lundi
25
septembre 2017

A l'encontre

La Brèche

 Zoé Kostantopoulou, présidente du parlement grec

Zoé Kostantopoulou, présidente du parlement grec

Entretien avec Zoé Kostantopoulou

Dans un entretien donné le soir du lundi 1er juin 2015 à une chaîne de télévision grecque, Alexis Tsipras a indiqué qu’un projet de «plan de réformes» venait d’être communiqué aux dites institutions, soit la troïka. Il n’en a pas donné les détails. Il a souligné que ce programme avait pour fonction que «la Grèce puisse sortir de la crise». «La décision appartient à la direction politique de l’Union européenne de vouloir adopter une position réaliste et sortir de la crise sans division de l’Europe. J’espère que la direction politique de l’UE va adopter une position réaliste afin que nous sortions ensemble de la crise.» Pour information, nous publions ci-dessus un entretien avec Zoé Kostantopoulou, présidente du parlement grec (la Vouli). Cet entretien a été réalisé par le quotidien financier français en ligne La Tribune et publié ce 2 juin 2015. (Réd. A l’Encontre)

*****

Croyez-vous aujourd’hui qu’un accord avec les créanciers sur la base des conditions du gouvernement grec est possible?

Zoé Kostantopoulou. C’est une question de démocratie. Le gouvernement grec a été récemment élu sur un mandat clair: protéger la société contre la crise humanitaire provoquée par les politiques d’austérité imposées par les mémorandums; renforcer l’Etat de droit et l’Etat social; restaurer les procédures démocratiques qui ont été violées à de nombreuses reprises pour imposer ces mesures et, enfin, créer des bases pour permettre ce qui est un des buts principaux de l’Union européenne: la prospérité de ses peuples et de ses sociétés.

Parallèlement, les négociations se déroulent alors même que ce gouvernement a commencé à mettre en place son programme. Il va de soi que tous les partenaires européens et toutes les institutions qui prennent part à ces négociations doivent respecter ce processus. Accepter que ces buts ne soient pas possibles, c’est accepter qu’il n’y ait plus de démocratie.

Comment réagit la société grecque à cette négociation longue et pénible?

Le gouvernement peut compter sur un appui très fort sur le rétablissement de la protection des couches sociales les plus fragiles, de plus de justice sociale, de la paix sociale au sein du pays et de l’Europe et aussi sur la mise en place de la justice fiscale. Il existe une demande justifiée que les droits fondamentaux du peuple et des citoyens soient respectés et que cela se fasse au sein des organisations internationales, régionales et des unions auxquelles la Grèce participe depuis des années ou des décennies.

Et si cela n’est pas possible?

Ce serait un échec total des buts de l’Union européenne tels que décrits par les traités. Selon l’article 3 du traité de l’Union européenne, l’Europe a pour objectif principal la «prospérité de ses peuples et ses sociétés» et l’euro est un moyen d’atteindre ce but. Utiliser l’euro comme une menace pour les peuples est une violation grave des obligations européennes telles que décrites dans les traités.

Pensez-vous qu’il sera nécessaire d’organiser de nouvelles élections pour valider l’accord ou l’absence d’accord?

Ce n’est pas, pour moi, une hypothèse crédible. A mon avis, le mandat du gouvernement est clair et suffisamment récent.

Comment jugez-vous la stratégie du gouvernement grec? Certains, au sein même de Syriza, estiment qu’il y a eu trop de concessions aux créanciers…

Il n’y a pas encore d’accord final. Ce qui veut dire qu’on ne peut pas parler de concessions. Il y aura une procédure de validation démocratique de l’accord au sein des partis de la coalition gouvernementale comme au parlement. Je suis convaincue que ce processus démocratique protégera le peuple grec et les peuples européens en ce qui concerne leurs droits humains et en particulier leurs droits sociaux et politiques.

Il convient de se souvenir que, selon les traités européens, mais aussi selon la constitution grecque, ces droits ne sont pas négociables. Ceux qui essaient de mettre sur la table de négociation les droits et les libertés fondamentales sont ceux qui ne respectent pas les principes fondateurs de l’Union européenne et les piliers sur lesquels elle fonctionne.

On a dit que vous ne souhaitiez pas transmettre les réserves du parlement à la Banque centrale. Pensez-vous que cette décision du gouvernement était justifiée?

