samedi
18
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

«C’est une révolution populaire qui s’est produite en Libye» (II)

Publié par Alencontre le 29 - septembre - 2011

Santiago Alba Rico

Entretien avec Santiago Alba Rico

Nous publions ici la seconde partie de l’entretien avec Santiago Alba Rico. La première partie a été publiée sur ce site en date du 27 septembre. (Rédaction) 

*****

Quelles sont les forces qui composent le Conseil national de transition (CNT)? Que pensez-vous de ce Conseil? Il n’a sauf erreur pas été reconnu par l’Union africaine. Un des porte-parole de ce Conseil, en parlant des villes qui continuent à être loyales à Kadhafi, a déclaré: «Parfois, pour épargner le versement de sang, il faut verser du sang, et plus vite on le fait, mois de sang sera répandu.»

Santiago Alba Rico: Sur les rebelles on a tellement écrit – sur le site en langue espagnole Rebelion, nous avons publié beaucoup d’articles détaillés – que je me bornerai ici à énumérer une fois de plus la filiation très diverse de la base constitutive du CNT: des jeunes accablés par la «misère de la vie» (comme en Tunisie et en Egypte les premiers à se manifester pacifiquement); des militaires déserteurs de la première heure à Benghazi; des opportunistes du régime kadhafiste; des libéraux éduqués aux Etats-Unis, quelques proches de la CIA, tous pro-occidentaux; ainsi que des islamistes liés au Groupe islamique combattant libyen, qui ont rejoint plus tard la révolte, mais qui jouent un rôle important dans sa préparation et sa discipline. A ma connaissance, seuls les opportunistes, les libéraux et les islamistes font partie du CNT, ce qui démontre déjà leur intention de laisser à l’écart les chabab [les jeunes combattants] qui ont sacrifié leur vie pour renverser la dictature (comme cela s’est déjà passé en Tunisie et en Egypte).

Mais je dois dire sincèrement que je ne vois pas beaucoup de différences entre ce gouvernement provisoire et celui de la Tunisie ou de l’Egypte, où ce sont pour le moment les opportunistes de l’ancien régime, les militaires et les libéraux qui gèrent la vie politique.

Bien sûr, personne n’espérait que les Libyens rebelles soient des socialistes; et en tout cas il me semble significatif de noter que les premières divisions et divergences entre islamistes et pro-occidentaux au sein du CNT mettent en évidence deux détails «inespérés» pour ceux qui ont cru, depuis le début, à une «conspiration néocoloniale» à l’origine de la rébellion libyenne. Le premier est la résistance, ferme et majoritaire, à une intervention terrestre de l’OTAN et même à toute tentative de tutelle néocoloniale. Lorsque Ismail Salabi, commandant de Benghazi, déclare qu’ils ne vont pas permettre qu’une «minorité dirige le nouveau destin de la Libye» ou lorsque Abdelhakim Belhaj, commandant de Tripoli et également islamiste, dénonce la CIA comme responsable de son emprisonnement et torture sous la dictature de Kadhafi, ce n’est pas que du bavardage (http://www.alquds.co.uk/index.asp?fname=latest\data\2011-09-19-04-51-39.htm). Ils savent que la majorité du peuple libyen, islamistes ou non, est de leur côté. En même temps, lorsque ces mêmes leaders parlent d’un «Etat civil» et de «démocratie», ils le font pour rassurer non pas l’OTAN, mais les chabab qui ont participé à la rébellion, conscients que dans le monde arabe l’heure d’Al-Qaida et de ses émules est terminé. Ils savent que si l’islamisme veut gouverner la Libye, il devra changer son discours (comme en Tunisie ou en Egypte) et accepter les nouvelles règles du jeu. On ne peut évidemment pas écarter la possibilité qu’il y ait des affrontements, y compris armés, et que tout se termine dans un grand chaos. Mais cela démontrerait une fois de plus que les rebelles n’ont jamais été les marionnettes des puissances occidentales.

On parle aussi de nettoyage ethnique, d’un nettoyage ethnique ininterrompu perpétré par les «rebelles» (il semble que les gens de Cyrénaïque aient des préjugés historiques enracinés à l’égard des Africains subsahariens).

