jeudi
30
mars 2017

A l'encontre

La Brèche

La révolution russe de 1917: de février à la «crise d’avril»

Publié par Alencontre le 27 - février - 2017

Fraternisation entre soldats et ouvriers

Par Nicolas Werth

Spontanéité et improvisation caractérisent les journées de février 1917. Certes, au début de 1917, la crise politique que connaît le régime tsariste est profonde. Néanmoins, ni l’opposition modérée, ni l’opposition révolutionnaire, ni les «masses» de Petrograd, dont le rôle sera capital durant les événements de février ne semblent prêtes à une révolution, qui, en quelques jours, emporte une dynastie tricentenaire.

Du 20 février à la «nuit où tout bascule»: du 26 au 27 février

Les premiers incidents graves de l’année 1917 éclatent le 20 février, après que les autorités de Petrograd eurent annoncé la mise en place d’un système de rationnement, la ville ne disposant de réserves de farine que pour quelques jours. Le même jour, la plus grande entreprise de Petrograd, l’usine d’armement Poutilov, en rupture d’approvisionnement, annonce le licenciement de milliers d’ouvriers. «Du pain, du travail!» – ces exigences économiques sont le déclencheur d’un mouvement revendicatif spontané qui, au départ, n’a rien de révolutionnaire.

Le 23 février, la Journée internationale des femmes – une date importante dans le calendrier socialiste – offre aux masses un prétexte pour manifester. Plusieurs cortèges de femmes défilent dans le centre-ville: étudiantes, employées, ouvrières du textile des faubourgs ouvriers de Vyborg. Au fil des heures, les rangs des manifestants grossissent, les slogans prennent une tonalité plus politique. Le lendemain, le mouvement de protestation s’étend: près de cent cinquante mille ouvriers grévistes convergent vers le centre-ville. Débordés, n’ayant reçu aucune consigne précise, les cosaques [troupes, composées pour l’essentiel de cavaliers, qui au cours du XIXe réprimèrent tous les mouvements d’opposition au tsarisme] ne parviennent plus à disperser la foule des manifestants. Des centaines d’attroupements se forment, des meetings s’improvisent.

Le 25 février, la grève est générale. Les manifestations s’amplifient encore, les mots d’ordre sont de plus en plus radicaux: «A bas le tsar!», «A bas la guerre!» Face à ce mouvement spontané venu de la rue, les rares dirigeants révolutionnaires présents à Petrograd restent prudents, estimant, comme le bolchevik Alexandre Chliapnikov, qu’il s’agit là plus d’une émeute de la faim que d’une révolution en marche. Dans la soirée du 25, le général Khabalov, commandant du district militaire de Petrograd, reçoit un télégramme de Nicolas II, envoyé du quartier général de Mogilev [ville de Biélorussie]. Le tsar ordonne de «faire cesser par la force, avant demain, les désordres à Petrograd». Le refus de toute négociation, de tout compromis va faire basculer ce qui n’est aux yeux de tous qu’une agitation sporadique, comme la ville en a connu régulièrement depuis 1905, en une révolution.

Le 26 février, vers midi, la police et la troupe ouvrent le feu, place Znamenskaïa, sur une colonne de manifestants. Plus de cent cinquante personnes sont tuées. Echaudée par ce massacre, la foule reflue vers les faubourgs. Le gouverneur proclame l’état de siège et ordonne le renvoi de la Douma. La cause semble être entendue.

Dans la nuit du 26 au 27 février se produit l’événement qui, en quelques heures, fait basculer la situation: la mutinerie de deux régiments d’élite (Volynski et Preobrajenski), traumatisés d’avoir tiré sur leurs « frères ouvriers ». En quelques heures, la mutinerie fait tache d’huile. Au matin du 27 février, soldats et ouvriers fraternisent, prennent l’arsenal, où ils s’emparent de dizaines de milliers de fusils, aussitôt distribués à la foule, occupent les points stratégiques de la capitale, saccagent les prisons.

Face à cette révolution populaire, spontanée, non maîtrisée, les «politiques» tentent d’organiser, de canaliser le mouvement. Aucun des grands leaders révolutionnaires n’étant présent à Petrograd (Lénine et Martov sont à Zurich, Trotski est à New York, Tchernov à Paris, Tseretelli, Dan et Staline en exil en Sibérie), c’est à des dirigeants de second plan qu’échoit la lourde responsabilité de diriger la révolution. Comme en 1905, la création d’un soviet – assemblée élue du «peuple travailleur et combattant» – pour fédérer ouvriers et soldats s’impose pour assurer le salut d’une révolution qui se cherche.