Il y a eu une loi sur ce sujet et le parlement n’est pas concerné. Le parlement jouit d’une autonomie par rapport au gouvernement, et d’une indépendance liée au fait qu’il représente une de trois fonctions séparées de la démocratie. Ce qu’il faut signaler, c’est que, depuis août dernier, la Grèce a payé 17,5 milliards d’euros à ses créanciers dont environ 7 milliards d’euros sous le nouveau gouvernement. Durant cette période, pas un euro n’a été versé à la Grèce. Il est clair que cette situation crée des conditions d’asphyxie et de chantage économique. Et il est clair que ce gouvernement et ce parlement ont le devoir de protéger les droits fondamentaux du peuple et le droit de ce dernier à la survie avant toute autre obligation.

Je rappelle aussi qu’il n’est pas du tout certain que la dette publique doive être remboursée. Nous avons des indices très forts qu’une grande partie de cette dette est illégitime, illégale et même odieuse et elle s’avère insoutenable dans le cadre des conditions créées.

Ce sera le rôle du comité pour la vérité sur la dette. Comment concevez-vous son rôle? Le gouvernement devra-t-il prendre acte de ses décisions?

Le comité travaille pour servir les droits du peuple de connaître la vérité sur la dette, sur les conditions de sa création et sur l’inflation de celle-ci. Et bien sûr, le peuple a le droit de revendiquer une solution viable à ce problème. Le 18 juin, le comité annoncera ses conclusions préliminaires, mais il travaillera encore pendant presque un an pour achever cette tâche immense. Il est clair que personne ne peut justifier que les générations futures paient pour la corruption des gouvernements précédents. Chaque enfant qui naît aujourd’hui en Grèce doit déjà 32’500 euros, alors même que depuis cinq ans, on a fermé des écoles, des universités, des hôpitaux et des tribunaux et que le chômage atteint 27% de la population (60% chez les jeunes et 72% chez les jeunes femmes). Il faut créer des conditions viables pour les générations futures et pour les jeunes générations. Insister pour qu’ils paient une dette qui n’est pas la leur, c’est leur refuser tout futur.

Vous étiez à Paris dans le cadre du «Forum des alternatives-alliance contre l’austérité». Selon vous, Syriza représente une alternative pour l’Europe ?

L’arrivée au pouvoir de Syriza prouve que l’impossible devient possible, quand les peuples décident de prendre leur avenir dans leurs mains. Le résultat des élections de janvier dernier prouve qu’il n’y a pas de sens unique en Europe et ceux qui insistent à imposer cette logique du sens unique s’éloignent de leurs sociétés.

Précisément, comment jugez-vous l’attitude, durant ces quatre mois, des gouvernements de la zone euro dans les négociations?

Chaque gouvernement fait face à une responsabilité fondamentale: agir en protégeant les valeurs européennes et non pas des intérêts particuliers financiers, économiques ou politiques. Traiter la Grèce comme un élève que l’on doit punir est une attitude qui va à l’encontre du respect entre les peuples et les Etats et qui va à l’encontre de la cohésion européenne. Punir le peuple pour les erreurs des gouvernements précédents et des créanciers est une attitude inhumaine et punir le nouveau gouvernement grec pour les mêmes raisons est une attitude anti-démocratique.

________

Zoé Kostantopoulou est née en 1976. Elle est la fille de Nikos Kostantopoulou, leader du Synaspismos jusqu’en 2004, un des partis constitutifs de Syriza, et brièvement ministre de l’intérieur en 1989.

Parfaitement francophone, elle est diplômée de droit à Paris et à New York et a travaillé au tribunal international sur l’ex-Yougoslavie de La Haye. Avocate à Athènes, elle s’est spécialisée dans la lutte contre la corruption et pour les droits de l’homme. Elle rejoint Syriza et est élue députée en mai 2012, en juin 2012 et en janvier 2015.

Le 6 février 2015, elle est élue plus jeune présidente de la Vouli de l’histoire grecque par 235 voix sur 298 présents. Elle a regroupé sur son nom les élus de la majorité (162 sièges), mais aussi de nombreux élus de l’opposition. C’est la seconde femme à occuper ce poste, le deuxième de l’Etat grec dans l’ordre protocolaire.

En mai, elle a demandé la constitution d’une commission sur la vérité de la dette publique, qui doit rendre ses premières conclusions le 18 juin. (La Tribune)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org