vendredi
25
mai 2018

A l'encontre

La Brèche

Grèce. C’est le temps des actions unilatérales

Publié par Alencontre1 le 18 - mars - 2015

Greek Crisis Original PhotoEditorial de La gauche ouvrière

Près de deux mois après l’issue victorieuse du 25 janvier 2015, le gouvernement est encore placé sous le chantage des créanciers (plutôt que «partenaires» comme on les appelle en utilisant un oxymore). Le gouvernement se plaint de cela, alors qu’il respecte l’accord. Mais que signifie «respecter l’accord»?

Cela signifie que la troïka est devenue le quatuor et l’organe de base qui va annuler les plus importantes mesures qui auraient affaibli certains impacts sociaux des mémorandums et/ou qui va repousser ces mesures (promises) aux calendes grecques. C’est le cas de la réintroduction des 751 euros comme salaire minimum, salaire qui peut aussi être réduit. Cela est également indiqué par les mesures tronquées placées sous le titre de «mesures contre la crise humanitaire». C’est le cas du manque de redistribution de la richesse au détriment des riches avec l’actuel système d’impôts. C’est aussi le projet de loi inachevé pour la reconstitution de ERT, la radio-télévision publique (une loi quasiment disparue). Il en va de même pour la réduction des taxes sur l’huile de chauffage.

Si ces renonciations et le tournant à 180% sont un élément fort négatif, pire est le changement complet des positions de SYRIZA: la non-dissolution de TAIPED (organisme chargé des privatisations); l’intégration encore élargie de la propriété publique placée sous le contrôle de TAIPED;  la discussion sur le prix que Latsis (un des gros armateurs et un financier, basé, entre autres, à Genève) pourrait obtenir pour l’Elliniko (l’ancien aéroport qui borde la mer; Syriza était opposé à sa privatisation). Tout cela constitue un renversement complet des positions sur le thème des privatisations.

Et il est naturel que ces abandons  aillent de pair avec l’utilisation du personnel «approprié»: Stournaras (ex-ministre des Finances de Samaras) à la tête de la Banque de Grèce; le personnel de la Nouvelle Démocratie et du PASOK dans les administrations des hôpitaux et ailleurs. «L’élite» des partis du gouvernement Samaras reste en place. Alors que, dans le même temps, le ministre des Finances, Varoufakis, engage des consultants faisant partie des requins haut placés de la finance internationale.

Tout cela est arrivé parce que les limites sont déjà atteintes pour une stratégie qui considère que les mesures en faveur des masses populaires peuvent être prises avec l’accord des bailleurs de fonds. Or, ce n’est pas le cas. Avant que s’évanouisse le soutien populaire alloué à SYRIZA – en Grèce et à l’étranger – il est temps pour le gouvernement de mettre en œuvre de manière complète et immédiate les engagements pris à Thessalonique, le 14 septembre 2014. Sans cela, ce gouvernement soit se verra imposer un nouveau mémorandum, soit va s’écrouler.

Le plus important des engagements de SYRIZA, non seulement envers le peuple grec, mais envers les autres peuples européens, résidait dans le renversement de l’austérité. Ce renversement est la condition politique de l’existence du parti. Et dans la mesure où ce renversement est considéré par les créanciers comme une action unilatérale, la rupture avec l’Eurozone (et les capitalistes locaux) est inévitable.

Et puisque les actions unilatérales sont inévitables au même titre que la rupture, l’outil du défaut l’est aussi. Les prochaines étapes et des niveaux de rupture peuvent exiger d’autres mouvements tactiques (options au plan monétaire, et même des alliances géopolitiques), mais tout doit être subordonné à l’objectif stratégique de la période présente pour le mouvement ouvrier international: à bas l’austérité! (18 mars 2015; traduction Antonis Martalis; édition A l’Encontre)

*****

Pour rappel:

Conférences-débats
SYRIZA face à l’UE: quel choix?

• le 24 mars 2015, à Lausanne, Buffet de la gare, Grand Salon, 2e étage, 20h15, avec Katerina Giannoulia, membre de SYRIZA et de DEA, syndicaliste;

Genève, le mercredi 25 mars, Maison des Associations, au 15, rue des Savoises, 1205 Genève à Plainpalais, salle du Bistrot, 19h30

Pour information, cliquez sur le lien : http://alencontre.org/events/conference-debat-grece-syriza

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




«Conflit SNCF: la solution du référendum»

______________________________________________

«SNCF: d'où vient vraiment la dette?»

______________________________________________

«Ce que les médias ne disent pas sur la SNCF»

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org