C’est ainsi que, dans l’après-midi du 27 février, une cinquantaine de militants de tendances révolutionnaires différentes – bolcheviks, mencheviks, socialistes-révolutionnaires, travaillistes (socialistes-révolutionnaires de tendance modérée) – mettent sur pied un Comité exécutif provisoire des députés ouvriers. Ce comité appelle les ouvriers et les soldats de la garnison à élire leurs représentants. Ainsi naît le soviet des députés ouvriers et soldats de Petrograd, bruyante assemblée de six cents députés environ, dirigée par un comité exécutif composé de révolutionnaires «professionnels» qui se sont cooptés.

Soviets et Douma: «double pouvoir»

Parallèlement à la constitution de ce soviet, se met en place un autre organe, plus traditionnel, de pouvoir. Un groupe de députés de la Douma forme, le 27 février également, un Comité provisoire pour le rétablissement de l’ordre et des rapports avec les institutions et les autorités. Pour ce comité, la priorité des priorités est le retour à l’ordre, et d’abord, le retour des soldats mutinés dans leurs baraquements.

Entre ce comité provisoire inquiet devant l’extension des «désordres» et un soviet troublé par la menace d’une contre-révolution s’engagent de longues négociations qui aboutissent, le 2 mars 1917, à un compromis. Le soviet reconnaît, en attendant la convocation d’une Assemblée constituante, la légitimité d’un gouvernement provisoire à majorité libérale, composé, pour l’essentiel, de représentants du Parti constitutionnel-démocrate. Cette reconnaissance reste subordonnée à l’application, par le gouvernement provisoire, d’un vaste programme de réformes démocratiques, fondé sur l’octroi des libertés fondamentales, le suffrage universel, l’abolition de toute forme de discrimination, la suppression de la police, la reconnaissance des droits du soldat-citoyen et une amnistie immédiate de tous les prisonniers politiques.

Le compromis du 2 mars 1917 marque la naissance d’un double pouvoir, la coexistence, émaillée de conflits durant toute l’année 1917, de deux conceptions différentes de la légitimité et de l’avenir de la société russe. D’un côté, le pouvoir d’un gouvernement provisoire, soucieux de faire de la Russie un grand pays libéral et capitaliste et d’ancrer la vie politique russe dans la tradition européenne du parlementarisme; de l’autre, le pouvoir des soviets, qui se veut non seulement une représentation plus directe, plus «révolutionnaire», des «masses», mais tente aussi d’instaurer une autre façon de faire de la politique.

Dans le compromis entre le Comité provisoire et le soviet, l’incertitude sur ce que serait l’attitude de Nicolas II et des militaires a joué un rôle majeur. A la surprise générale, l’état-major a fait pression sur Nicolas II pour que celui-ci abdique «afin de sauver l’indépendance du pays et assurer la sauvegarde de la dynastie». Le 2 mars, Nicolas II renonce au trône en faveur de son frère, le grand-duc Michel. Devant la protestation populaire, celui-ci abdique à son tour (3 mars 1917). Les manifestations de liesse auxquelles donne lieu la nouvelle de la fin de la dynastie des Romanov témoignent de la désaffection du pays vis-à-vis du tsarisme. De ce point de vue, les défaites militaires des années 1915 et 1916 avaient porté un coup fatal au mythe du «tsar-petit-père», sérieusement ébranlé depuis le «dimanche rouge» de 1905.

Le premier gouvernement provisoire: au deuxième rang et à la deuxième place en partant de la droite, Alexandre Kerenski, alors ministre de la Justice

Le premier gouvernement provisoire: mars-avril 1917

Formé le 2 mars, le premier gouvernement provisoire est présidé par le prince Georges Lvov, entouré d’une majorité de représentants éminents du parti constitutionnel-démocrate (Pavel Milioukov (historien, 1859-1943) aux Affaires étrangères; Nikolaï Nekrassov aux Transports; AndreïChingarev à l’Agriculture). A la gauche de l’échiquier politique gouvernemental, Alexandre Kerenski (1881-1970), ministre de la Justice, est censé «faire le pont» entre le gouvernement et le soviet. En quelques semaines, ce gouvernement prend un train de mesures spectaculaires: libertés fondamentales, suffrage universel, amnistie générale, abolition de la peine de mort, suppression de toutes les discriminations de caste, de race ou de religion, reconnaissance du droit de la Finlande et de la Pologne à l’autodétermination. Malgré ces mesures réellement révolutionnaires, qui marquent une rupture radicale avec la culture politique de l’autocratie tsariste, le gouvernement doit faire face à une vague de revendications et d’actions difficilement contrôlables émanant des couches les plus diverses d’une société en révolution.

