vendredi
24
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Vers une nouvelle indépendance

Publié par Alencontre le 9 - janvier - 2011

Par Farah Bensalem

Il est 23h30 heures. A Ihaddaden, un quartier très populaire du nouveau centre de Béjaia, ville kabyle située à l’est d’Alger, l’affrontement des manifestants avec la police antiémeute ne s’est pas essoufflé. Bien au contraire. Agés d’une vingtaine d’années tout au plus, ces jeunes, qui n’ont pas connu l’autre grande révolte populaire de l’Algérie indépendante: Octobre 1988, ni pris part à celle que connut la Kabylie en 2001 et qui fit 129 morts, ne sont pas prêts à rentrer à la maison.

Leur révolte est accompagnée des applaudissements des habitants et des youyous nombreux et stridents lancés par des mamans aux balcons et aux fenêtres. A la provocation des manifestants qui leur crient d’approcher «s’ils sont des hommes», les gendarmes mobiles ripostent avec des tirs de gaz lacrymogènes, contraignants les habitants à se réfugier dans les maisons. Mais les jeunes ne sont pas impressionnés. Depuis des heures, ils affrontent les éléments antiémeutes en dressant des barricades à l’aide d’objets hétéroclites, pneus brûlés, panneaux de signalisation arrachés. Ils continuent à jouer au chat et à la souris avec les forces de l’ordre et ont pour seules armes des pierres et leur haine du régime d’Alger honni, une haine partagée par tout le peuple algérien.

En effet, aujourd’hui ces scènes ne sont pas propres à la Kabylie frondeuse. D’est en ouest c’est toute l’Algérie qui se lève. Depuis Tébessa, à la frontière Est – et à quelques encablures de la ville de Sidi-Bouzid d’où est partie la révolte tunisienne – jusqu’à l’Oranie et aux confins de l’Ouest, région pourtant pas très habituée à ce genre d’expression populaire, en passant par Guelma, Djelfa et Laghouat villes du Sud. Comme s’ils s’étaient donné le mot, ce vendredi 7 janvier 2011, aux environs de 15 heures, juste après la grande prière du vendredi, des milliers de jeunes ont occupé les places publiques et les grandes artères de leurs villes, déterminés à en découdre. Les affrontements entre la population et les brigades antiémeutes ont gagné pas moins de vingt départements du territoire algérien.

Cette déferlante de jeunes lance son cri de révolte à ces dirigeants qu’ils n’ont pas choisi. En premier lieu à Bouteflika, président inamovible qui a fait changer la constitution pour pouvoir briguer un troisième mandat et se maintenir au pouvoir. Aux généraux qui ont semé la guerre et terrorisé la population en toute impunité et qui accaparent les richesses du peuple en puisant directement dans les caisses de la Sonatrach (compagnie nationale des hydrocarbures) et des biens publics comme s’ils étaient les leurs. A leurs clientèles respectives et à leurs soutiens de tous les bords, qu’ils soient islamistes ou démocrates autoproclamés, sénateurs et députés dont le silence est grassement rétribué (le salaire d’un député en Algérie est l’équivalent de 30 fois le salaire minimum qui est de 150 euros mensuel).

Les révoltés d’Alger, de Tizi-Ouzou, d’Oran et d’Annaba sont tous unis pour crier leur ras-le-bol d’un système verrouillé et sourd à leurs demandes légitimes. Chômage endémique, crise du logement, corruption, abus d’autorité, pouvoir d’achat laminé, manque de perspectives, passe-droits, l’injustice de chaque instant, les biens mal acquis, l’iniquité et le dédain perpétuel. Les raisons de la colère ne manquent pas.

Un pays riche, un peuple pauvre

Cette révolte est l’expression de la difficulté de vivre des Algériens, une «mal-vie» qui poussent les plus jeunes à tenter l’exil sur des radeaux de fortune et qu’on appelle les haragas (ceux qui grillent les frontières). Les autres tentent de subsister en vivant d’expédients: vendeurs à la sauvette, trafic en tous genres, rendus plus difficiles avec les restrictions sur l’importation imposées par le gouvernement Ouyahia en 2009 et que les jeunes considèrent comme une injustice de plus.