Nous avons déjà évoqué le traitement qu’infligeait Kadhafi aux Subsahariens dans les prisons du désert. Le racisme fait malheureusement partie de la culture de la dictature. Il s’est donc manifesté dans les deux camps. Mais j’aimerais ajouter quelques citations de Gabriele del Grande, prises dans les chroniques qu’il a écrites après le 23 août depuis Tripoli. Elles démontrent – si nous croyons son témoignage – qu’il ne s’agit pas du tout d’un «nettoyage ethnique ininterrompu» et qu’en outre la «chasse au mercenaire» (et non celle du Noir) commence à être sous contrôle. Del Grande, qui a également dénoncé des abus, des agressions et des lynchages de Noirs par les rebelles, me semble être un témoin fiable. C’est ainsi que commence sa longue chronique, qui peut être lue en italien sur (http://fortresseurope.blogspot.com/): «A fin août les journaux de quasi le monde entier ont donné l’alerte sur la «chasse au Noir» à Tripoli, les abus et les coups de filet. La réalité est cependant différente, plus complexe, et en même temps contradictoire. Il y a eu des excès, des arrestations de trop étaient inévitables avec une armée populaire de milliers de jeunes et d’enfants, encore sous le choc du sang versé dans la bataille qui a libéré Tripoli au prix de centaines de morts. Ces violences et ces excès, il faut les condamner. Mais ce n’est pas la fin de l’histoire.»

Au cours de son séjour à Tripoli, Del Grande a visité des centres de détention provisoires et des hôpitaux où l’on soignait les partisans de Kadhafi blessés, blancs et noirs, libyens et étrangers (surtout des Tchadiens et des Nigériens). Del Grande a recueilli d’innombrables témoignages et confessions qu’il vaut la peine de lire, mais sa conclusion est plus ou moins celle qui se reflète dans les lignes suivantes: «De nombreuses personnes avec lesquelles je me suis entretenu, miliciens du régime et présumés mercenaires, ont été blessées au front et se trouvent dans les hôpitaux de Tripoli, où j’ai pu vérifier qu’elles recevaient le même traitement médical que celui réservé aux partisans libyens. A cette différence près qu’après leur traitement ils iront en prison en attendant leur jugement. Ceux qui prouveront leur innocence seront libérés, comme cela s’est déjà passé pour beaucoup de prisonniers – libyens et africains – injustement arrêtés et qui ont trouvé des témoins disposés à les innocenter. Ceux qui seront reconnus coupables d’avoir tué peuvent être condamnés à mort. Et c’est cela qui doit beaucoup nous préoccuper. Car dans ces moments de chaos, le risque d’erreurs judiciaires et de sentences sommaires avec des preuves insuffisantes est très élevé.»

J’aimerais vous poser quelques questions sur des opinions exprimées par quelques auteurs et quelques forces politiques. Par exemple, Gilbert Achcar a écrit récemment: «Nous avons vu, en outre, combien les forces bien armées, bien entraînées et bien rémunérées de Kadhafi ont pu mener offensive après offensive, en dépit de plusieurs mois de frappes de l’OTAN, et combien difficile et coûteux en vies humaines il a été pour la rébellion, d’abord de sécuriser Misrata, qui est bien plus petite que Benghazi, puis de sortir de l’enlisement sur le front occidental avant de finalement pouvoir entrer à Tripoli. Quiconque conteste de loin le fait que Benghazi aurait été écrasée manque tout simplement de décence, à mon avis. Dire à une population assiégée, à partir du confort d’une ville occidentale, qu’ils sont des lâches – car c’est à cela en somme que revient le fait de dire qu’ils ne risquaient pas de massacre – est tout simplement indécent.» Est-ce que vous trouvez également cela indécent?

Oui, c’est indécent. Nous ne parlons pas ici des révolutionnaires de la Sierra Maestra [Cuba], entraînés pour vaincre ou mourir, mais de jeunes sans entraînement militaire – et d’enfants, de vieillards et de familles entières – qui se défendaient comme ils le pouvaient face à une agression féroce, et qui ont demandé de l’aide aux Nations Unies, et non à l’OTAN, tout en déclarant en même temps leur refus explicite de toute intervention terrestre. N’est-il pas indécent de mépriser ces gens?