Pavel Milioukov et son histoire de Russie (1932 en français)

Les ouvriers demandent – et obtiennent, le plus souvent – la journée de huit heures, ainsi que des augmentations de salaire, vite absorbées néanmoins par une inflation galopante. Ils mettent sur pied des comités d’usine et des unités de «gardes rouges». Les comités d’usine ont pour objectif de contrôler l’embauche et les licenciements, d’empêcher les patrons de procéder à des lock-out, sous prétexte de rupture d’approvisionnement, mais aussi de maintenir une certaine discipline du travail, de lutter contre l’absentéisme. Ces mesures constituent l’ébauche d’un contrôle ouvrier sur la marche des entreprises. Quant aux unités de gardes rouges, ce sont des milices ouvrières armées prêtes à défendre l’usine en tant qu’outil de travail des prolétaires, mais aussi à «défendre la révolution» contre ses «ennemis».

 

«Le pouvoir soldat» et le «partage noir»

Le gouvernement provisoire doit aussi faire face à l’agitation croissante qui gagne les armées. Dès le 1er mars 1917, le soviet de Petrograd a promulgué un texte fondamental, le Décret numéro 1, véritable charte des droits du soldat. Ce texte abolit les règles de discipline militaire les plus vexatoires de l’ancien régime et permet aux soldats-citoyens de s’organiser en comités de soldats. Loin de se borner aux prérogatives, limitées, que leur donne le Décret n0 1, les comités de soldats outrepassent rapidement leurs droits, en viennent à récuser tel ou tel officier, prétendent en élire de nouveaux. Les unités sont progressivement gagnées par un «pouvoir soldat» qui déstabilise l’armée. Les désertions se multiplient. De mars à octobre 1917, plus de deux millions de paysans-soldats, fatigués de combattre, désertent. Leur retour au village alimente, à son tour, les troubles dans les campagnes.

Dans les villages, cependant, les désordres restent, durant le printemps de 1917, limités, surtout en comparaison avec ce qui s’était passé en 1905. La chute du tsarisme est l’occasion, pour les assemblées paysannes, de rédiger pétitions et motions exposant les doléances et les souhaits du peuple des campagnes. La question de la terre est au centre de tous les espoirs et de toutes les revendications. Les paysans exigent la saisie et la redistribution des terres de la Couronne et des grands propriétaires fonciers. Dans ces «cahiers de la révolution russe» (Marc Ferro) s’exprime avec force l’idéal paysan ancestral du «partage noir», en fonction des «bouches à nourrir» [lors de la scission du mouvement Terre et Liberté, en 1879, le mouvement qui met la question paysanne au centre d’un processus révolutionnaire à venir prend pour nom «Partage noir»]. Puisque la terre est un «don de Dieu», elle ne doit appartenir à personne. Chaque famille paysanne doit en avoir l’usufruit «à mesure de ce qu’elle peut mettre en valeur elle-même, sans l’aide de salariés». Selon cette logique, «il ne sera laissé au grand propriétaire qu’un domaine qu’il peut cultiver lui-même, avec sa famille».

Pour donner vie à ce vieil idéal égalitaire, les paysans s’organisent, mettent en place des comités agraires, tant au niveau du village que du canton. Jusqu’au début de l’été de 1917, ces comités font encore confiance au gouvernement provisoire et au soviet de Petrograd pour résoudre rapidement le problème agraire. «La terre par la Constituante», telle est, sur cette question capitale, la politique du gouvernement: seule l’Assemblée constituante, élue au suffrage universel sera habilitée à légiférer sur la question agraire. Toute saisie illégale de terres sera sanctionnée. Entre une paysannerie de plus en plus impatiente et un gouvernement soucieux d’éviter l’anarchie et de prévenir les jacqueries, la méfiance, peu à peu, s’installe.

La question de la guerre

Pour le gouvernement provisoire, la question la plus urgente reste celle de la guerre. Les libéraux au pouvoir considèrent que seule une victoire de la Russie aux côtés des Alliés réussirait à amarrer solidement le nouveau régime aux démocraties occidentales et à assurer la cohésion d’une société en révolution. Aussi, dès le 4 mars 1917, Pavel Milioukov adresse-t-il une note aux Alliés dans laquelle il dit la détermination du nouveau gouvernement russe de poursuivre la guerre jusqu’à la victoire et l’annexion de Constantinople.

Le soviet de Petrograd

Sur la question cruciale des buts de guerre, le soviet de Petrograd adopte une position différente de celle du gouvernement. Dans son Appel aux peuples du monde entier (14 mars 1917), le soviet de Petrograd se prononce pour une «paix sans annexions ni contributions». Il prône le « défensisme révolutionnaire », qui s’efforce de concilier la «lutte des peuples contre les ambitions annexionnistes de leurs gouvernements» et le «maintien d’une politique défensiste préservant la combativité de l’armée».

