samedi
25
mai 2019

A l'encontre

La Brèche

Par Mohamed Kebci

Un peu à la manière de leurs aïeux de l’Ugema [Union générale des étudiant musulmans algériens – dont le 1er Congrès se tint en juillet 1955 à Paris] qui, en 1956, ont décidé de quitter les bancs des universités pour rejoindre le maquis, les étudiants décident, quasi-majoritairement, de mettre entre parenthèses leurs cursus pour «mieux accompagner le mouvement populaire» né le 22 février dernier.

En effet, la plupart des universités et des écoles supérieures du pays sont paralysées par la grève des étudiants. Une grève qui diffère d’un campus à un autre puisque illimitée par-ci et périodiquement renouvelable par-là, jusqu’à la satisfaction du principal mot d’ordre de la révolution tranquille en cours, à savoir le départ des symboles du système en place.

A l’Ecole nationale polytechnique (ENP) d’El-Harrach, à l’est de la capitale, les près de 1200 étudiants qui y poursuivent des études d’ingéniorat en diverses filières techniques, ont préféré opter pour une grève «renouvelable chaque fin de semaine, au gré des développements. C’est d’ailleurs le cas de huit autres écoles supérieures d’Alger», affirmait, hier lundi, Khaled, étudiant en quatrième année à l’ENP.

Pour notre interlocuteur, qui était en compagnie des «têtes de pont» de la contestation estudiantine au niveau de cet illustre édifice du savoir, les étudiants avaient des «appréhensions quant à l’éventualité d’une année blanche sans que le mouvement populaire atteigne ses objectifs. Mais c’est le prix à payer comme l’ont consenti nos aïeux en 1956». C’est alors qu’il a été décidé de «couper la poire en deux», en optant pour «une grève hebdomadaire avec, un vote renouvelé chaque jeudi selon les développements intervenus en cours de semaine», ajoute notre interlocuteur qui précise que la démarche est similaire au niveau de huit autres écoles supérieures d’Alger.

Hocine, son camarade de campus et désormais de lutte, exprime, quant à lui, l’ambition nourrie par les étudiants de «peser lourdement» dans la toute prochaine transition démocratique. Ceci en entamant le vaste et laborieux chantier de structuration des campus à travers le pays avec l’élection de délégués. «Nous avons le devoir d’incarner la locomotive de tout mouvement dévolu à la famille universitaire», estime-t-il, non sans qu’une camarade à lui, Mélissa, mette le doigt sur la terrible «déficience criante en matière de bagages politiques» chez nombre d’étudiants. «Certes, il y a une réelle prise de conscience chez la famille estudiantine, mais nombreux sont les étudiants qui manquent en matière de postulats et de stratégies de lutte politique, eux qui ne sont structurés dans aucune chapelle partisane, encore moins associative», affirme-t-elle.

D’où le cycle de conférences-débats prévu à partir de demain mercredi avec des universitaires et autres acteurs de la société civile dans toute sa diversité. Aussi, Amine fait part de «débats» menés presque le long de la journée, entre des groupes d’étudiants autour du mouvement en cours avec ses «tenants et ses aboutissants».

Les étudiants ont également installé un atelier exclusivement dédié aux slogans et autres mots d’ordre à porter lors de leur manifestation du mardi mais aussi celle du vendredi suivant. Des slogans «à chaque fois comme c’est le cas pour la marche prévue ce matin à Alger, comme le veut la tradition depuis le 26 février écoulé», précise Abderrahmane, un des près de 80 membres de cet atelier.(Article publié dans Le Soir d’Algérie en date du 16 avril 2019)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org