dimanche
18
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Portugal: le gouvernement de Passos Coelho contraint de reculer

Publié par Alencontre le 23 - septembre - 2012

Par la rédaction de Viento Sur

Le 7 septembre 2012, le gouvernement portugais a adopté une des attaques au plan social les plus brutales à avoir eu lieu jusqu’à présent dans les pays «sauvés»: élever jusqu’à le 7% l’ensemble des cotisations sociales de tous les travailleurs et travailleuses et réduire de 5,75% celles des entreprises. Cette mesure équivalait à un transfert direct de 2000 millions d’euros nets (2 milliards) pour les employeurs. Un hold-up de classe. «Jamais le Portugal n’avait été attaqué si durement», a déclaré Francisco Louça (ex-porte-parole du Bloco d’Esquerda).

Le samedi 22, a midi, après une réunion marathonienne du Conseil d’Etat présidée par le président et entourée (une idée qui s’étend…) par des manifestants en colère, le premier ministre Passos Coelho a été forcé de battre en retraite et a annoncé qu’il chercherait des «alternatives».

C’est une victoire exemplaire et extraordinaire, d’autant plus qu’elle est le résultat direct d’un grand mouvement social. Sans aucun doute, ces «solutions de rechange» de Passos Coelho annoncent de nouvelles menaces. Mais le peuple portugais est maintenant beaucoup plus fort pour y faire face.

Selon les informations de esquerda.net, le magazine en ligne du Bloco, les manifestations de vendredi étaient très amples et décidées

Des milliers de personnes ont manifesté avec force en face du Palace Belém à Lisbonne [siège de la présidence de la République] lors la réunion du Conseil d’Etat. Ils exigeaient la démission du gouvernement et rappelaient: «Ils sont une demi-douzaine, nous sommes des millions.»

A Porto s’est tenue une assemblée populaire. Il y a eu également des manifestations à Faro, Viseu, Pombal, Leiria, Braga, Funchal, Aveiro, Bragança, Evora et Coimbra.

A Lisbonne ont également été scandés: «La voix appartient au peuple. Nous sommes le Conseil» et «Troïka et gouvernement, dégagez!» Le mot d’ordre plus populaire était sans doute «Voleurs!».

Comme prévu, à 18 heures, a été chantée «Acordai», de José Gomes Ferreira et Fernando Lopes-Graça, l’une des chansons préférées des prisonniers politiques avant la révolution du 25 avril 1974. Des manifestations de masse ont duré toute la nuit. (22 septembre 2012)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org