samedi
18
novembre 2017

A l'encontre

La Brèche

Sarkozy sous le choc de la vraie France

Publié par Alencontre le 7 - mai - 2012

Par Hubert Huertas

Si le quinquennat qui s’achève doit rentrer dans l’histoire électorale, il restera comme celui du bourrichon qu’on se monte, et de l’auto-bourrichon [1].

• Depuis, quatre ans et demi, à l’évidence, quelque chose ne collait pas entre M. Sarkozy et le peuple Français. On ne peut pas traîner une telle impopularité, un tel rejet, perdre toutes les élections, les municipales, les régionales, les départementales, les sénatoriales, et s’auto-persuader, en persuadant ses troupes que le mur vers lequel on fonce va s’ouvrir, comme les eaux de la mer rouge sous l’effet de la magie du maître.

• Il était bien évident que le style de l’homme, et pas seulement le style, ne convenait pas à une bonne partie de la droite, allergique à ses paroles à l’emporte-pièce, à ses errances idéologiques, à ses discours de Grenoble [2], à son apologie de la victime absolue jointe à un hymne anti-assistanat qui pointait du doigt les cabossés de la crise.

• Mais il y avait le bourrichon. La formidable capacité du Président en place à se convaincre de son renouveau, la semaine prochaine, le mois d’après, à l’occasion du énième sommet historique, ou après une interview sur huit chaînes [3] mise au point par des sorciers de la communication. «Ça passera, ça passera, je vous dis que ça passera.»

• Il était dans l’autosuggestion, au point de ne pas voir que c’est le temps qui passait, que l’échéance approchait, que Hollande n’était pas le benêt des guignols de l’info… Et cette méthode Coué à la puissance Sarkozy faisait aussi son effet sur les parlementaires de droite.

Dans les couloirs et dans les confidences ils disaient la même chose que les commentateurs, ces ennemis paraît-il coalisés dans la pensée unique. Mais ils étaient convoqués, une fois par mois à l’Elysée, et en sortaient éblouis, «bourrichonnés» jusqu’à l’extase. «Le Président est en pleine forme, il a une énergie extraordinaire», disaient-ils en lévitation, et ils repartaient contents.

• Vers la fin, quand les courbes qui devaient se croiser en fin janvier 2012 se sont décroisées en mars, l’UMP s’est mise à accuser le monde entier de harcèlement et de complot. Le harcèlement du réel, et le complot du calendrier. Mais c’est comme ça. Quand le bourrichon croise la réalité, et qu’il veut encore croire à son film, il devient un enfermement.

• Mais ce matin, nous y voilà. La défaite annoncée est là, elle est là pour cinq ans, et le score, finalement serré, n’en est que plus cruel. Il indique que Le Sarkozysme était rejeté, mais pas forcément la droite qui lui collait aux basques en le prenant pour un Messie. Qui sait qui serait président, ce matin, si l’un des barons d’un mouvement qui se réfère au gaullisme avait osé lui dire Non, en lui demandant de s’en aller.

• La droite aurait-elle perdu, si un groupe de rebelles, mené par un Chirac des années 1974, l’avait ramené sur terre, au lieu de l’applaudir en cadence, en préparant pour lui, deux fois par semaine, des descentes en Sarkozie, qu’il prenait pour des visites en France.

• La vraie France, au bout du compte, il l’a rencontrée le 6 mai.

_____

Hubert Huertas a donné ce billet (de trois minutes) à 7h36 sur France Culture, le lundi 7 mai 2012.

_____

[1] Se monter la tête et par le jeu de mots «se monter le bourrichon et se démonter le bourrichon»; la bourriche étant un panier oblong, sans anses, servant à transporter des huîtres, du gibier. (Rédaction).

[2] Discours prononcé le 30 juillet 2010. Sarkozy aborde les thèmes de la sécurité, de la nationalité, de l’immigration. Il se prononce, par exemple, pour qu’un mineur délinquant ne puisse plus acquérir la nationalité française, et cela de manière automatique, lors de sa majorité; ou encore pour la suppression des allocations familiales en cas d’absentéisme scolaire, etc. (Rédaction)

[3] Le dimanche 29 janvier 2012. Cette performance stimula de la part d’un ex-prétendant au trône présidentiel, Laurent Fabius, le bon mot suivant: «Sarkozy a exigé de ne passer ni sur La Chaîne Météo, ni sur Equidia. On est quand même dans un pays très, très libre.»

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Le 21 septembre une nouvelle journée de mobilisation contre le «Code du travail à la Macron» aura lieu en France. Le 22 septembre, le Conseil des ministres examinera les ordonnances de Ia «loi travail XXL». Puis le Président signera et le Parlement n’aura rien à dire, de facto. Donc seule l’action directe prend toute sa place. Et les explications, par exemple, que donnent du contenu de cette contre-réforme les membres du Syndicat des Avocats de France

8. L'accord d'entreprise primera sur la loi et le contrat de travail

9. Casser la loi

10. La fusion des instances représentatives du personnel

11. Diluer la négociation collective

12. Le fonctionnement des instances représentatives du personnel

13. Le recours au référendum

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org