mercredi
23
août 2017

A l'encontre

La Brèche

L’expérience rwandaise est-elle transposable?

Publié par Alencontre le 5 - août - 2017

Par Colette Braeckman

Pour beaucoup de spécialistes du développement, le Rwanda représente un gage d’espoir: 23 ans après un génocide, Paul Kagame et le Front patriotique rwandais ont démontré qu’il était possible de transformer un pays déchiré, ruiné, en nation émergente. Qu’il n’était pas utopique d’affecter les résultats de la croissance (7 %) [1], l’amélioration de la santé, de l’éducation, des infrastructures [aide, décisif dans ce domaine, utilisée efficacement, ce qui est assez exceptionnel], des services.

Dans beaucoup de pays africains, entre autres au Congo voisin, d’aucuns rêvent à leur tour d’un leader visionnaire, attaché au développement de son pays et surtout menant une lutte implacable (et sans cesse renouvelée) contre la corruption.

Le succès du Rwanda est-il pour autant sans faille et est-il transposable ailleurs? La pérennité du succès économique est-elle définitivement acquise dans ce pays ambitieux, certes, mais où les ressources sont comptées et la population (trop nombreuse – près de 11 millions, superficie: 26’338 km2, 10 fois le Luxembourg) encore peu ou mal formée? Entre voir loin et voir trop grand, la marge demeure étroite.

Mais surtout, ayant réussi le pari de faire vivre ensemble tous les Rwandais, les victimes et les bourreaux, les exilés des années 1960 et les réfugiés de 1994 qui avaient fui vers les pays voisins, ayant assuré à tous une sécurité appréciée mais payée par un contrôle rigoureux, omniprésent, le Rwanda et son chef, s’ils veulent assurer la pérennité de leurs conquêtes, doivent encore, impérativement, réussir un autre pari: soulever peu à peu le couvercle de la casserole à pression, laisser échapper la vapeur afin d’éviter les risques d’explosion. Bref, démocratiser sans dérive, réussir un vrai pluralisme, donner une chance à l’alternance sans réveiller les démons de la revanche et de la haine, bannis depuis 23 ans.

L’avenir seul dira si le succès rwandais est transposable, mais il est d’ores et déjà certain que si les Congolais – par exemple – s’inspiraient de la détermination de leur voisin à lutter contre la corruption et à mettre de l’ordre dans leur pays, des ressources, autrement plus importantes que celles du Rwanda, pourraient assurer un rapide décollage. Quant au pouvoir fort, au leader aussi charismatique et visionnaire qu’il est implacable, est-il vraiment indispensable dans un Congo vaste, multiple, très politisé, habitué à la liberté d’expression et aux joutes contradictoires?

Gageons plutôt que ce qui unit les Congolais (et les manifestations de ces derniers jours le démontrent davantage encore), c’est le désir de voir respectée une Constitution qui, après avoir scellé la fin de la guerre en 2002, est toujours le gage du vivre ensemble.

Le ciment de ce pays aux 400 ethnies, c’est sa loi fondamentale et seul celui qui s’en prévaudra aura la légitimité et la force d’entreprendre l’indispensable redressement, non seulement de l’économie et de la répartition des richesses, mais aussi cette «révolution morale» qui s’impose et qu’au Rwanda, pour un temps en tout cas, l’austère et inflexible Kagame a réussi à incarner. (Publié dans Le Soir, 5 août 2017)

____

[1] Avec un secteur agricole, car le pays le reste encore, ayant un taux de productivité bas. Il est vrai que: 1° le guichet unique et la simplification de la procédure permet l’inscription d’une firme en deux jours, avec défiscalisation de l’Etat; 2° l’absence de salaire minimum implique que, dans le texte, une entreprise chinoise du textile «alloue» un salaire mensuel de 100 dollars, par rapport à 500 ou 600 en Chine. Derrière le taux de croissance de 7% se camouflent des données socio-économiques moins divulguées. (Réd. A l’Encontre)

*****

(AFP) Les Rwandais ont afflué aux urnes vendredi 5 août et attendaient désormais le résultat d’un scrutin présidentiel promis à Paul Kagame, l’homme qui dirige le «pays des mille collines» d’une main de fer depuis 1994. Visionnaire pour les uns, despote pour les autres, M. Kagame, 59 ans, brigue un troisième mandat de sept ans face à deux candidats passés quasiment inaperçus dans une campagne phagocytée par le Front patriotique rwandais (FPR), qui contrôle toutes les sphères de la société de ce petit pays de la région des Grands Lacs. La victoire de M. Kagame semble d’autant plus acquise qu’un référendum en décembre 2015 avait plébiscité – 98 % des voix – une modification de la Constitution, lui permettant de briguer un nouveau mandat de 7 ans.

Le chef de l’Etat, salué pour avoir mis un terme au génocide, a voté avec son épouse dans une école du centre de la capitale Kigali où la sécurité avait été renforcée, notamment à l’aide d’un portique de détection de métaux et d’un chien renifleur.

«Le FPR est partout»

Dans ce même bureau de vote, un entrepreneur de 54 ans a illustré le fossé séparant M. Kagame de ses deux concurrents, louant l’ancien rebelle avant d’avouer ne pas connaître Frank Habineza, leader du seul parti d’opposition toléré au Rwanda (le Parti démocratique vert) et Philippe Mpayimana, candidat indépendant.

«On nous a dit qu’on ne pouvait pas mettre nos drapeaux là où le FPR avait mis les siens, mais malheureusement le FPR a mis les siens partout!», a d’ailleurs déploré Frank Habineza, qui se voulait toutefois optimiste pour l’avenir: «C’est la première fois depuis 23 ans qu’un parti d’opposition se trouve sur les bulletins de vote.»

Selon Robert Mugabe (sic), un des rares journalistes rwandais ouvertement critiques, «il n’y a pas d’élection au Rwanda, juste un couronnement». (5 août 2017)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

1 commentaire

  1. A l’encontre » L’expérience rwandaise est-elle transposable? – Anti-K dit:

    […] Alencontre/ 2017-08-05 08:40:54 […]

    Ecrit le 6 août, 2017 à 2017-08-06T10:20:04+00:000000000431201708

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org