En suivant la séquence des faits, quelles positions aurait dû adopter la gauche, à votre avis? Par exemple, même si on accepte les considérations d’Achcar, la résolution de l’ONU ne mérite-t-elle pas des critiques?

Cette résolution mérite toutes les critiques et ce depuis le début. Sa rédaction viole la Charte constitutive des Nations Unies en permettant l’intervention de l’OTAN et en l’autorisant à aller beaucoup plus loin que la «zone d’exclusion aérienne» demandée. Son application viole y compris la résolution elle-même, qui était déjà assez permissive. Quant à ce qu’aurait dû être la position de la gauche, j’imagine que vous faites référence à la gauche européenne et latino-américaine. La gauche arabe a accepté depuis le début la nécessité d’affirmer en même temps le soutien aux rebelles et la dénonciation de l’intervention de l’OTAN. Ce n’était pas une situation de ni-ni, comme le prétendent quelques anti-impérialistes très éloignés du terrain, mais un OUI aux rebelles. Un OUI aux rebelles qui impliquait une position évidente (NON à Kadhafi) et une autre contradictoire (NON à l’OTAN). Il faut espérer qu’à partir de maintenant le OUI aux rebelles coïncidera entièrement avec le NON à l’OTAN.

Achcar a également écrit: «(…) j’ai lancé une campagne avec deux revendications inséparables: «Arrêt des bombardements! Envoyez des armes aux insurgés!» Des armes pour les insurgés? Qui sont ces insurgés? Pouvez-vous nous donner quelques informations élémentaires? Il ne semble pas que leurs derniers actes soient très raisonnables ni très justes.

Qui sont ces insurgés? Ce sont les insurgés réellement existants, que nous avons déjà décrits auparavant, soutenus par une majorité du peuple libyen. En ce qui concerne leurs derniers actes, j’imagine que vous faites référence aux lynchages de mercenaires. Nous avons également déjà évoqué cette question. Même si ces abus restent très peu importants si on les compare aux crimes de Kadhafi – dont on découvre encore certains ces jours-ci – nous ne devons pas les tolérer et nous devons réclamer que tous les responsables de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, quelle que soit leur allégeance, soient jugés. On peut penser que cette position est naïve, mais si toutes les paroles incapables d’introduire des effets réels dans le monde sont naïves, alors la plupart des dénonciations anti-impérialistes le sont aussi. La mission de la gauche doit être de dénoncer tous les crimes, et s’ils ne sont pas traités de la même manière, alors il faut dénoncer une fois de plus les hypocrisies et les deux poids deux mesures ainsi que les manipulations des gouvernements comme des institutions internationales.

Voici une citation approximative de Pepe Escobar: «Appelez-la la guerre FOL [Friends of Libya], la guerre R2P (comme «responsabilité de protéger » le pillage occidental), la guerre d’Air France, la guerre de TOTAL. Dans tous les cas, les FOL se sont bien amusés en se vantant de leur victoire. Le Grand Libérateur des Arabes, le président néo-napoléonien Nicolas Sarkozy, jubilait: «Nous nous sommes alignés avec ce peuple arabe dans son aspiration à la liberté.» Les Bahreïnis, les Saoudiens, les Yéménites, sans parler des Tunisiens et des Egyptiens, ont toutes les raisons d’être déconcertés. Sarko a ajouté: «Des douzaines de milliers de vies ont été épargnées grâce à cette intervention.» Même les « rebelles » prétendent qu’il y a eu au moins 50’000 morts. Et l’OTAN poursuit ses sauvages et meurtriers bombardements. L’émir du Qatar a au moins admis que Mouammar Kadhafi, en fuite, n’aurait pas pu être renversé  sans l’OTAN. Mais il a ajouté que la Ligue arabe aurait pu faire plus – en réalité elle l’a fait, en apportant son vote frauduleux qui a ouvert la voie à la Résolution 1973 de l’ONU, rédigée par les Anglais, les Français et les Etats-uniens.» Sa position semble beaucoup plus critique, malgré le fait qu’au début Escobar paraissait centrer ses critiques sur Kadhafi et son gouvernement.

