mardi
12
décembre 2017

A l'encontre

La Brèche

La révolution du 25 janvier

Publié par Alencontre le 8 - février - 2011

Ben Ali et Moubarak

Texte du MPS et déclaration de l’Union des forces de gauche égyptienne

1.

A l’occasion des soulèvements populaires en Tunisie et en Egypte, un fait politique a suscité peu de commentaires. En effet, ce n’est que trois jours après la chute du dictateur Ben Ali que la direction de l’Internationale socialiste (IS) – en la personne de son président, le premier ministre de Grèce Georges Papandréou et de son secrétaire général, le Chilien Luis Ayala – a pris la décision de rompre les liens entre le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD). C’est-à-dire le parti de Ben Ali, membre de cette dite «Internationale socialiste».

C’est avec quasi le même empressement que Luis Ayala envoya une missive au Parti national démocratique (PND) de Hosni Moubarak indiquant que ce parti «ne traduisait plus les valeurs que défend la social-démocratie» ! Il y était indiqué de plus que l’IS «espérait un message de la part de Moubarak au peuple d’Egypte qui indique un clair chemin vers le changement social et économique, ce qui ne s’est pas produit» (El Pais, 1er février 2011) !

Parmi les 159 partis qui intègrent l’IS se trouvent aussi bien le Parti travailliste d’Israël, acteur de la politique de colonisation et d’écrasement du peuple palestinien, que les partis à la tête des politiques de contre-réformes brutales en Grèce, au Portugal ou ailleurs.

Pour ce qui est du RCD et du PND, la politique de l’IS renvoie à un «différentialisme culturel». On peut le résumer de la sorte: les peuples du monde arabe ne disposeraient pas de la maturité nécessaire à la démocratie.

Voilà une orientation issue en droite ligne des idéologies colonialistes et d’un culturalisme voisinant le racisme. Pour actualiser leur soutien à de tels régimes dictatoriaux, l’IS – qui s’inscrit dans l’ordre politique impérialiste – adoptait et adopte le schéma: mieux vaut une dictature dite éclairée que l’islamisme.

Or, les soulèvements populaires en Tunisie et en Egypte ont brisé ce schéma. Et tout indique que ce sont ces pouvoirs autoritaires qui nourrissent les franges les plus «fondamentalistes» de l’islam politique.

Ce constat ne vaut pas seulement pour l’attitude de l’IS face au RCD ou au PND. Il révèle les options politiques structurant aujourd’hui les forces sociales-démocrates à l’échelle internationale.

2.

Sur la place Tahrir, au centre du Caire, le vendredi 4 février, une manifestante confiait à un journaliste de la BBC: «Bienvenue en terre de la liberté, nous faisons ici l’histoire.» Une telle formule traduit le premier accomplissement d’un mouvement qui prend conscience de sa force, sous une dictature. C’est très important.

Voilà la précondition pour qu’un tel soulèvement se donne des objectifs à hauteur des besoins qu’il traduit et des contre-attaques permanentes que le pouvoir, toujours en place, multiplie. La «rue» – pour reprendre un terme qui traduit en général le mépris des élites au pouvoir – ne demande pas seulement la liberté et le respect. Elle réclame du pain, un emploi, un logement pour tous, l’accès aux soins, à l’éducation, un revenu assuré et suffisant.

Certains veulent noyer les revendications sociales, car elles tendent à mettre en question non seulement le régime en place, mais le système social et économique sous-jacent. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les courants islamistes se montrent opposés à l’organisation indépendante des salarié·e·s en vue de défendre leurs besoins et leurs droits.

3.

Les discours officiels, et de certains opposants, sur «l’organisation de la transition» renvoient à la volonté de noyer la question sociale, c’est-à-dire l’affrontement entre des intérêts de classes antagoniques. La décision soudaine d’une augmentation de 15 % pour les fonctionnaires – qui sont au nombre de 10 millions en Egypte – participe de cette «politique de transition» visant à assurer la continuité. Les 40 millions vivant sous la ligne de pauvreté et les près de 40 % de jeunes chômeurs et chômeuses ont saisi que cette soudaine initiative avait comme principal objectif la division de la mobilisation anti-Moubarak.

Les négociations ouvertes par le vice-président Omar Souleimane (militaire chef de sécurité) avec divers partis d’opposition, en mettant en relief le «dialogue» avec les Frères musulmans, ont deux fonctions: fragmenter le mouvement et donner un relief exagéré aux Frères musulmans pour mieux justifier le projet de «transition dans la stabilité». Celles et ceux qui accordent crédit, sur le fond, à ces négociations, soit défendent des intérêts s’enracinant dans le système en place, soit ne manifestent aucune confiance dans la capacité propre des masses laborieuses à faire avancer leurs revendications.

Or, Moubarak avait tout: l’état d’urgence, le couvre-feu, le contrôle des médias, le blocage des lignes téléphoniques, la suspension du trafic ferroviaire (pour le 1er février), l’armée et la police. Cependant, il n’a pu empêcher une manifestation de plusieurs millions dans toute l’Egypte, le 1er février.

4.

«Au tournant décisif, quand un vieux régime devient intolérable pour les masses, celles-ci brisent les palissades qui les séparent de l’arène politique, renversent leurs représentants traditionnels, et, en intervenant ainsi, créent une condition de départ pour le nouveau régime.» Voilà ce que constatait, dans un écrit historique, Trotsky.

