours par l’accusation à des « témoins secrets ». Ils viennent d’obtenir que le Congrès discute « d’extrême urgence » quoi faire de cette loi. Mais l’abrogation de la loi ne résoudra pas tout. Si ces militants Mapuches se sont retrouvés en prison sous le précédent gouvernement (de gauche), c’est qu’ils se sont opposés à l’avance des multinationales sur leur territoire ancestral, notamment par des «corridas de cerco», vieille pratique de lutte mapuche qui consiste à déplacer les clôtures des envahisseurs pour les remettre à leur place légitime. Nous avons publié sur ce site deux articles exprimant notre solidarité et informant sur une lutte peu relayée par les médias internationaux, initialement. (Réd.)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le travail dans les entrepôts à l’heure de «l’économie numérique»

Entre votre livraison à domicile d’une commande passé à Amazon et les profits nets de Jeff Bezos, le patron d’Amazon, il y a un «problème». Le tout «fonctionne» sur la base d’une plate-forme qui organise une très nombreuse main-d’œuvre. «Elle» – ses fonctions sont conçues par la direction du groupe – intensifie et contrôle au plus près du travail des salarié·e·s; «elle» contribue à rendre les emplois plus précaires et instables.

Au cours de cette session du séminaire consacré au capitalisme, à Toronto (Canada), Alessandro Delfanti discute des changements à l’œuvre dans l’organisation du travail, de la composition de la classe salariée et de l'évolution des rapports de travail résultant des relations entre le capitalisme et la technologie. Il le fait sur la base d'une étude récente d’un entrepôt d’Amazon en Italie.

Alessandro Delfanti enseigne à l'Institut de Communication, Culture, Information et technologie à l'Université de Toronto. Il fut l'un des principaux membres fondateurs du réseau Log Out! Réseau de résistance des travailleurs et travailleuses à l'intérieur et contre l’économie des plates-formes. Son intervention est en langue anglaise. (Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org