Je respecte et j’admire beaucoup Pepe Escobar, un des analystes les plus brillants au monde. Je comprends parfaitement ses critiques à l’OTAN et sa vigilance à l’égard des rebelles. Néanmoins je ne peux pas manquer d’exprimer ma perplexité devant son changement d’opinion. Par exemple, le 24 février 2011 il écrivait: «Ce que fera Kadhafi est d’aller à Benghazi pour chercher à se venger. C’est donc le moment que les manifestants y saisissent des armes lourdes et préparent une stratégie pour une résistance organisée. Il est possible qu’ils doivent résister durant un certain temps, la seule solution possible pour éviter un bain de sang est que les Nations Unies affrontent la situation et déclarent  une zone d’exclusion aérienne, qui pourrait faire échouer la décision du régime d’envoyer des mercenaires et même d’avorter une possible offensive contre Benghazi.» (http://www.rebelion.org/noticia.php?id=123022). A vrai dire cela rappelle assez les positions d’Achcar. Je n’arrive pas à comprendre ce qui est arrivé d’inattendu ensuite pour qu’il modifie si radicalement son opinion sur Kadhafi et sur la légitimité de la révolte libyenne.

Guillermo Almeyra [d’origine argentine, Almeyra enseigne au Mexique et publie ses aricles dans le quotidien mexicain La Jornada], pour sa part, s’est montré très critique à l’égard des «égarés de toujours d’une gauche ma non troppo, habitués à adorer les gouvernements qu’ils baptisent de progressistes (…). La principale force de ce colonialisme européen-états-unien est l’hétérogénéité du Conseil national de transition et la dépolitisation et le manque de direction, ainsi que des projets révolutionnaires démocratiques dans son secteur le plus avancé, de même que l’absence totale d’institutions étatiques médiatrices due à la concentration du pouvoir entre les mains de Kadhafi et de ses fils et présumés héritiers. C’est ainsi que la chute du gouvernant – vu l’impossibilité actuelle pour les colonialistes d’envoyer des troupes et de mettre leurs propres gouverneurs – entraînera une guerre de bandes entre les agents des différentes puissances, les différents groupes présents dans le CNT et les tribus (qui contrôlent différentes unités militaires). Les vengeances vont s’entrecroiser  et  il sera très difficile de former un gouvernement qui convoque des élections parlementaires étant donné l’absence de partis et de vie démocratique. En outre, en ce qui concerne l’OTAN, le CNT est une chose, mais la volonté de ses partisans dans l’opposition à Kadhafi en est une autre, très différente.» Cette position vous semble-t-elle raisonnable? Les prévisions de Almeyra pourraient-elles se réaliser?

J’ai déjà évoqué cette possibilité plus haut. Je suis bien sûr d’accord avec Almeyra pour ce qui a trait à l’OTAN. Quant à la position du sommet du CNT, elle est tout autre chose que celle de ceux qui ont participé à la libération de la Libye, qu’ils soient ou non islamistes. Alberto Padilla soutient une position analogue en ce qui concerne la possibilité d’un chaos dans un article que je peux vous recommander: (http://www.rebelion.org/noticia.php?id=135465). Pour ma part, je suis un peu plus optimiste. Le pétrole, source de discorde, peut également avoir un effet «civilisateur». Contrairement à ce qui se passe en Tunisie ou en Egypte, où il y avait un appareil d’Etat et des organisations civiles, la Libye est une gélatine au-dessus de laquelle flottait, comme l’esprit de Dieu dans la Genèse, la volonté schmittienne [Carl Schmitt] de Kadhafi. En Libye il faut commencer à zéro. Dans un article intéressant, dans lequel il est vrai qu’on relativise depuis le terrain le rôle des tribus dans le pays, Mohammed Bamyeh conclut sur cette note encourageante:  «On passe donc d’une situation dans laquelle les institutions de l’Etat étaient développées de manière minime au surgissement du modèle de révolution plus développée du point de vue institutionnel du monde arabe. L’apparente exception libyenne ne tient pas seulement à la violence et au sang versé. L’exemple de ce grand peuple qui s’organise, qui se met debout au sein de la résistance spontanée et sans crainte de la violence étatique, dément les regrets occidentaux concernant la supposée «absence d’Etat civil» en Libye. Aussi bien des diplomates occidentaux que des commentateurs ont eu de la peine à déterminer le caractère exact de ce mouvement, et ont négligé son élément le plus important et éclairant, à savoir qu’il représente non pas tellement une idéologie concrète que la renaissance de traditions civiles dans la Libye moderne, traditions qui ont été longtemps réprimées. C’est donc en partant des circonstances les plus désespérées que la révolte libyenne a effectué le saut en avant le plus important de toutes les révoltes arabes en date.» (http://www.jadaliyya.com/pages/index/1001/is-the-2011-libyan-revolution-an-exception)

