mardi
18
juin 2019

A l'encontre

La Brèche

France. «Noël aura-t-il lieu cette année?»

Publié par Alencontre le 10 - décembre - 2018

Par Union Syndicale Solidaires

L’acte 4 de la mobilisation des gilets jaunes (le samedi 8 décembre 2018) a vu une participation aussi forte que celle de la semaine dernière. Tout cela malgré les jours précédents où tout aura été fait pour discréditer et décourager cette participation.

Les marches pour le climat ont elles aussi réuni un nombre très important de manifestant-es pour obtenir la mise en place de véritables politiques de transformation sociale et écologique. Les deux mobilisations ont souvent convergé mais elles ont dû affronter un dispositif policier hallucinant.

Près de 1800 arrestations et 1200 gardes à vue prononcées contre des manifestant-es venu-es exprimer leur colère! Avec de nombreux incidents confirmant aux manifestant-es que la seule réponse concrète du pouvoir à leurs revendications de justice sociale et d’égalité, c’est la répression. Ce mépris de classe et cette violence qui fait suite à une semaine déjà de grande violence à l’égard des lycéen-nes n’auront fait qu’alimenter encore plus la détermination des gilets jaunes et de leurs soutiens à obtenir la mise en œuvre des politiques permettant de satisfaire les urgences sociales.

Alors que la fébrilité du pouvoir est palpable, ces mobilisations sociales et lycéennes interviennent à un moment clé pour l’économie française: la frénésie des achats de Noël. En jeu les chiffres d’affaires de la plupart des enseignes, notamment celles de la grande distribution, dont les pertes sont évaluées à plus d’un milliard d’euros. Le blocage de l’économie afin d’obtenir la mise en place de politiques sociales est donc possible.

Pour Solidaires, les annonces gouvernementales doivent prendre en compte la période en stoppant toutes les réformes prévues, et en répondant aux revendications de justice sociale, fiscale et écologique. Mais nous n’avons aucune illusion sur les réponses d’un Macron illégitimé et Solidaires met à disposition son outil syndical (préavis de grève dans la fonction publique, appel à la grève dans le secteur privé) pour amplifier le rapport de forces. (Communiqué du 9 décembre 2018)

Vous pouvez écrire un commentaire, ou utiliser un rétrolien depuis votre site.

Ecrire un commentaire




Les dominants, l'euphémisation des termes et la novlangue

George Carlin (1937-2008) était un «humoriste» politique et social qui décortiquait la société capitaliste américaine et éclairait ses principaux traits. Dans ce spectacle donné en 1990, il instruisait le procès de la novlangue qui s'est imposé avec force depuis lors, aussi bien dans la gestion des guerres impérialistes que dans le management des entreprises, pour s'enraciner dans la vie quotidienne. Après la crise des «subprimes», on n'est plus «sans domicile», mais on a choisi un «mobile home» avec le peu d'épargne qui a résisté à la fonte brutale imposée par les banques et les assurances et qui a contraint des propriétaires de petites maisons à s'acheter une caravane de seconde main et de chercher, dans les vastes contrées des Etats-Unis, un nouvel emploi.

George Carlin avait un esprit décapant, donc éliminant les idées superficielles dominantes pour faire ressortir le véritable sens de ce qu'elles ont pour fonction de cacher, de camoufler.

(Réd. A l’Encontre)

Recent Comments

Le site alencontre.org existe depuis plus de 12 ans. Il vient de changer d’aspect. De manière significative. Mais il n’a pas modifié ses objectifs : informer, analyser, afin de faciliter une compréhension des réalités économiques, sociales, politiques à l’échelle internationale. Dans ce sens, ce site valorise la liaison qui peut s’établir entre comprendre et agir, dans une perspective socialiste et démocratique. Ce «lifting» a été effectué pour répondre aux exigences d’un nombre croissant de lectrices et lecteurs. Nous espérons que celui-ci entrera en résonance avec les attentes des visiteurs de A l’Encontre et de La Brèche. Il leur appartiendra, aussi, de s’en approprier le contenu et de le commenter. Vous pouvez nous contacter sur redaction@alencontre.org