mercredi
22
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

20130618-201147.jpgDéjà en fin 2009, l’usine Michelin d’Alger avait fermé ses portes durant dix jours. L’explication donnée était, sans chiffres exacts, «la baisse des exportations». Depuis lors, un vaste plan de restructuration est à l’œuvre en France et à l’échelle internationale. Le déclin de la production de Renault et PSA en France, en sept ans (depuis 2007), est de plus de 50%. Entre 2007 et 2012, les effectifs des usines françaises d’équipement ont passé de 114’000 à moins de 80’000. Et la chute n’est pas terminée. Dans ce contexte, Michelin a engagé des négociations avec la CFDT et veut boucler un dit plan social impliquant une réduction de 730 postes de travail (ce qui implique un nombre plus grand de salarié·e·s) sur le site de Joué-lès-Tours (Département de l’Indre-et-Loire). C’est le site de production des pneux poids lourds de la firme de Clairmont-Ferrand qui fermera ses portes au premier semestre 2015, au plus tard.
Le but: concentrer ce type de production dans l’usine de La Roche-sur-Yon (en Vendée). Hausse de la productivité, réduction des coûts unitaires salariaux, flexibilité de l’emploi (précarisation et sous-traitance) accompagnent le plan Michelin. Avec 150 emplois de plus sur le site La Roche-sur-Yon (emplois «promis»), les nouveaux investissements devraient permettre de «doubler la production d’ici à 2019». Ces seuls chiffres indiquent la hausse du taux d’exploitation des salariés de ce nouveau «pôle industriel».
Simultanément, Michelin crée une co-entreprise en Indonésie, avec le groupe local Petrokimia Butadiene Indonesia (PBI) pour y produire du caoutchouc synthétique. Le montant de l’investissement est à hauteur de 430 millions de dollars et le début d’activité est prévu pour 2017.
Création d’un site en Indonésie et fermeture d’une usine «historique» en Algérie. Les lectrices et lecteurs trouveront dans l’article ci-dessous le «journal d’un employé de Michelin Algérie vendu comme un pneu». (Rédaction A l’Encontre)

*****

Lundi 10 juin, le premier groupe privé algérien, Cevital, annonçait tambour battant la reprise de Michelin Algérie. Chez les employés du leader mondial français de pneumatique, la surprise est brutale. L’un d’eux a raconté à Maghreb Emergent cette semaine particulière.
Je suis un des 600 salariés de Michelin Algérie qui vient de perdre son emploi. Ou plutôt un des individus impliqués dans «l’accord de partenariat entre Michelin et Cevital prévoyant l’entrée de Cevital dans le capital de la société Michelin Algérie à hauteur de 67%», comme nous l’a expliqué lundi notre directeur général Igor Zyemit. L’annonce, rapide et courte, a surpris tout le monde. Malgré les signes de ralentissement depuis deux ans, personne ne s’attendait à une telle issue: la fermeture de l’usine de Bachdjerrah, à Alger, et le départ de l’entreprise après 50 ans d’existence en Algérie.

Mardi 11 juin: mascarades

Réveil difficile. Incapable de trouver le sommeil, j’ai passé une partie de la nuit à lire les articles parus sur Internet à notre sujet. La plupart des médias reprennent surtout les propos du PDG de Cevital, Issad Rebrab, tenus la veille au cours d’une conférence de presse animée à Alger avec notre DG. Il déclare que nous serons tous repris par Cevital mais ce n’est pas vrai. Un plan de départ volontaire a été mis en place et seule une petite partie des employés va être gardée. Très soucieux de son image, Michelin essaye de cacher la réalité d’un licenciement. D’autant que le jour de la nouvelle du rachat par Cevital, on apprenait que 700 de nos collègues français allaient être licenciés suite à la fermeture du site de Joué-lès-Tours. Pour cela, on joue sur les mots. Il ne faut pas parler de «fermeture» mais de «partenariat», surtout ne pas dire «licenciement» mais «plan d’accompagnement personnel», indique une note remise aux cadres de l’entreprise.

Mercredi 12 juin: mobilisation

Les conditions proposées par notre direction sont loin de nous satisfaire. Sauf que nous n’avons pas de syndicat pour défendre nos intérêts. Nous nous sommes donc mobilisés pour faire entendre notre voix malgré l’absence de représentants élus. Nous avons organisé une réunion entre collègues au cours de laquelle nous avons établi les revendications à adresser à notre hiérarchie.

Jeudi 13 juin: l’entretien

Depuis mardi, ont débuté des entretiens individuels. Aujourd’hui c’est mon tour. Je suis reçu par mon directeur accompagné par mon chef de service. Ils commencent par me demander ce que je ressens face à la situation. C’est là que les employés vident leur sac en général. Ensuite, nos supérieurs nous exposent les trois propositions possibles: travailler sur un site de Cevital à plus de 50 kilomètres ou quitter avec les indemnités. Tout se passe verbalement. On ne nous remet aucun document, ni papier à signer. Pour la suite, rien ne nous a été annoncé mis à part une période de chômage technique à compter du 4 juillet.

Vendredi 14 et samedi 15 juin: insomnies

Tous mes collègues n’ont pas dormi du week-end. Le moral est au plus bas et aucune prise en charge psychologique n’a été prévue. On se confie entre collègues à défaut de pouvoir compter sur le soutien de nos chefs. La direction se contente de nous parler de bureaux d’orientation où le personnel des ressources humaines de Cevital tentera de nous garantir un avenir professionnel. Mais en attendant, nous n’avons toujours pas vu l’ombre d’un gars de Cevital.

Dimanche 16 juin: pneu-humain

L’ambiance n’est pas au travail. A l’usine, tout le monde discute des primes de départ attroupé autour des machines. Chacun y va de son avis. Les plus anciens dénoncent une équivalence d’indemnité avec leurs camarades de dix ans d’ancienneté, quand eux en comptent vingt-cinq. On prend aussi des nouvelles de nos collègues de l’usine de Blida. C’est la même situation, personne n’a le cœur à l’ouvrage. Dans les bureaux du service chargé de la partie administrative, les conversations tournent autour des propositions reçues par la direction. Ceux qui ont été «retenus» pour continuer chez Cevital réclament une prime immédiate, et non au bout de deux ans comme annoncé. Ceux qui n’ont pas été choisis préféraient renoncer à leurs indemnités et ne pas se retrouver au chômage. Autre sujet de discussion: l’information rapportée par le journal Reporters.dz selon laquelle l’Etat pourrait s’opposer à la transaction entre Cevital et Michelin en faisant valoir son droit de préemption. Mais on n’y croit pas trop car nos chefs disent ne pas être au courant de la question et le service juridique n’a pas été saisi. C’est vrai que nous, on aurait aimé que Michelin reste en Algérie, même si l’usine était obligée de fermer. Là, on nous a vraiment vendus comme des pneus.
____
Article publié dans Maghreb Emergent le 18 juin 2013.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org