Atilio A. Boron [économiste de gauche argentin] a pour sa part écrit début septembre dans «Libia: socios del horror»: «Il y a quelques jours, le correspondant du journal londonien The Independent en poste à Tripoli a fait connaître une série de documents qu’il a lui-même trouvés dans un bureau gouvernemental abandonné en toute hâte par ses occupants. Ce matériel jette une lumière aveuglante pour ceux qui croient que pour s’opposer et condamner l’attaque aérienne criminelle de l’OTAN sur la Libye il est nécessaire d’exalter le personnage de Kadhafi et cacher ses crimes au point de le transformer en un socialiste exemplaire et ardent ennemi de l’impérialisme. Le bureau en question était celui de Moussa Koussa, ex-ministre des Affaires étrangères de Kadhafi, l’homme en qui ce dernier avait une grande confiance, et précédemment chef de l’appareil de sécurité du leader libyen. Rappelons que dès que la révolte a éclaté à Benghazi, Koussa a fait défection et s’est rendu par surprise à Londres. Malgré les nombreuses plaintes contre lui à cause des tortures et la disparition de milliers de victimes, cet homme n’a pas été ennuyé par les autorités britanniques, toujours si alertes, et il est disparu peu après. On suspecte maintenant qu’il vit sous la protection de certaines des féroces autocraties du golfe Persique. La documentation découverte par le correspondant de Independent contribue à comprendre pourquoi.» Ce commentaire vous paraît-il juste?

Oui, très juste. Et j’aimerais remercier depuis ici Atilio Boron, que j’admire pour le courage de sa position. C’est une des voix les plus accréditées d’Amérique latine et c’est un grand soulagement pour moi de partager des lignes d’analyse qui ont été si mal comprises, voire durement rejetées, dans certains secteurs de la gauche bolivarienne [se référant à Chavez] et latino-américaine.

Pouvez-vous me donner votre avis concernant la déclaration récente du secrétariat de politique internationale du PCE [Partido comunista de Espana] dont le titre est: «Libye: une guerre coloniale pour la domination économique et militaire».

Ce communiqué est extrêmement maladroit et s’ajuste parfaitement au cadre d’analyse que j’ai justement essayé de dénoncer comme incorrect, eurocentrique et mécanique. Je me borne à citer un passage d’un article que j’ai publié dans le Gara [journal de la région basque]: «L’autre erreur dans laquelle sont tombés certains secteurs de la gauche tient justement à son caractère schématique, ou plutôt à son monisme [réduction à un élément]. Les peuples et les gauches arabes qui jouent leurs vies sur le terrain ont tout de suite compris l’impossibilité d’échapper à l’inconfort analytique s’ils voulaient renverser leurs dictateurs. Ils savaient qu’il fallait affirmer beaucoup de faits en même temps, certains contradictoires entre eux. Dans le cas de la Libye ces cinq ou six faits sont les suivants: Kadhafi était un dictateur; la révolte libyenne est populaire, légitime et spontanée; la révolte est ensuite infiltrée par des opportunistes, des libéraux pro-occidentaux et islamistes; l’intervention de l’OTAN n’a jamais eu de vocation humanitaire; l’intervention de l’OTAN a sauvé des vies; l’intervention de l’OTAN a entraîné des morts de civils; l’intervention de l’OTAN menace de transformer la Libye en un protectorat occidental.