Seul de tous les dirigeants politiques, Lénine, contre l’opinion même de la majorité des bolcheviks, prédit la faillite du défensisme révolutionnaire et prône une rupture immédiate entre le soviet et le gouvernement provisoire. Décidé à tout prix à rentrer en Russie et aidé par le gouvernement allemand qui compte sur la force de déstabilisation du discours léniniste auprès d’une «opinion publique» russe qui doute de l’opportunité de poursuivre la guerre, Lénine quitte Zurich le 28 mars 1917, traverse, dans un wagon bénéficiant du statut d’exterritorialité, l’Allemagne, gagne la Suède et arrive, le 3 avril, à Petrograd. Il y présente (4 avril 1917) ses fameuses Thèses d’avril, vaste programme contre la poursuite de la guerre, contre le gouvernement provisoire, contre la république parlementaire. Lénine prône la nationalisation des terres, le contrôle ouvrier et le passage de «tout le pouvoir aux soviets». Ces thèses radicales suscitent incompréhension et opposition au sein même du parti bolchevique, qui reste très divisé, tiraillé entre une base (marins de Kronstadt, gardes rouges des quartiers ouvriers de Petrograd) impatiente, voire prompte à l’aventure, et des dirigeants (Zinoviev, Kamenev) hostiles à tout aventurisme.

«La crise d’avril» et «tout le pouvoir aux soviets»

Quelques jours après le retour de Lénine en Russie, les positions divergentes du soviet de Petrograd, dominé par les socialistes-révolutionnaires et les mencheviks, et du gouvernement provisoire, à majorité constitutionnelle-démocrate, débouchent sur une crise politique («crise d’avril»). Le 18 avril 1917, Pavel Milioukov adresse une note aux Alliés réaffirmant que la Russie combattra «jusqu’à la victoire finale». La position du soviet, pour une «paix sans annexions ni contributions», n’est même pas mentionnée. La rue se mobilise, exigeant la démission de Milioukov. D’imposantes manifestations où, pour la première fois, figurent des mots d’ordre bolcheviques («Tout le pouvoir aux soviets!») contraignent Milioukov et Alexandre Goutchkov, le ministre de la Guerre, à démissionner.

Face à cette situation de crise, le soviet de Petrograd annonce son ralliement à un gouvernement de coalition, qui rassemblerait libéraux (constitutionnels-démocrates) et socialistes modérés (socialistes-révolutionnaires et mencheviks).

Cette participation n’est pas exempte d’arrière-pensées: les libéraux espèrent tenir les socialistes modérés par leur participation aux responsabilités gouvernementales et à la conduite de la guerre, tout en utilisant leur influence conciliatrice sur les masses; les socialistes espèrent obtenir des réformes et la cessation de la guerre, tout en déjouant les projets contre-révolutionnaires.

L’entrée de six ministres socialistes, dirigeants du soviet de Petrograd (dont Tseretelli et Tchernov) dans le second gouvernement provisoire, laborieusement constitué le 5 mai 1917, modifie profondément la donne politique et remet en question le principe même du double pouvoir. Les lignes de clivage ne passent plus désormais entre le soviet et le gouvernement. Devenus les gestionnaires de l’Etat bourgeois, les socialistes modérés laissent l’initiative de la contestation aux bolcheviks à un moment où les tensions sociales s’exacerbent. (Werth, RÉVOLUTION RUSSE, Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2015.)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

1 commentaire

  1. La révolution russe de 1917: de février à la «crise d’avril» - Anti-K dit:

    […] publié sur http://alencontre.org/societe/histoire/la-revolution-russe-de-1917-de-fevrier-a-la-crise-davril.html le 27 – février – […]

    Ecrit le 2 mars, 2017 à 2017-03-02T14:12:11+00:000000001131201703

Ecrire un commentaire




Qui est vraiment Macron? par Osons causer

Alors que François Fillon s'écroule, Emmanuel Macron a encore le vent en poupe. Il ne vient pas des partis, se dit ni de gauche ni de droite et fait souffler un vent nouveau sur la politique si l’on en croit certains médias. Mais comment est-il monté si vite, et si haut? Les vidéastes du collectif Osons Causer décryptent le parcours et l’ascension fulgurante de cet énarque et ancien banquier d'affaires. Ce que le candidat à la présidentielle rappelle, c’est qu’on peut être en dehors des partis et néanmoins au cœur du pouvoir. (Site Mediapart)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org


Warning: mysql_query(): Access denied for user ''@'localhost' (using password: NO) in /home/labre1/public_html/wp-content/plugins/quickstats/quickstats.php on line 345

Warning: mysql_query(): A link to the server could not be established in /home/labre1/public_html/wp-content/plugins/quickstats/quickstats.php on line 345

Warning: mysql_query(): Access denied for user ''@'localhost' (using password: NO) in /home/labre1/public_html/wp-content/plugins/quickstats/quickstats.php on line 346

Warning: mysql_query(): A link to the server could not be established in /home/labre1/public_html/wp-content/plugins/quickstats/quickstats.php on line 346

Warning: mysql_fetch_row() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/labre1/public_html/wp-content/plugins/quickstats/quickstats.php on line 346