mardi
19
février 2019

A l'encontre

La Brèche

Le 7 septembre et ses suites

Publié par Alencontre le 9 - septembre - 2010

Prises de position du NPA

Nous publions ci-dessous deux communiqués, diffusés le 8 septembre, par le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA-France). D’autres articles suivront sur les développements de la mobilisation face à la contre-réforme des retraites en France. (Réd.)

*****

La journée de grève et de manifestations s contre le projet de loi Woerth-Sarkozy sur les retraites est un grand succès, au-delà même des prévisions les plus optimistes. Près de 3 millions de manifestants, des taux de grévistes importants dans de nombreux secteurs, y compris dans le privé, une mobilisation à la hauteur des grandes journées de la grève de 1995 contre le plan Juppé et de 2003 contre la réforme Fillon. Il ne fait aucun doute que la mobilisation monte en puissance et qu’il y a encore de la réserve.

Mais le gouvernement fait la sourde oreille. Les prétendues nouvelles propositions annoncées par Sarkozy en Conseil des ministres ne changent rien sur le fond de la réforme à savoir le report à 62 ans de l’âge légal de départ en retraite et à 67 ans la retraite à taux plein sans la punition financière de la décote. Les déclarations du gouvernement, de l’UMP [Union pour un Mouvement populaire – Le Mouvement Populaire (sic) – partie de Sakozy] sur l’attention à l’égard des préoccupations, des sentiments des manifestants du 7 septembre 2010 ne sont que de la poudre aux yeux pour donner le change.

L’argument démographique, de l’allongement de la durée de la vie revient en force dans la bouche d’E. Woerth et du gouvernement. L’évolution à la baisse du ratio actifs-retraités est pointé du doigt en faisant abstraction de l’augmentation de la productivité. A aucun moment, la possibilité d’une autre répartition des richesses pour financer les retraites n’est prise en compte, alors que la Comité d’orientation des retraites (COR) l’a chiffré à 3%et que chaque année, la part des profits se monte à 17% du PIB. Alors oui, en prenant sur les profits, en créant des emplois, en augmentant les salaires, le financement des retraites peut être assuré.

Les «nouvelles» propositions de Sarkozy c’est un camouflet jeté au visage des millions de manifestants du 7 septembre. Ce que nous voulons c’est le retrait pur et simple du projet de loi sur les retraites.

Gagner, c’est possible, car le gouvernement et Sarkozy n’ont jamais été aussi impopulaires. L’arrogance masque mal la peur qui gagne le pouvoir face à la montée de la colère sociale.

Il faut continuer le mouvement, s’appuyer sur les nouvelles journées annoncées par l’intersyndicale nationale et les intersyndicales locales pour pouvoir structurer la lutte en profondeur sur tout le territoire, dans le maximum de secteurs professionnels. L’intersyndicale nationale vient d’appeler à une nouvelle journée de grève et de manifs le jeudi 23 septembre ainsi qu’à des actions le 15 septembre, jour du vote de la loi. La question de la reconduction est en débat dans de nombreux endroits. Il faut que le mouvement s’amplifie, gagne en puissance, se généralise (8 septembre 2010).

*****

Imposer le retrait du projet de loi sur les retraites

Les prétendues nouvelles propositions annoncées par Sarkozy en Conseil des ministres ne changent rien sur le fond de la réforme à savoir le report à 62 ans de l’âge légal de départ en retraite et à 67 ans la retraite à taux plein sans la punition financière de la décote.

Les déclarations du gouvernement, de l’UMP sur l’attention à l’égard des préoccupations, des sentiments des manifestants du 7 septembre ne sont que de la poudre aux yeux pour donner le change.

L’argument démographique, l’allongement de la durée de la vie reviennent en force dans la bouche d’Eric Woerth [du Ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique] et du gouvernement. L’évolution à la baisse du ratio actifs-retraités est pointée du doigt en faisant abstraction de l’augmentation de la productivité des salariés.

A aucun moment, la possibilité d’une autre répartition des richesses pour financer les retraites n’est prise en compte, alors que la Comité d’orientation des retraites (COR) l’a chiffré à 3% et que chaque année, la part des profits se monte à 17% du PIB.

Alors oui, en prenant sur les profits, en créant des emplois, en augmentant les salaires, le financement des retraites peut être assuré.

Les «nouvelles» propositions de Sarkozy c’est un camouflet jeté au visage des millions de manifestants du 7 septembre.

Ce que nous voulons c’est le retrait pur et simple du projet de loi sur les retraites.

De nouvelles mobilisations, de nouvelles manifestations, un mouvement d’ensemble, une grève prolongée sont nécessaires pour obtenir le retrait de ce projet de loi, injuste et inacceptable. – 8 septembre 2010.

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org