Que faire de tout cela? Nous pouvons laisser de côté la realpolitik, faire appel au réalisme et essayer d’analyser le nouveau rapport de forces dans le contexte d’un monde arabe en plein processus de transformation. Ou alors nous pouvons affirmer Un Seul Fait – monisme – et soumettre tous les autres faits à ses coups nationalistes. Ainsi nous n’affirmons que l’intervention de l’OTAN, avec ses crimes et ses menaces, et ensuite, sur une pente logique qui nous éloigne de plus en plus de la réalité, nous en arrivons à nier le caractère dictatorial de Kadhafi et à souligner encore davantage son potentiel émancipateur et anti-impérialiste; à nier la légitimité et la spontanéité de la révolte libyenne et à insister encore davantage sur sa dépendance mercenaire d’une conspiration occidentale. Ce qui cloche avec cet exercice de monisme c’est qu’il exclut précisément les faits qui sont les plus importants pour les peuples arabes et pour les gauches arabes et qui devraient être les plus importants pour les anti-impérialistes du monde entier: l’injustice d’un tyran et la revendication de justice du peuple libyen.»

Ce monisme induit des illusions d’optique très incorrectes et pousse à présenter les choses autrement que ce qu’elles sont. Ces deux approches conduisent finalement à la manipulation des données. Une de celles-ci, mineure – mais qui a attiré mon attention depuis le début –, est la présumée filiation monarchique des rebelles (ensuite ils se seraient tous tournés vers Al-Qaida). Pour délégitimer la révolte populaire, les monistes ont de manière répétée fait référence à l’utilisation de la part des rebelles du «drapeau monarchique». C’est une absurdité. On pouvait opposer aux régimes de Moubarak et de Ben Ali un drapeau national parce que ce dernier n’était pas lié à ces dictateurs. Le drapeau de la «jamahiriya» [le «pouvoir du peuple»] était celui de la dictature. Les rebelles ont arboré contre lui celui de l’indépendance coloniale, autrement dit le drapeau national. «La question du drapeau hissé dans les zones libérées, celui de l’indépendance, n’est pas un signe de retour au passé», explique le journaliste communiste libyen Farid Adley. Il ajoute: «Ce drapeau n’est pas la propriété de l’ex-roi Idriss ou de la confrérie sanoussi. Personnellement, j’aurais utilisé le drapeau rouge, mais ni moi ni ceux de ma génération n’y sommes pour grand-chose dans cette révolution. Le courant monarchique dans l’opposition est absolument minoritaire, et hisser le drapeau tricolore avec l’étoile et la demi-lune en blanc n’est pas un signe d’attachement au passé mais de clair refus du régime.» Cette question, qui a été clarifiée il y a six mois déjà, n’a pas empêché les monistes de continuer à manipuler la réalité, non seulement dans ce cas, mais aussi sur des questions plus sérieuses.

L’éditrice britannique du site Axis of Logic, Lizzie Phelan, est, je crois, un des rares journalistes indépendants à avoir soutenu avec succès la tempête des bombardements des Etats-Unis/OTAN sur Tripoli et l’invasion de la ville par des mercenaires. Elle a fait des reportages depuis l’intérieur de l’Hôtel Rixos et ensuite elle a déménagé à l’Hôtel Corinthe proche, toujours au milieu des furieuses batailles entre forces gouvernementales et les mercenaires de l’OTAN. Elle a fui la Libye dans un bateau de pêche qui l’a amenée avec d’autres à Malte au début de cette semaine. Dans son premier reportage depuis son départ de la Libye, voici ce qu’elle écrivait: «Ce bain de sang ne correspond pas à la narration d’une «Libye libre» dans laquelle les civils sont «protégés» . Mais, dans une atmosphère si raréfiée par la volonté de contrôler le pays à tout prix, il est presque impossible que ceux qui se trouvent sur le terrain puissent faire preuve d’honnêteté par rapport aux images qui défilent devant leurs yeux, du moins tant qu’ils seront sur le territoire contrôlé par les rebelles. Un jeune rebelle armé qui arborait le drapeau français sur son uniforme de campagne m’avait demandé d’où je venais. «De Londres», lui ai-je répondu. «Ah, Cameron. Nous aimons Cameron», m’a-t-il dit avec un large sourire. Je me suis efforcée d’esquisser un sourire moi aussi. La moindre critique envers mon propre premier ministre pouvait être perçue comme un signe de désaffection envers les nouveaux gouvernants de la Libye.» Quelle est votre impression sur la situation décrite par Phelan?