C’est en prenant en compte la montée de luttes ouvrières nombreuses mais fragmentées depuis 2006 et l’accélération de la mobilisation populaire, intégrant de nombreux secteurs sociaux, que des forces de gauche en Egypte tentent de tracer, dans un contexte difficile, des voies possibles pour un changement de régime et de système.

Ainsi s’est créé un comité constituant pour une Fédération indépendante des syndicats d’Egypte. Il revendique, entre autres, «le droit pour tous les travailleurs, les employés et les salariés de s’organiser dans des syndicats indépendants où ils décident eux-mêmes de leurs règles qui soient l’expression de leur volonté et la suppression de toutes les restrictions légales à l’exercice de ce droit… La libération de toutes les personnes détenues depuis le 25 janvier.» Ce comité constituant appelle tous les travailleurs égyptiens à organiser «la protestation et les grèves dans les lieux de travail», tout en mettant en garde contre le sabotage contre les infrastructures.

C’est dans le même esprit que l’Union des forces de gauche égyptienne a publié sa première déclaration. En Suisse, un premier acte de solidarité consiste à diffuser cette prise de position. (9 février 2011)

*****

Union des forces de gauche égyptienne
Déclaration n° 1, Le Caire, 7 février 2011

Le peuple réclame la chute du régime

Après avoir souffert pendant plus de trente années, au cours desquelles l’oppression, la répression, la tyrannie et l’appauvrissement furent pratiqués contre le peuple égyptien, une révolution contre le régime de Moubarak a éclaté.

Une révolution populaire complète a été lancée par l’héroïque jeunesse égyptienne le 25 janvier 2011. Dans cette révolution, tous les Egyptiens ont bâti une héroïque et sans précédente épopée dans l’histoire moderne.

Avec la résistance continue cette grande révolution et sa persistance sur sa principale revendication qui est la chute du tyran et du régime corrompu de Moubarak, les forces de la gauche égyptienne déclarent ici:

1. La gauche égyptienne se considère elle-même comme un élément des forces de la grande Révolution égyptienne et insiste sur la principale revendication de la Révolution qui est le départ de Moubarak de son poste de président, la chute du régime corrompu et tyrannique, dont la révolution a déjà réussi à faire tomber beaucoup de fondements et à lui faire perdre sa légitimité qui reposait sur la fraude, l’oppression et la tyrannie.

2. La dissolution du parlement truqué qui ne représente pas la volonté égyptienne, afin d’ouvrir la voie à de véritables élections libres dans le cadre d’une nouvelle Constitution, de nouvelles lois démocratiques, sous responsabilité et contrôle nationaux et internationaux.

3. La formation d’un gouvernement civil et non-partisan, gouvernement composé de personnalités patriotiques qui soient intègres, efficaces et soucieuses du peuple égyptien et de ses revendications afin de conduire les affaires du pays au cours de la période de transition.

4. La formation d’une Assemblée constituante composée de personnalités politiques et juridiques pour qu’elle élabore une nouvelle Constitution démocratique pour le pays.

5. Le jugement immédiat et public de quiconque ayant été impliqué dans l’assassinat et les pratiques terrorisant les Egyptiens avant, pendant et après le 25 janvier 2011. En haut de la liste se trouvent Habib Al-Adly, l’ancien ministre de l’Intérieur, et ses collaborateurs qui ont eu recours à la violence et à la brutalité contre les Egyptiens désarmés, auxquels s’ajoutent toutes les personnalités du régime révolu et contre les hommes d’affaires qui ont et ont eu des intérêts avec ce défunt régime.

6. L’abrogation immédiate de la loi d’urgence et du pseudo «comité des affaires politiques». Permettre, de plus, la liberté complète d’association pour tous les Egyptiens, y compris celle des partis politiques et des syndicats, de même que des associations civiles et des organisations de droits de l’homme, sur la base d’une simple notification aux services administratifs compétents.

7. Prendre des mesures immédiates pour alléger les souffrances du peuple. Cela implique la mise en place de salaires minimaux et maximaux ainsi que des indemnités chômage; accorder des subventions aux pauvres et fournir aussi les produits de base à des prix appropriés. De plus, un plan de réel développement doit être élaboré: il sera basé sur l’amélioration des secteurs agricoles et industriels, une juste distribution du produit du développement et un système d’imposition progressif.

8. Il est nécessaire que l’armée égyptienne retourne à ses activités normales, qui est de protéger le pays des ennemis extérieurs, afin de rester éloignée de toute implication dans les processus politiques domestiques et le laisser totalement à la société civile politique égyptienne.

Vive la révolution du 25 janvier !
Vive la lutte du peuple égyptien révolutionnaire !


*****

Moubarak bat Ben Ali

Comme il fallait s’y attendre, la chute probable de Hosni Moubarak semble accélérer les prises de position des autorités concernant les avoirs de Moubarak en Suisse. Il avait fallu attendre cinq jours après le départ de Ben Ali pour une réaction. Le Bureau de communication en matière de blanchiment d’argent (Money Laundering Reporting Office-Switzerland, MROS) auprès de l’Office fédéral de la police (fedpol) devrait donner des indications complètes sur les avoirs du pouvoir égyptien. La somme déposée officiellement s’élève à 2,4 milliards. Soit beaucoup plus que les 600 millions «découverts» pour Ben Ali. Quelle est la somme réelle effective ? Quelle enquête est engagée. Quelles mesures de gel des avoirs sont prises ?

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org