La «classe moyenne» algérienne quant à elle voit son pouvoir d’achat s’effondrer avec le coût de la vie. Leurs salaires couvrent à peine les dépenses contraintes et l’achat de la nourriture. Quant aux couches les plus pauvres c’est carrément l’indigence. Ces derniers jours des rumeurs annonçaient l’augmentation du prix de la farine et ont contribué à échauffer les esprits. Sans parler que le gouvernement algérien a supprimé la subvention des produits alimentaires de base: le sucre, l’huile et la semoule, devenant du coup inaccessibles aux plus démunis.

C’est donc un cri d’indignation et de dégoût pour cette république des inégalités sociales et de la paupérisation grandissante que lancent les Algériens qui s’approprient la rue. Au prix de leur vie ? L’état d’urgence est en vigueur depuis bientôt vingt ans et on se rappelle ici qu’à maintes reprises dans le passé, l’Etat algérien n’a pas hésité à tirer à balles réelles sur les manifestants.

Ces manifestations ont été très violentes et ont pris pour cibles les symboles habituels de l’état: tribunaux, commissariats, banques. Mais pour la première fois des agences de la Sonelgaz ont subi des dégradations. On ne peut ne pas y voir un lien avec les dernières affaires de corruption qui ont entaché cette société liée à la Sonatrach, et qui représente pour le pays une de ses principales sources de devises.

Le ministre des finances avait annoncé le 4 janvier dernier que le pays détenait… 155 milliards de dollars de réserves. Une première depuis l’indépendance de l’Algérie. Mais si le régime algérien se vante devant le monde entier de détenir cette somme inimaginable, la population n’en voit pas la couleur. Que ce soit à Béjaïa, à Alger ou à Oran, on parle de hogra, cette injustice matinée de mépris, que subissent les petits, les sans-gallons, les sans-piston, les sans-rien, de la part d’un pouvoir arrogant qui laisse des retraités fouiller dans les poubelles ou être contraints de chaparder de la nourriture pour survivre.

Le pain… et la liberté !

Mais ce serait se tromper que de croire que les Algériens ne se sont levés que pour cela. Cette révolte se mène aussi pour la dignité. Celle qu’on ne peut éprouver sans être libre. Et tout d’abord la liberté d’expression qui, si elle avait existé, aurait permis à des canaux démocratiques et légaux de prendre en charge les revendications du peuple et lui aurait épargné de payer encore le prix du sang.

Les Algériens s’élèvent contre ceux qui ont confisqué l’indépendance, et les idéaux de la guerre d’Indépendance, il y a cinquante ans. Ceux qui ont accaparé les richesses immenses qui auraient dû faire de chaque Algérien un citoyen prospère et libre. Ces tyrans oligarques qui s’accrochent encore au pouvoir tout décrépis qu’ils sont, intrigant dans les couloirs d’El Mouradia et les locaux de la DRS (services secrets tout-puissants en Algérie) pour pérenniser leur pouvoir et le léguer après eux à une dynastie d’avortons ou de familiers du sérail.

A ces personnes qui ont vendu le pays pour remplir leurs comptes bancaires personnels et qui achètent rubis sur ongle l’indulgence de dirigeants européens pendant qu’ils servent au peuple leur soupe idéologique frelatée et leur profession de foi mensongère, les révoltés de la place d’Alger, de la Soumam et de l’Oranie leur crient que ce n’est pas pour cela que près d’un million d’Algériens ont donné leur vie. Pas pour que des gens qui tout en se réclamant, toute honte bue, des martyrs de la Révolution se vêtissent de l’habit des oppresseurs d’hier, foulent aux pieds l’idéal de la lutte pour l’Indépendance et ruinent ses espérances.

Ils leur crient qu’ils se battront car «l’indépendance n’est pas encore arrivée». Mais arrivera certainement demain.

* Journaliste.
Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org