Tout d’abord j’aimerais vous corriger lorsque vous parlez de combats «entre forces du gouvernement et mercenaires de l’OTAN». J’ai cru avoir été clair sur le fait qu’il s’agit d’une révolte spontanée et légitime, et que s’il faut parler de mercenaires au-delà de ceux enrôlés dans l’armée de Kadhafi, nous devrions alors inverser les termes et parler des «avions mercenaires» de l’OTAN au service des rebelles. Je le dis comme provocation, même si c’est conforme à la réalité: cette expression est un peu plus correcte que celle que vous utilisez.

Merci pour cette correction.

En ce qui concerne la phrase du jeune rebelle, il faut la déplorer. Je suis sûr que si des Cubains les avaient aidés – si cela avait été possible, ce qui n’a pas été le cas – les jeunes rebelles seraient en train d’adorer Fidel! N’avons-nous pas toujours été compréhensifs à l’égard de ces Palestiniens qui, après la révolte de 1936, ont pensé un moment jouer la partie de Hitler contre les Anglais qui étaient leurs oppresseurs? Et avec les indépendantistes indiens qui, au cours de la deuxième guerre mondiale, ont vu les fascistes japonais comme des «libérateurs»? Pour ne pas parler de Lawrence d’Arabie, pion de l’impérialisme britannique, aimé par les Arabes qui luttaient contre l’Empire ottoman. Ou de nos propres républicains espagnols, durant la guerre civile, qui ont imploré l’intervention de l’Angleterre et de la France, puissances capitalistes qui étaient déjà responsables d’innombrables crimes coloniaux. En tout cas, comme je l’ai dit auparavant en ce qui concerne la phrase de ce jeune, qui paraît la phrase typique du natif de Medina qui veut faire plaisir au touriste, je ne tirerais pas de conclusions hâtives et générales.

Je conclus avec une question politico-culturelle: comment la gauche européenne devrait-elle appuyer l’avancement démocratique et socialiste en Libye?

Nous disposons de peu de moyens pour les soutenir par rapport à leurs besoins réels: le financement de locaux, de chaînes radiophoniques, etc. Comme nous ne pouvons leur envoyer que des paroles, faisons en sorte que celles-ci soient au moins raisonnables et que d’une certaine manière elles impliquent que nous avons auparavant écouté les leurs. Dans ce sens, il serait bon (en Tunisie et en Egypte cela a commencé à se faire) d’établir des cadres de dialogue entre les gauches méditerranéennes, pour aborder des problèmes qui, comme le montre la révolte du 15 mai en Espagne, sont communs aux deux rives (comme le sont aussi les problèmes concernant une certaine tradition d’organisation en partis qui est remise en question par les révolutions elles-mêmes).

En même temps, nous devrions examiner jusqu’où nous sommes arrivés et quel chemin il nous reste à parcourir avant de prétendre leur donner des leçons. Il y a quelques jours j’ai été en Argentine pour participer à une rencontre sur les révolutions arabes. J’aimerais conclure ici avec les mêmes paroles utilisées dans mon intervention à Buenos Aires: «La tâche est immense et incertaine, mais personne ne peut dédaigner ce qui a été gagné. Pour la première fois dans l’histoire, des peuples arabes – habitués à assister passivement à des changements de gouvernement décidés dans des conflits de palais et sans leur intervention  – se sont montrés capables de se soulever, de prendre conscience de leur pouvoir et de renverser leurs dictateurs, qui étaient en outre des complices des puissances néocoloniales. Laissons-leur du temps. Nous, les Européens, avons mis des centaines d’années pour arriver où nous sommes. Et ce n’est pas très loin. Et chaque fois, nous sommes plus éloignés des valeurs universelles que nous disons défendre. Accordons au monde arabe au moins deux décennies pour qu’il décide à sa manière le chemin vers la liberté et la démocratie.»  (Traduction A l’Encontre)

_______

Cet entretien a été conduit par Salvador Lopez Arnal et publié sur le site Rebelion. Santiago Alba Rico est essayiste et écrivain. Il vit depuis de nombreuses années en Tunisie. Il a traduit divers ouvrages de l’arabe. Parmi ses derniers ouvrages publiés, on peut retenir Capitalismo y nihilismo (Akal, 2009) et, avec J. D. Fierro, Tunez, la revolucion (Hiru, 2011).

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org