dimanche
19
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

SanteTravailPerzeratEmission de Ruth Stégassy

L’Association Henri Pézerat [1] a pour but «de créer et de faire vivre un réseau d’échanges d’expérience et d’aide aux luttes sociales concernant la santé des personnes en lien avec le travail et l’environnement. Henri Pézerat était convaincu que l’on ne peut séparer production de connaissances et action militante pour la santé, la vie, la justice, la dignité de tous ceux mis en péril par un développement économique dénué de tout respect de la vie humaine.» Henri Pézerat, décédé en 2009, plaidait, en 2008, pour la création d’une «nouvelle association travaillant sur l’ensemble des risques professionnels et environnementaux». Le site de l’association fournit une documentation des plus utiles: http://www.asso-henri-pezerat.org/

Elle organise aussi des Rencontres. La dernière de ces Rencontres a permis à Ruth Stégassy, qui produit la remarquable émission «Terre à terre» sur France Culture, diffusée le samedi matin à 7h, de donner la parole à des travailleuses, travailleurs, à des membres de CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), à un agriculteur, tous rassemblés lors de la dernière Rencontre de l’Association. La liaison impérative à établir entre conditions de travail et environnement, entre connaissances et actions collectives, ressort fort bien des interventions et tranche avec certains discours «écologistes». La parole est prise par Josette Roudaire, ancienne ouvrière de l’usine Amisol de Clermont-Ferrand (manufacture de l’amiante); Yves Colombat, membre du CHSCT de France Télécom; Philippe Billard, travailleur du nucléaire, employé par un sous-traitant d’EDF, syndicaliste et lanceur d’alerte; Raymond Cubells, de l’association Entraide et défense des acteurs des télécommunications exposés aux toxiques (Edatet); François Lafforgue, avocat; Annie Thébaud-Mony, chercheure au Giscop (Groupement d’intérêt scientifique sur les cancers d’origine professionnelle) de Seine-Saint-Denis

Une émission à écouter en cliquant sur le lien: http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-sante-environnement-1-la-sante-dans-les-usines-2014-02-01

______

[1] Henri Pézerat, chimiste, directeur de recherche au CNRS, a été l’un des premiers à dénoncer le caractère cancérigène de l’amiante, suite aux poussières blanches qui tombaient des plafonds dans les bâtiments de l’Université de Jussieu. L’interdiction de l’amiante en France, en 1997, est largement due aux actions du Comité anti-amiante de Jussieu, à l’association ALERT dont il fut l’un des fondateurs, à son engagement, en 1978, aux côtés des travailleuses de l’usine d’Amisol à Clermont-Ferrand, usine de filage et tissage d’amiante, afin de faire reconnaître la maladie professionnelle. (Rédaction A l’Encontre)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org