lundi
20
août 2017

A l'encontre

La Brèche

Grève du 6 avril 2088 dans la ville industrielle de Mahla El Kobra

Nous publions ci-dessous la déclaration du Comité constituant pour la création d’une Fédération indépendante des syndicats d’Egypte. Une initiative qui s’inscrit dans le processus actuel de révolution démocratique et peut lui donner une épaisseur socio-politique accrue. (Rédaction).

*****

Les ouvriers et employés égyptiens ont mené de longs combats et ont participé, particulièrement ces quatre dernières années, à des mouvements de protestation récurrents – d’une manière sans précédent dans l’histoire égyptienne moderne – pour défendre leurs droits légitimes. En dépit de l’absence d’un syndicat indépendant organisé – ce dont ils ont été privés pendant de longues décennies – ils ont été capables d’attirer de leur côté des secteurs sociaux les plus larges et de gagner une grande sympathie dans la société égyptienne et les mouvements ouvriers et les syndicats.

Les travailleurs se sont battus pour le droit au travail contre le démon du chômage – qui hante la jeunesse égyptienne – et ils ont réclamé un salaire minimum juste qui garantisse un niveau de vie convenable pour tous les salarié·e·s. Ils ont mené de grandes batailles pour leur droit démocratique à la libre association dans des syndicats indépendants.

Cette lutte menée par les travailleurs a ouvert la voie en Egypte à l’actuelle révolution du peuple… Par conséquent, les ouvriers et employés égyptiens refusent que la «gouvernementale» Fédération générale des syndicats les représente et parle en leur nom. Cette fédération, qui les privait de leurs droits et refusait leurs revendications, a publié récemment une infâme déclaration, le 27 janvier, annonçant qu’elle fera tout son possible pour contenir tout mouvement de protestation des travailleurs au cours de ces journées.

C’est pourquoi, des syndicats et organisations indépendantes – le syndicat des employés des impôts fonciers, le syndicat des techniciens de la santé, celui des employés, l’association indépendante des enseignants, ainsi que plusieurs groupes indépendants d’ouvriers de l’industrie, représentants de différentes entreprises, constatant qu’il était impossible de rester les bras croisés — ont déclaré la fondation d’une Fédération des Syndicats indépendants d’Égypte et la création d’un Comité Constituant en date d’aujourd’hui, le 30 janvier 2011, qui a pris les décisions suivantes:

Afin que soient obtenues les exigences de la Révolution du peuple et de la jeunesse égyptiens proclamée le 25 janvier 2011, nous soulignons ce qui suit:

1. Le droit au travail pour le peuple égyptien – qui est droit fondamental que l’État doit garantir et qui faute d’être respecté, doit ouvrir sur le droit à des prestations pour tous les chômeurs.

2. Un salaire minimum de 1200 livres égyptiennes [150 euros], avec des hausses de salaires indexées annuellement sur la hausse des prix, tout en accordant le droit pour tous les travailleurs à des primes et des indemnités appropriées à la nature des emplois et en particulier le droit à des compensations adéquates pour les dommages qui peuvent survenir en raison de l’environnement du travail et des risques.

Le salaire maximum ne doit pas dépasser dix fois le salaire minimum.

3. Tous les Egyptiens ont le droit à une protection sociale juste, y compris les droits à la santé, au logement et à l’éducation, «la garantie d’une éducation gratuite avec des programmes développés en fonction de l’évolution scientifique et technologique» et le droit des retraités à une pension décente avec la prise en compte de tous les bonus et primes.

4. Le droit pour tous les travailleurs, les employés et les salarié·e·s de s’organiser dans des syndicats indépendants où ils décident eux-mêmes de leurs règles et qui soient l’expression de leur volonté et la suppression de toutes les restrictions légales à l’exercice de ce droit.

5. La libération de toutes les personnes détenues depuis le 25 janvier.

Le Comité Constituant de la Fédération des Syndicats Indépendants Egypte appelle tous les travailleurs égyptiens à former des comités populaires dans les installations de proximité et les sites pour défendre les infrastructures, les travailleurs et les citoyens dans cette situation critique. Ces comités organiseront aussi la protestation et les grèves dans les lieux de travail.

Le Comité Constituant fait appel à tous les travailleurs en Egypte à participer à ces mouvements afin d’obtenir la satisfaction des exigences du peuple égyptien, à l’exception des installations vitales d’importance stratégique en raison de la situation actuelle.

La Fédération des Syndicats Indépendants d’Égypte
Le Comité Constituant

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire





FIFA : comprendre le "système Blatter" en 5... par lemondefr

C’est une bombe que vient de lancer Der Spiegel. Dans un article intitulé «Le complot», l’hebdomadaire allemand dévoile un document qui relance le feuilleton «borgiesque» à la Fédération internationale de football (FIFA).

Ledit document est une proposition de contrat envoyée le 19 décembre 2014 par le cabinet d’avocats californien Quinn Emanuel (QE) au directeur juridique de la FIFA, Marco Villiger. Dans ce document, QE s’engage à défendre les intérêts de la Fédération contre le département d’Etat de la justice américaine.

Le contrat est signé le 5 janvier 2015 par le secrétaire général de l’organisation, Jérôme Valcke, et par son adjoint et directeur financier Markus Kattner, puis tamponné par M. Villiger.

La chronologie apparaît troublante dans la mesure où l’administration de la FIFA semble avoir été au courant de la menace exercée par les autorités américaines «142 jours» avant le fameux coup de filet du 27 mai 2015, à Zurich (Suisse). Ce jour-là, plusieurs dignitaires de l’instance planétaire avaient été interpellés pour corruption, fraude et blanchiment d’argent. Cette vague d’arrestations avait eu lieu deux jours avant la réélection du SuisseSepp Blatter, le 29 mai 2015, pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA.

«Un complot interne»

La tornade judiciaire avait finalement conduit le Valaisan à remettre son mandat à disposition, le 2 juin 2015. Sepp Blatter, dont la signature manque sur le contrat scellé avec QE, assure qu’il «n’était pas du tout au courant» de cet accord. Celui qui a été suspendu six ans pour un paiement de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros) fait en 2011 à l’ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini – lui-même radié quatre ans – se dit victime d’un «complot interne». (Le Monde, 12 août 2017, à 12h44, à suivre sur le site de ce quotidien)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org